Vous partez en Irlande. Vous avez bien raison. On ne vous fera pas l’injure de vous dire que l’on y roule à gauche. Mais, plus concrètement, que lorsque vous traverserez une rue à pied les voitures viendront… de la droite. C’est-à-dire exactement à l’opposé de là où vous les attendez. Ceci représente le plus grand danger de votre voyage. Pour le reste l’Irlande est cool, très cool même. Ici on ne se presse jamais, sauf peut-être le patron de Ryan Air. Les routes ont été tracées par les moutons donc, à part un bout d’autoroute de contournement de Dublin (payant) et quelques autres éparpillés ça et là on roule doucement. Bonne initiative : les distances sont exprimées en miles anglais et en kilomètres. Dublin a instauré une taxe pour les voitures dès le périphérique (M50). Renseignez-vous auprès de votre loueur de voiture comment la payer. Sinon l’addition est salée et le loueur débitera votre carte de crédit de l’amende.

A noter une différence notable entre le Royaume-Uni et l’Irlande : ici le chauffeur de taxi s’attend à être gratifié d’un pourboire (10% env). Pas de problème côté monnaie : on est en zone euro. Les serveurs au restaurant ont eux aussi l’habitude du pourboire, de même que les bagagistes, voituriers etc.

En route sur les chemins irlandais vous voilà à la recherche de votre B&B. Essayez de gommer de votre esprit toute trace de romantisme. Le B&B de base est rarement cette chaumière transformée en annexe de Relais et Châteaux. Il s’agit plus souvent d’un pavillon de banlieue ou d’une maison anonyme. Le B&B n’est même pas toujours l’occasion d’échanger avec les Irlandais. C’est un business. Chacun met en location la chambre des enfants partis. Le confort n’est pas vraiment exceptionnel. Par exemple les lits n’inspirent pas souvent de rapprochement sentimental d’autant qu’ils sont séparés et pas très larges. Oubliez le feu qui crépite dans la cheminée et les longues soirées à refaire le monde. Vos hôtes vous attendent à 18h au plus tard. À 21h ils seront couchés et vous feriez bien d’en faire autant sous peine de passer pour mal élevé. Bien sûr on noircit un peu le tableau. Il existe dans les catégories supérieures des B&B romantiques au possible et on peut faire de belles rencontres en Irlande. Vous en ferez sans doute (voir plus loin). Mais autant évacuer les clichés trop idéalisés, la réalité en sera plus belle.

Dans les pubs, institution locale, et familiale où les plus jeunes sont les bienvenus, vous allez sans nul doute vous faire des amis d’un soir ou de toujours.Afin d’être au meilleur de vous même, quelques détails : n’évoquez pas la guerre civile, les Irlandais des deux côtés de la frontière ont assez donné. Ne pas confondre Anglais et Irlandais. Un bon sujet consensuel : la qualité du rugby de nos équipes respectives et la perfidie du team Angleterre. Evidemment ne vous attardez pas sur la nourriture, meilleure en France, ça vous classe immédiatement et votre potentiel d’amis se réduira comme peau de chagrin. Pire : ne commandez pas une Murphy’s à Dublin, QG de Guiness. Elle vient de Cork. La réciproque est vraie. Essentiel de connaître les usages du pub : on paye avant d’avoir bu en prenant sa pinte. Une pinte = 0.60cl. On peut se contenter d’une demie-pinte qui est déjà plus qu’un demi ! L’usage, intangible, est de payer sa tournée. Donc si vous êtes 4, vous boirez au minimum 4 verres, en espérant que le premier de cordée ne remette pas cela. Auquel cas vous êtes reparti pour un tour, sauf à vous éclipser. Les fans de rugby partis un jour du côté de Lansdowne road peuvent en parler.

À 23h30 vous êtes sauvés : les pubs ferment.

Allez ! Tout ce qui précède ne sont que ragots de voyagiste appliquant le principe de précaution. Vous allez faire un voyage magnifique et c’est bien parce que c’est l’Irlande !

 

 

 

A découvrir

Idées voyages en Irlande

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble
Contactez un spécialiste de l'Irlande