Vous aimerez
  • Sillonner un pays à forts contrastes, haut en couleurs, naturel et différemment contemporain
  • Tout au long de l’itinéraire, visiter avec des guides privés de grands sites géologiques et artistiques
  • La montagne d’argent de Potosi, le salar d’Uyuni, le Siloli, le lac Titicaca : c’est prévu !
  • Appli smartphone avec GPS, salon Air France à Roissy, conciergerie sur place : voyager Voyageurs

Contactez un spécialiste Bolivie 01 42 86 17 70

100% Bolivie

La Bolivie est un pays à étages. Chaque niveau ayant ses paysages et ses atmosphères. Les papillons de la région de Santa Cruz ne vivent pas dans les mêmes conditions que les flamants des lagunes salées du sud-ouest. Pas plus que la jeunesse urbaine de La Paz ne partage le mode de vie des Indiens du lac Titicaca. Les contrastes font, paradoxalement, l’unité du pays. Les Boliviens se conçoivent eux-mêmes divers et variés. Arrivée à Santa Cruz donc, puis montée à Sucre, unanimement célébrée pour sa qualité de vie. Et son patrimoine artistique métissé. Ensuite, à Potosi, vous êtes à la source argentifère d’un flux qui a irrigué l’Europe de la Renaissance.
Ambigüités coloniales et enjeux industriels contemporains. Par maints aspects, la nature de grande amplitude du sud-ouest, du salar d’Uyuni au désert de Siloli, en semble bien loin - mais avec ses merveilles géologiques, la région entre à son rythme dans le XXIe siècle. Tout comme le lac Titicaca, où l’on passe deux nuits, l’une sur la Isla del Sol, l’autre à Copacabana. A la clé, vestiges incas et Notre-Dame de Candelaria. Enfin, La Paz offre le pittoresque d’une ville désordonnée et sympathique, improvisatrice et colorée, qui déjoue toute tentative planificatrice. A ce stade, les contrastes évoqués auront pris corps, couleurs, saveurs, et installé la Bolivie dans la mémoire voyageuse.

Votre voyage

La géographie exigeante du pays réclame une logistique précise. C’est donc ce que nous avons mis en place : votre voyage offre ainsi les meilleures garanties de confort. Etant entendu que San Pedro de Quemes ou la Isla del Sol présentent des conditions particulières. Partout cependant, vous disposez de l’essentiel : la possibilité de récupérer des fatigues du jour et une atmosphère en harmonie avec l’étape. Les gros trajets, Santa Cruz / Sucre et Uyuni / La Paz, se font en avion. Les autres, en voiture climatisée, avec un chauffeur. Ces moyens appropriés réduisent au minimum les contraintes liées aux déplacements. Et les paysages empêchent la lassitude de gagner les voyageurs. Pour que vous alliez toujours à l’essentiel, des visites ponctuent tout l’itinéraire. Elles se font avec des guides privés francophones (sauf à Uyuni et dans le Sud Lipez mais, si vous le désiriez, nous pourrions vous adjoindre là-bas aussi un accompagnateur parlant français). La richesse naturelle et patrimoniale du pays le justifie pleinement. Et si, en cours de route, un désir non prévu ou un léger contretemps survenait, vous disposez pour y répondre des coordonnées de notre service de conciergerie en Bolivie.

Haut les cœurs !

Ce voyage vous emmènera à des altitudes inhabituelles. Alors, haut les cœurs ! Mais sans précipitation. Votre itinéraire a été conçu de telle façon que votre adaptation soit progressive ; dans tous les cas, prenez le temps de retrouver votre souffle, ne forcez pas le rythme et hydratez-vous régulièrement.

Itinéraire

Suggestion 100% personnalisable selon vos envies
JOUR 1

Vol pour Santa Cruz

Nuit à bord, arrivée le lendemain.

JOUR 2

Santa Cruz

Avec un guide francophone, transfert à l’hôtel, dans le quartier tranquille de Las Palmas. La maison au fond du jardin est pleine de meubles chinés et d’une rusticité confortable et paisible. Sans doute parce qu'on vous accueille comme un ami à qui on donne les clés, vous vous sentez bien d’emblée. Chambres simples et agréablement aménagées. Les hôtes ont un usage libre de la cuisine. Et dehors, parmi les massifs, ceux-ci trouvent aisément le coin où lire Los suenos son vida (Ricardo Jaimes Freyre, 1917), épuiser le journal français emporté de l’avion ou ciseler ses premières cartes postales.
Déjà prévu au programme - Papillons et orchidées. En compagnie d’un guide francophone privé, visite du bio-centre Güembé, à une demi-heure de Santa Cruz. Dans ce parc naturel tropical aménagé, un vaste insectarium est dédié aux papillons, où ceux-ci accomplissent les différentes phases de leur existence. Si la dernière est la plus chatoyante, les précédentes ne manquent pas de susciter elles-aussi l’émerveillement. Puis, on se promène dans le jardin des orchidées qui, pour la diversité et la splendeur, équivalent aux papillons. Des passerelles, on aperçoit encore toucans et aras bleus.

JOUR 3

Santa Cruz - Sucre

Transfert à l’aéroport et vol pour Sucre. Nouveau transfert et installation pour deux nuits dans le centre historique. L’hôtel est un pueblo colonial en réduction, avec sa place ombragée, ses habitaciones, son restaurant, sa chapelle et son estaminet traditionnel où l’on sert la chicha, boisson fermentée à base de maïs et de fruits. La décoration, sans se montrer révolutionnaire, échappe de façon subtile à l’ornière conventionnelle : on vit ici avec son temps, mais en évitant de faire table rase du passé. D’ailleurs, autour de l’hôtel, l’ancienne Ciudad de la Plata de la Nueva Toledo offre partout de splendides exemples de métissage architectural et culturel.
En option - Une visite privée de Sucre.

JOUR 4

Sucre

La capitale constitutionnelle de la Bolivie a conservé un bel ensemble monumental des XVIIIe et XIXe siècles. Des édifices tout blancs sur lesquels se lit son histoire culturelle, esthétique et politique. La tradition universitaire de Sucre remonte au début du XVIIe siècle (Universidad Mayor Real y Pontificia San Francisco Xavier de Chuquisaca - 1624) et se prolonge aujourd’hui, ce qui dote la ville de l’énergie propre à la jeunesse.
Déjà prévu au programme - Potolo, communauté des Andes. On embarque dans un véhicule privé, avec un guide francophone, et direction Chataquila, au nord-ouest de Sucre. Là, on emprunte un ancien chemin inca et, deux heures et demie de marche dans la majesté des Andes plus tard, on rallie un village Jalq’a. Les Indiens pratiquent l’agriculture traditionnelle (visite d’une ferme) et tissent sur de petits métiers des aguayos (carrés d’étoffe) aux motifs animaliers complexes. Entre tourisme et champs de fèves, la vie locale s’ajuste au XXIe siècle.

JOUR 5

Sucre - Potosi

Transfert à Potosi. La ville s’appuie sur le Cerro Rico, la montagne coffre-fort bourrée d’argent dont l’exploitation contribua à bouleverser l’Europe de la Renaissance. La mine, d’où sont extraits aujourd’hui de l’étain et du zinc, peut être visitée, à moins que l’on ne soit claustrophobe ou asthmatique. Dans ce cas, on optera pour le musée de la vie monastique, installé dans les bâtiments d’un carmel fondé à la fin du XVIIe siècle (ensemble notable d’art religieux). Nuit dans le centre. A première vue, l’architecture de l’hôtel est assez étrange, mais la décoration intérieure concrétise de façon sympathique l’idée un peu formelle du chic acceptée en Amérique latine. Les services se rendent avec exactitude ; sauna, piscine intérieure et salle de gym dans la norme. Le restaurant fait de louables efforts d’exhaussement de l’ordinaire.
Déjà prévu au programme - Potosi minière n’est donc pas morte, on en découvre l’un des aspects avec un guide francophone privé : le traitement du minerais. Casque et costume ad hoc sont fournis sur place, ainsi que toutes les explications techniques nécessaires.
En option - Potosi, baroque et coloniale.

JOUR 6

Potosi - Uyuni

Transfert à Uyuni, qui se distingue par son impressionnant cimetière de locomotives. Nuit dans une maison d’hôte - français - du vieil Uyuni. L’artisanat régional fournit à la décoration de fort jolis éléments, parties communes et chambres. De beaux bois, structure et sculpture, installent partout une atmosphère chaleureuse. Les installations techniques, salles d’eau, chauffage radiant, connexions, etc., donnent pleine satisfaction. Des motifs andins, une inspiration européenne, l’hybridation douce séduit à tout coup.

JOUR 7

Uyuni - Désert de Siloli

Au programme - Prise de contact avec le chauffeur, puis direction le Sud Lipez et la Reserva Nacional Eduardo Avaroa, pour arriver tôt au site géothermique Sol de Manana. Là, une centaine de lacs de boue sifflent et fument dans l’air glacé. La journée se poursuit de site naturel d’exception en site naturel exceptionnel : le désert Dali, lequel partage une ambiance avec certains paysages du peintre éponyme, la Laguna Verde et le volcan Licancabur (5916 m) qui se reflète dedans, la Laguna Colorada et ses bandes de flamants. Route pour le désert de Siloli, qui appartient à l’Atacama. Nuit dans le désert. Les maisonnettes de l’hôtel-hameau se serrent les unes contre les autres pour résister aux vents. Leurs murs de pierre s’inscrivent avec modestie dans la minéralité générale sur laquelle l’herbe Jarava ichu vient comme une barbe. Au sud-est s’élèvent les 6020 m du volcan Uturuncu.

JOUR 8

Désert de Siloli - San Pedro de Quemes

Au programme - Route pour San Pedro de Quemes. Poursuite de la recension des merveilles naturelles du sud-ouest par une série de lacs situés entre 4000 et 4200 m le long de la frontière avec le Chili (route de las Joyas), que la composition chimique de leurs eaux et la lumière parent de couleurs étonnantes. Nuit dans un refuge de pierre volcanique, dont la simplicité s’accorde bien avec le contexte. On s’y sent proche des choses telles qu’elles sont dans leur rigueur naturelle, mais bénéficiant néanmoins d’un service nominal bien rendu.

JOUR 9

San Pedro de Quemes - Uyuni

Déjà prévu - Le salar d’Uyuni. On entre là dans le plus grand désert de sel du monde : 10582 km², 64 milliards de tonnes de sel (et d’importantes réserves de lithium). Ce paysage à une dimension est une couleur, qui n’en est pas une, une immense nappe d’un blanc intense sous le ciel bleu. La promenade se révèle vertigineuse à l’horizontal. On se rassure à trouver sur sa route la colline Incahuasi, maison de l’Inca, et ses cactus cierges géants, qui rompent l’effet d’abstraction du salar.
Vous retrouvez pour la nuit la maison d’hôte d’Uyuni.

JOUR 10

Uyuni - La Paz - Isla del Sol

Transfert à l’aéroport et vol pour La Paz. Transfert au lac Titicaca et bateau pour la Isla del Sol. Nuit dans un petit domaine écologique. Pour les maisonnettes elles-mêmes, pierre, briques de terre crue, bois et chaume ; pour l’aménagement intérieur, artisanat local mobilier et textile. Les conditions faites aux hôtes sont simples et excellentes. L’accueil charmant et le coucher de soleil sur le lac, depuis le jardin, ajoutent au plaisir de l’authenticité.
Déjà prévu - La Isla est une terre sacrée, d’où Manco Capac et Mama Ocllo, enfants du Soleil Inti, nés de l’écume, seraient partis pour fonder Cuzco. Avec un guide francophone privé, exploration des vestiges archéologiques majeurs, dont le rocher sacré des Incas, Titikala (au-dessus duquel se trouve un sanctuaire de la culture de Tiahuanaco : Chucaripupata) ; le palais de Pilkokaina ; le labyrinthe de Chinkana…

JOUR 11

Isla del Sol - Copacabana

Au programme - Bateau pour Copacabana. La petite ville est renommée pour son église Notre-Dame (XVIIe siècle), bel édifice immaculé qui abrite la Virgen de la Candelaria, patronne de la Bolivie (statue taillée en bois d’agave par le sculpteur Francisco Tito Yupanqui, 1550-1616, descendant de l’inca Huayna Capac). Un témoin majeur de la christianisation des Andes. Nuit dans la partie sud du bourg. Pour l’extérieur, l’hôtel a adopté des formes coloniales stylisées. Par de vives couleurs, des tissus, divers objets, la décoration intérieure évoque le Titicaca indien. Sous leurs différents aspects, les installations se révèlent bien conçues et confortables. Au restaurant, une carte à laquelle le lac fournit du poisson frais. Qu’il s’agisse des chambres ou du jardin, lequel ondule en pente douce vers l’eau, l’atmosphère doit au soleil une grande partie de son charme.

JOUR 12

Copacabana - La Paz

Transfert à La Paz. Installation pour deux nuits dans un hôtel du quartier de Rosario. L’établissement ne manque pas d’élégance rustique et sait jouer des motifs populaires. Les chambres donnent, par des galeries, sur une jolie cour intérieure au sol de galets. Le restaurant ne va pas chercher hors du pays ce qui s’y trouve déjà, une cohérence culinaire. La maison a pris un tournant environnemental et utilise des panneaux solaires pour chauffer l’eau (ainsi que des détergents biodégradables). Le célèbre marché aux sorcières n’est pas loin, la basilique Saint François, non plus.
En option - Extrême VTT.

JOUR 13

La Paz

Nuestra Senora de La Paz est aussi la ville du catch féminin (la lucha libre de cholitas, qui met les poings sur les « i » du machisme andin). Il y a de l’amplitude morale comme de l’amplitude thermique. Des contrastes donc, qui sautent aux yeux lorsqu’on se promène un peu. La capitale (administrative) la plus haute du monde ne laisse pas indifférent, même si elle entretient mal son patrimoine et construit un peu n’importe comment, mais depuis quand le charme serait-il prémédité ? On découvrira cela, le sandwich de chola (pain rond, porc rôti, légumes marinés, sauce au piment Capsicum baccatum - aji escabeche) à la main.
Déjà prévu au programme - La Paz et la vallée de la Lune. Découverte d’abord des grands monuments de la ville : le Palacio Quemado - le palais présidentiel ou palais brûlé, en référence au soulèvement de 1875 ; la cathédrale métropolitaine Nuestra Senora de la Paz, XIXe siècle ; la basilique Saint-François (d’Assise - XVIIIe siècle, bel exemple de baroque andin) et le marché aux sorcières, que fréquentent les indiens Aymara en quête des objets parfois étranges de leur culte traditionnel. Ensuite, on va à une dizaine de kilomètre hors les murs pour admirer le travail de dentellière de l’érosion dans la vallée de la Lune. Cheminées de fée, pitons filiformes, variations indéfinies d’ocre, le paysage a quelque chose de littéralement fantastique.

JOURS 14 & 15

La Paz - vol de retour

Transfert à l’aéroport et vol de retour. Nuit à bord, arrivée le lendemain.

A la carte

Sucre, la bonne vie

Tous les Boliviens vous le diront : il fait bon vivre à Sucre ! Altitude moyenne, beau patrimoine historique, quelque chose de détendu et avenant. L’Unesco a classé. On dirait qu’ici la synthèse s’est mieux opérée qu’ailleurs entre héritage indien et apports européens. En tout cas, l’appui d’un guide privé francophone permet d’entrer dans le détail de la belle humeur. On commence par la maison de la Liberté, où Simon Bolivar a fondé la République, et on poursuit par le musée de l’art textile, le couvent franciscain de la Recoleta, l’église Saint-Philippe-de-Néri, etc.
En option - Demi-journée

Potosi, baroque et coloniale

Avant de faire la fortune de l’Espagne, l’argent de Potosi a fait celle de Potosi. On peut le constater aujourd’hui encore dans le centre historique, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. L’architecture coloniale y a une opulence particulière, la splendeur des églises y est sans doute à la mesure de la rudesse des conditions minières. Avec un guide privé francophone, visite de la Casa de la Moneda, la Monnaie de Potosi, ouverte en 1572 ; de la spectaculaire église San Lorenzo de Carangas, XVIIIe siècle, un sommet du baroque andin ; des beaux quartiers d’antan et des faubourgs ouvriers d’alors.
En option - Demi-journée

Extrême VTT - La Paz

Une journée pour les amateurs d’émotions fortes avec le Camino de la Muerte, une route vertigineuse et glissante entre La Cumbre (à 4600 m d’altitude) et Coroico (à 1200 m - 56 km au nord-est de La Paz). On en emprunte à VTT deux sections « praticables ». Les opérations sont supervisées par un guide averti, dont la mission est de vous amener à bon port (Yolosa, à 1300 m). Chemin faisant, on passe des terres pelées de l’Altiplano à la forêt tropicale. Vélo et équipement sont fournis par l’organisateur. Un survol de vallée en tyrolienne complète ce programme à deux shots d’adrénaline !
En option - Journée, avec un guide hispano / anglophone

Budget estimé

Selon saison, types d'hébergements et activités
Le budget estimé pour ce voyage est de 6700€ à 8400€/personne.

Parler de prix fixe lorsque l'on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestations, période, délai de réservation et bien d'autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé.

Le prix moyen constaté pour ce voyage est de 7300€/personne.
  • Le transport aérien, sur compagnies régulières
  • Les taxes aériennes et surcharge carburant
  • L’accès au salon Air France à Roissy
  • Les transferts, privés
  • La nuit à Santa Cruz, en chambre double, avec petit déjeuner
  • Les 2 nuits à Sucre, en chambre double, avec petits déjeuners
  • La nuit à Potosi, en chambre double, avec petit déjeuner
  • Les 2 nuits à Uyuni, en chambre double, avec petits déjeuners
  • La nuit au désert de Siloli, en chambre double, demi-pension
  • La nuit à San Pedro de Quemes, en chambre double, demi-pension
  • La nuit à la Isla del Sol, en chambre double, demi-pension
  • La nuit à Copacabana, en chambre double, avec petit déjeuner
  • Les 2 nuits à La Paz, en chambre double, avec petits déjeuners
  • Santa Cruz - Papillons et orchidées, avec un guide privé francophone
  • Sucre - Potolo, communauté des Andes, avec un guide privé francophone
  • Potosi minière, avec un guide privé francophone
  • Salar d’Uyuni et Lipez, en privé, chauffeur hispanophone
  • Copacabana et Isla del Sol, avec un guide privé francophone
  • La Paz et la vallée de la Lune, avec un guide privé francophone
  • Notre service de conciergerie sur place
  • Un service de navigation GPS accessible depuis l’application Voyageurs du Monde, chargé avec votre parcours, les coordonnées de vos hôtels et bonnes adresses
  • Réf: 1491507
    Nos experts à votre écoute
    Contactez nos conseillers specialistes pour créer votre voyage sur mesure