Un livre de géologie à ciel ouvert, des paysages étonnants, dantesques, une côte stupéfiante, une capitale germano-africaine : voilà de quoi surprendre et promettre un voyage hors du commun.


La Namibie ne vous décevra pas, bien au contraire. Il n’y a pas à proprement parler de danger particulier en Namibie. On conduit à gauche comme dans toute l’Afrique australe. La circulation est loin d’être dense, même à Windhoek. On est souvent seul sur des routes à perte de vue. 90% des routes sont des pistes de gravelles. Il y a peu de routes goudronnées. Sur les pistes la vitesse est limitée à 80km/h. On ne de rabat pas immédiatement après avoir doublé pour ne pas envoyer de graviers sur le pare brise du véhicule dépassé.  Accessoirement on ferme ses vitres histoire de ne pas respirer la poussière soulevée.  Même avec un 4x4 n’allez pas dans les dunes ou sur le sable hors piste. Le sable est traître. Vous n’y êtes pas habitué, vous n’avez pas fait le Dakar et quand bien même. Autre précaution : Sur la route (superbe) entre Swakopmund et Walvis Bay il y a souvent des vents de sable.

Ne dépassez pas le 60 km/h. A vitesse supérieure, le sable abimerait la peinture de votre voiture.  Et vous auriez à payer une nouvelle peinture. N’essayez pas d’argumenter, les loueurs savent très bien à quelle vitesse le sable abime la voiture. On ne conduit pas la nuit qui voit les animaux les plus divers traverser la route.  Aveuglés par vos phares, antilopes et autres gibiers se précipiteraient sur votre capot et pare-brise ! Arrivez toujours à votre hôtel avant le coucher du soleil. Ne serait-ce que pour admirer le crépuscule. Ils sont somptueux.  

Quand vous êtes à un croisement avec 4 stops le premier arrivé est le premier à passer, quelle que soit la direction d’où il vienne. First come, first serve ! En dehors de la voiture (comptez 4 à 5 heures de route en général entre chaque étape) on voyage en avion en Namibie. Des petits avions parfaitement sûrs. Le survol du pays est splendide car, comme écrit plus haut, c’est un livre de géologie, encore plus exceptionnel vu du dessus.  Dans ces petits avions le poids total des bagages ne doit pas excéder 20kgs, sac à main inclus. Et si possible pas de valises à roulettes mais des sacs souples.  La monnaie officielle est le dollar namibien qui, surprise… a le même cours que le rand sud-africain. Il y a des ATM, distributeurs de billets, partout dans le pays, jusque dans la plus petite station service du bush. On paye facilement en cartes de crédit Visa et Mastercard.  On peut aussi laisser du pourboire au restaurant via la carte. Evidemment le cash sera plus apprécié. L’usage veut de laisser 10% au restaurant. Mais si on est peu satisfait du servicene rien laisser se fait aussi. Les rangers et les guides ont l’habitude de recevoir des pourboires de l’ordre de 100 dollars namibiens (6 euros/jour/personne). Dans les lodges on trouve une petite boîte à pourboires où on laisse 5€/jour/personne pour le service en général, hors les rangers.

Dans les villes un “car watch“ surveillera votre voiture pendant vos arrêts. Lui laisser 5 dollars locaux (40cts d’€). On ne marchande pas dans les boutiques, un petit peu sur les marchés. La police est honnête. On ne propose pas de bakchich pour éviter un  PV.  Enfin, pour terminer sur une note rafraîchissante cette évocation d’un pays largement désertique, si le hasard vous amène à Windhoek en Octobre ne passez pas à côté de la fête de la bière, une tradition australo-bavaroise ô combien typique !

Très beau voyage !

A découvrir

Contactez un spécialiste de la Namibie