Capitale

Sucre (siège du gouvernement : La Paz)

PIB

En 2009, 1 758 dollars US par habitant (France, 41 051 dollars US par habitant).

Point culminant

Le Sajama, volcan culminant à 6542 mètres d'altitude.

Superficie

1 098 580 km², soit 2 fois la France

Climat

Du fait de sa situation proche de l'équateur et de sa configuration, la Bolivie a un climat très varié. Les conditions météo changent sensiblement en fonction de l'altitude. En règle générale, la nuit, il fait toujours froid sur la cordillère des Andes et ce même s'il fait 30° pendant la journée. Les températures descendent facilement jusqu'à -10°, voire -25°, en hiver sur l'Altiplano. N'oublions pas que la Bolivie se situe dans la partie australe du globe : juillet et août sont au coeur de l'hiver. Globalement, la meilleure période pour le voyage s'étend d'avril à mi-novembre, en dépit des nuits froides et du vent sur l'Altiplano.

Géographie

Le pays est divisée en 5 régions qui sont autant de zones géographiques bien distinctes, la Bolivie est avant tout une terre de contraste, véritable synthèse de l’univers. Sa géographie s’organise donc de la façon suivante : L'Altiplano : Haut plateau situé à plus de 3 000 m, entouré de deux chaînes montagneuses : la cordillère Royale à l’est et ses 300 sommets à plus de 5 000 m (Illimani, Illampu, Condoriri, Huyanay Potosi pour les plus connus), la cordillère occidentale et ses volcans tels le Licancabur ou le Sajama à l’ouest. C’est la région la plus peuplée de Bolivie. Région au climat aride, où les sommets et autres salars côtoient l’infini, il fait sans nul doute parmi les plus beaux paysages au monde Les Yungas : Situé au nord-est de La Paz, véritable point de rencontre entre les Andes et l’Amazonie, ensemble de vallées fertiles, et bénéficiant d’un climat chaud et humide, à la végétation luxuriante et abondante. Les vallées : Entre 1 500 et 2 500 m, les vallées se caractérisent par un climat doux et une végétation verdoyante. Ses terres fertiles font de cette région le grenier de la Bolivie. Le Chaco : Riche en pétrole, cette zone sèche et plate s'étend sur le coin sud-est de l'Oriente. Du fait de sa faible densité en population, on y trouve un étonnant échantillon de variétés rares de la faune et de la flore. El Oriente : Zone de plaines torrides à la végétation luxuriante occupant un peu moins de 70% du territoire bolivien, véritable espoir économique pour le pays, elle regorge de matières premières (pétrole …) L'Amazonie et le Pantanal (la plus grande réserve de faune et de flore du monde) se trouvent là.

Economie

La Bolivie a été longtemps l'un des pays les plus pauvres d'Amérique latine. Elle a réalisé de grandes réformes libérales dans les années 1990. Ainsi, le président Gonzalo Sánchez de Lozada (1993-1997) a notamment signé un traité de libre échange avec le Mexique, et a adhéré au Mercosur en tant que membre associé. En outre, ce président a privatisé la compagnie aérienne, l'entreprise de téléphonie, les chemins de fer, l'entreprise d'électricité, ainsi que l'entreprise de pétrole. La croissance du PIB a ralenti en 1999, en partie en raison d'une politique budgétaire d'austérité. Ces restrictions freinèrent la mise en œuvre des programmes de lutte contre la pauvreté. Ce ralentissement s'explique aussi en partie par les retombées de la crise asiatique. Des troubles sociaux éclatèrent en avril, septembre et octobre 2000 en raison de la privatisation de la compagnie des eaux. En conséquence, la croissance du PIB ne fut pas supérieure à 2,5%. Le PIB n'a pas progressé en 2001 en raison du ralentissement de l'économie mondiale et de la faiblesse de l'activité nationale. Le déficit public s'élevait à 8,6% en 2002. L’économie du pays dépend beaucoup de l’aide apportée par les pays étrangers. En particulier, les États-Unis participent en 2005 à 10% du PIB de la Bolivie, dans le cadre du programme d’éradication de la coca car bien que la production globale ne soit pas connue officiellement, la Bolivie est considérée comme le troisième fournisseur de feuilles de coca après la Colombie et le Pérou. La Bolivie possède une importante dette extérieure. Les importations proviennent principalement du Brésil (40%), des États-Unis (13,9%), de la Colombie (8,7%), du Pérou (6,3%) et du Japon (4,5%) (2004). Ses exportations vont principalement vers le Brésil (33,9%), les États-Unis (12,7%), la Colombie (11,8%), le Venezuela (11,6%), le Pérou (5,1%) le Japon (4,2%) (2004). Les principaux produits exportés sont le gaz naturel, le soja et ses dérivés, le pétrole, le zinc et l'étain. La Bolivie détient les secondes réserves de gaz naturel d'Amérique du Sud, derrière le Venezuela.

Faune & Flore

On le comprendra aisément, la faune se répartit essentiellement en fonction de la géographie du pays. Vous n'aurez de difficultés à renontrer des lamas et des alpacas, les deux animaux les plus fréquents en Bolivie. Près des rivières vous croiserez peut-être des capivaras (gros rongeurs), des tortues, des loutres géantes, des alligators. En montagne, vous aurez peut-être la chance d'apercevoir un condor, oiseau de proie vénéré par les Incas. Le sud de l'Altiplano est l'endroit idéal pour voir des flamants de James. L'amazone sera bien entendu l'endroit où vous retrouverez le plus d'espèces en nombre conséquent (papillons, insectes, lézards, singes, perroquets...). En outre, parmi les 60 parcs et réserves nationales, deux parcs nationaux comme le "Parque Nacional Madidi" et le "Parque National Noel Kepff" rejouieront les amoureux de la faune. Côté flore, la richesse est remarquable également. Sur les hauteurs peu de végétaux subsistent. La Bolivie avec le sud du Pérou sont les seuls pays où vous trouverez des Agaves d'Amérique Puya Raimondii, des géants hors du commun. Vous pourrez aussi observer un arbre nain, plus rare, le quenua au dessus des 3000m d'altitude. Dans les collines ou les vallées vous pourrez observer une végétation comparable à celle de l'Espagne ou la Californie. Et au sud, vous aurez l'occasion au printemps de voir la floraison de nombreux cactus.