Capitale

Tachkent.

PIB

En 2007, 777 dollars US par habitant (France, 36 614 dollars US par habitant).

Point culminant

Adelunga Toghi, 4 301 mètres (chaîne de Pskem).

Superficie

447 400 km², soit 0,8 fois la France.

Climat

L´Ouzbékistan « jouit » d’un climat continental marqué, avec des écarts de température journaliers de grande amplitude (jusqu’à 20°). Les conditions météo offrent de nets contrastes d’un milieu à l’autre (déserts, montagnes, vallées basses…). L´hiver est rigoureux (moyenne nationale autour de -2°), en particulier en Karakalpakie (ouest), où les températures peuvent chuter jusqu´à -40°, la région étant exposée aux vents sibériens. Mais ailleurs, les journées sont souvent très agréables, le temps clair et ensoleillé ; les nuits sont froides, en revanche. L´été (de mai à septembre), les températures les plus hautes sont atteintes autour de Khiva et dans le sud, à Termez, où le mercure peut passer les 50°. Les meilleures périodes pour voyager vont donc d´avril à juin et de fin août à début novembre. Le pays est aride (100 à 200 mm de pluie par an), sauf dans la vallée du Ferghana. La pluie tombe généralement en mars, en petites averses quotidiennes qui ne durent jamais très longtemps, elle est plus abondante sur les reliefs.

Géographie

L’Ouzbékistan est un Etat enclavé d’Asie centrale, frontalier du Kazakhstan, à l’ouest et au nord, du Kirghizstan et du Tadjikistan, à l’est, de l’Afghanistan et du Turkménistan, au sud et au sud-ouest. C’est un pays de déserts plats, relevé à l’est et au sud-est (contreforts des Tian Shan, avec des sommets au-delà de 4 000 m). Les déserts, dont le Kyzyl Kum (« sables rouges »), au nord, couvrent 80% du territoire. Seuls 10% de la surface sont cultivables (vallée du Ferghana, au nord-est). Deux grands fleuves traversent le pays, l’Amou-Daria et le Syr-Daria. Leur surexploitation par la culture industrielle du coton est responsable de l’assèchement dramatique de la mer d’Aral (nord-ouest).

Economie

Les autorités ont opté pour une réforme graduelle de l’économie (le secteur public demeure important), avec pour objectif l’autosuffisance énergétique et alimentaire. Le pays est bien doté en ressources naturelles : or, cuivre, pétrole, gaz (3° producteur mondial), uranium… Les recettes à l’exportation dépendent encore essentiellement des cours mondiaux de l’or et du coton. Celui-ci, en dépit des problèmes que pose sa production industrielle, est toujours un secteur clé de l’économie. Le secteur agro-industriel représente un tiers du PIB et emploie un tiers de la population active. Les services connaissent toutefois un développement notable. Ces dernières années, les investissements russes ont été importants dans de nombreux domaines : énergie, télécommunications, aviation, agroalimentaire… Taux de croissance 2007 : 9,5% ; mais la population ne bénéficie pas encore dans son ensemble de ces résultats favorables : 27% vivraient encore sous le seuil de pauvreté.

Faune & Flore

Faune et flore sont variées, mais éprouvées. La steppe aride présente une végétation éparse : absinthe, chiendent, tamaris, saksaul ; avec les pluies de printemps, tulipes, renoncules, rhubarbes, y viennent néanmoins. Chameaux, gerboises, loups, varans, tortues, serpents, y trouvent leur pitance. A quoi on peut ajouter, dans certaines zones : gazelles, ânes sauvages et la rare antilope saïga. Les rapaces peuplent le ciel. Sur les contreforts des Tian Shan, les prairies alternent avec des forêts de trembles, pommiers, mûriers, abricotiers… C’est le domaine des marmottes, sousliks, renards, perdrix, tétras… La panthère des neiges se rencontre encore parfois, au-delà de 3 000 m.
Contactez un spécialiste de l'Ouzbékistan