Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Novembre

Décembre

L’Ouzbékistan, comme bon nombre de ses voisins centre-asiatiques, est sujet à un climat continental. Les hivers sont froids et très secs et l’été d’une chaleur écrasante, avec une grande variation de températures entre le jour et la nuit. Autrement dit, les intersaisons sont vivement recommandées aux voyageurs désireux de profiter d’une météo agréable. Nos baroudeurs vous en disent plus.

Janvier, le mois le plus froid de l’année

Janvier est en effet l’une des période les moins conseillées en Ouzbékistan car un froid mordant envahit le pays. Dans la capitale, à Tachkent, les températures ne dépassent guerre la barre des zéro degrés. Mais bien emmitouflé, vous profiterez tout de même d’un superbe soleil qui illumine généralement la ville en cette saison.

Ne vous fiez pas aux apparences : cette ancienne étape de la route de la soie abrite quelques joyaux. Attardez-vous au Bazar Chorsu, cette caverne d’Ali Baba accueillant des produits venus de tout le pays, et grimpez en haut de son escalier en spirale pour admirer la magnifique vue sur les montagnes.

Si vous vous rendez dans la région de Samarcande, prévoyez d’autant plus de lainages ! Vous n’êtes pas à l’abri d’importantes chutes de neige et, cela va sans dire, d’un froid à vous glacer les os. Mais à l’instar de Tachkent, les journées sont très lumineuses.

Les zones centrales sont elles aussi caractérisées par un soleil radieux et des températures souvent négatives, au même titre que les villes aux alentours du bassin de l’Amou-Daria (Gazli, Uzunkuduk, Kochka…). Mais ces dernières sont un peu moins lumineuses que leurs homologues.

Pour retrouver un peu de chaleur, rendez-vous aux villes frontalières au sud du pays, bordant l’Afghanistan. Les températures sont fréquemment positives, même en matinée, et le soleil est souvent de la partie.

Avis aux randonneurs : les régions du Karakalpakie ainsi que les zones montagneuses du Tian Shan son très difficilement explorables en janvier. On peut atteindre les -40 °C et les cols sont fréquemment fermés à cause de leur inaccessibilité.

Février : une légère hausse des températures

Un timide redoux commence à se faire sentir au mois de février. Les villes frontalières du sud sont les premières concernées avec des températures avoisinant parfois les 10°C. Même privilège pour les villes du sud et du centre du pays, affichant des températures à quelques degrés au-dessus de zéro.

Si vous cherchez à vous réchauffer d’autant plus, sachez que Ternez bénéficie d’un microclimat du fait de sa position « en cuvette » entre les monts Kugitang et Khabatag, respectivement situés à l’ouest et à l’est de la ville. C’est d’ailleurs ici que l’on trouve l’unique monastère bouddhiste troglodytique de la région !

Dans la région de Tachkent, si les matinées sont encore glaciales, les degrés gagnent un peu de terrain au fil de la journée. Mais les vêtements chauds ne sont pas à lésiner pour autant !

Samarcande et ses environs sont plus mitigés car soleil et nuages s’alternent régulièrement, fréquemment accompagnés de chutes de neige.

Les villes avoisinant le bassin de l’Amou-Daria ne sont pas touchées par la neige et gardent un climat similaire au mois de janvier, soit des journées ensoleillées et des températures très basses.

Mars ou les prémisses du printemps

La météo reprend des couleurs au mois de mars ! Les températures grimpent considérablement dans la majorité du pays, et le soleil affirme sa présence. Une fois de plus, ce sont les villes frontalières du sud qui l’emportent.

La seconde place est accordée ex-aequo aux localités du centre et autour du bassin de l’Amou-Daria. Le printemps ne saurait tarder et l’on peut explorer les lieux sans craindre un froid trop important.

La zone de Samarcande prend également quelques degrés sans pour autant quitter l’atmosphère hivernale. On se console avec un soleil assez présent. Lorsqu’il pointe le bout de son nez, ne manquez pas de visiter la colline d’Afrosyab, ancienne cité antique VIIIe siècle avant J.-C. Vous pourrez observer les traces des civilisations qui s’y succédèrent, de l’âge de fer à la conquête mongole.

Avril, début de la haute saison

Plus de de place au doute, le printemps a fait son nid en avril et les visiteurs s’empressent d’affluer ! Il commence même à faire chaud au niveau des villes frontalières du sud. En cette saison, privilégiez la nature aux villes dans la région. L’île d’Aral-Paygambar constitue une belle excursion. Il s’agit d’une réserve naturelle de trois hectares recouverte de végétation et très peu connue des touristes.

A Tachkent et dans les environs, le ciel est dégagé la plupart du temps et l’on peut quasiment sortir sa tenue d’été en milieu de journée. Idem pour les villes du bassin d’Amou-Daria.

Samarcande, elle, n’est pas logée à la même enseigne car des épisodes pluvieux surviennent assez régulièrement.

Dirigez-vous plutôt vers les villes du sud et du centre, tout à fait printanières. Il vous faudra alors absolument faire un saut dans la cité millénaire de Boukhara, qualifiée par certains de plus belle ville du monde.

Mai : l’été continental approche

L’Ouzbékistan poursuit son ascension climatique au mois de mai avec des températures encore tout à fait supportables dans la majeure partie du pays.

Seules deux zones peuvent être incommodantes : celle de Samarcande, encore prisonnière des pluies, et celle des villes frontalières au sud car la chaleur commence à peser sérieusement.

A contrario,  l’air est doux à Tachkent dès le levée du jour, soit l’idéal pour les lève-tôt.

L’air se réchauffe au niveau du centre-sud du pays et des villes autour de l’Amou-Daria, sans pour autant affoler le mercure. Notre coup de cœur : Khiva, ville-musée la mieux préservée sur la route de la soie.

Juin : les grandes chaleurs s’invitent

Le territoire ouzbèk est assez inégal en juin. Certains endroits sont idéaux pour la visite tandis que d’autres sont déjà sujets aux fortes chaleurs de l’été continental.

C’est notamment le cas des villes frontalières au sud ainsi que celles du centre, déjà caniculaires. Tachkent subit le même sort avec une météo encore plus inconfortable causée par les pollutions. Lors des pics de chaleur, vous pouvez vous réfugier au sein des parcs de la ville, tels que l’Alisher Navoi National Park ou le Parc National d’Ouzbékistan.

Pour profiter d’un climat plus doux, préférez plutôt la région de Samarcande ou les villes près du bassin de l’Amou-Daria.

Juillet, la canicule atteint son paroxysme

La sécheresse s’abat sur tout le pays au mois de juillet en Ouzbékistan. Si vous voyagez à cette période, il vous est grandement conseillé de vous abriter durant les heures chaudes, quelle que soit votre destination.

A l’est, rien de nouveau : les matinées sont prises d’assaut par la chaleur qui ne cesse d’augmenter au fil de la journée. Ces conditions concernent la majorité du territoire, mis à part Samarcande et ses voisins, un peu plus doux. A voir absolument : la nécropole du feu roi Chah-e-Zindeh, une ruelle menant autrefois aux portes de la ville.

Août : les terres ouzbeks se rafraîchissent progressivement

Même si l’on est loin d’un temps automnal, le pays perd quelques degrés dans certaines régions.

Tachkent et son agglomération, les villes frontalières au sud ainsi que la région de Samarcande font partie des heureux élus. Aux heures les plus chaudes à Tachkent, pourquoi ne pas profiter des quelques musées intéressants que la ville a à offrir ? Le musée des beaux-arts, dédié à l’art ouzbèk, est sans doute le plus intéressant.

En revanche, les localités du centre et celles du bassin de l’Amou-Daria sont encore en proie à un temps lourd. Il faudra vous lever aux aurores pour respirer un peu d’air frais !

Septembre : retour de la saison touristique

Le pays sort de sa torpeur estivale en septembre. Dans la région de Tachkent, les températures sont tout à fait raisonnables, entre 23°C et 32°C en moyenne.

Même son de cloche pour Samarcande et ses environs, mis à part une certaine fraîcheur en matinée.

Le reste du territoire est d’un acabit similaire, se prêtant à de nombreuses activités touristiques. Tels les caravaniers d’antan, nous vous conseillons vivement d’emprunter la route du nord reliant Samarcande à Boukhara. Vous longerez le lac Aydar Kul, qui voit fleurir de nombreuses yourtes sur ses rives. 

Octobre : un avant-goût de l’automne

L’Ouzbékistan est encore tout à fait visitable en octobre. Il vous faudra simplement prévoir quelques tenues automnales dans votre valise, notamment pour les matinées et soirées.

Le soleil continue de rayonner un peu partout, notamment dans la partie méridionale du pays ainsi qu’à Tachkent, où le thermomètre varie entre 15 et 24°C. Un temps idéal en somme pour vos promenades au grés des rues tachkentoises.

Attention à Samarcande car les matinées sont assez froides (8°C en moyenne). Un peu de patience s’impose pour la remontée des températures dans la journée. Il en est de même pour les alentours du bassin de l’Amou-Daria.

En vous dirigeant vers le centre, vous sortirez sûrement vos vêtements chauds car l’air se rafraîchit considérablement. Un peu plus au sud, libre à vous d’explorer la région reculée du Khorezm. Maisons ombragées, rizicultures, vergers et champs de coton y dessinent un tableau des plus pittoresques.

Novembre : retour du froid

Même si novembre reste assez fréquentable, on ne peut négliger l’avancée des pluies et la fraîcheur du climat. Dans certaines zones comme Tachkent, les milieux de journée sont assez tièdes mais caractérisés par quelques précipitations.

Les villes frontalières au sud semblent, elles, assez épargnés avec une météo agréablement douce. Si vous vous rendez à Samarcande depuis Termez (au sud du territoire), vous remarquerez les vestiges historiques datant entre autres, de l’époque d’Alexandre Le Grand qui emprunta ce chemin.

En arrivant à Samarcande, les vêtements chauds seront de rigueur malgré la forte présence du soleil, au même titre que la zone du bassin de l’Amou-Daria.

Décembre : l’hiver ne fait plus de doute

Décembre est à éviter en Ouzbékistan. Au froid s’ajoutent de fortes averses et/ou chutes de neige, ainsi qu’un soleil rare. Quelle que soit la localité, personne n’échappe à la règle.

Contactez un spécialiste de l'Ouzbékistan