1

Approcher les animaux de très près

Approcher les animaux de très près. Même pour les vétérans des safaris, la Namibie est un choc. Avec une voiture et un GPS, il est facile d’organiser son aventure en solo dans un parc national. Les plans d’eau autour d’Etosha Pan attirent un nombre fou d’animaux. Il suffit de se garer, d’attendre et de retenir son souffle. Voici les zèbres, les springkoks, girafes, koudous, lions et les éléphants ! Les collines du Damaraland sont le fief du rhinocéros noir et avec un peu de chance, on pourra apercevoir les derniers chevaux sauvages ; sans parler d’approcher des guépards et même être autorisé à les caresser !
2

S’offrir quelques shoots d’adrénaline

S’offrir quelques shoots d’adrénaline. La "Mecque" du vol à voile se situe en Namibie, il est facile d’embarquer avec un pilote pour planer au-dessus des paysages du Kalahari dans le bleu intense du ciel namibien, de se jeter d'un avion pour le grand frisson de la chute libre ou de survoler en ULM les parties de la côte atlantique inaccessibles en voiture. Moins vertigineux mais tout aussi impressionnant : Dévaler en sandboard les plus hautes dunes du monde dans le Sossusvlei. D’une intense couleur orangée, elles changent de nuance au fil de la course du soleil et sont en perpétuel mouvement.
3

Décoller pour une autre planète

Décoller pour une autre planète. Pendant des millénaires, les forces titanesques des entrailles de la terre se sont combinées aux eaux tumultueuses de la Fish River pour créer l’un des plus grands et des plus spectaculaires canyons du continent. Les strates rocheuses parlent de l’origine du monde tandis que le sommet des blocs de granit fume de nuages de poussière et de sable. Un spectacle surnaturel, surtout si l’on a la chance de le survoler en petit avion taxi. A pied, la descente au fond du Kuiseb Canyon est une épopée géologique à travers les grandes strates du chaos planétaire.
4

Prendre une bouffée de romantisme allemand

Prendre une bouffée de romantisme allemand au à l’Hôtel Heinitzburg,ce château du début du siècle dernier construit par le comte de Schwerin pour sa fiancée Margarethe von Heinitz. Vous n’en croyez pas vos yeux ? Foncez à Lüderitz, petit port de pêche aux maisonnettes multicolores fondé par un négociant allemand de Brême. Devant une choucroute-bière, complètement désorienté, reprenez la carte. Karasburg, Keetmanshoop, Helmeringhausen… Eh oui, la Namibie fut une colonie germanique entre 1884 et 1915. Si L'anglais est la seule langue officielle, l'afrikaans et l'allemand y sont encore couramment parlés. La petite station balnéaire de Swakopmund, avec son architecture digne des bords de la Baltique et ses pâtisseries de la Kaiser Wilhelm Strasse, en témoigne avec panache.
5

Goûter la truffe du désert

Goûter la truffe du désert dans un restaurant de Swakopmund ou de Windhoek. Cette « Terfeziae » que les anciens appelaient « la fille de la foudre » récoltée dans le Kalahari se développe en symbiose avec d’autres plantes, comme l’hélianthème ou fleur du soleil. Les gastronomes se battent pour cette parente lointaine de nos truffes européennes, à la saveur très délicate et particulière qui peut peser jusqu’à 300 gr. Coupées en fines lamelles et servies sur un filet d’autruche : un régal !

A découvrir

Contactez un spécialiste de la Namibie