Capitale

Mexico.

PIB

En 2007, 8 478 dollars US par habitant (France : 28 700 dollars US par habitant).

Point culminant

Pico de Orizaba, 5 675 mètres (Mexique central).

Superficie

1 972 550 km², soit 3,6 fois la France environ.

Climat

L´altitude est un facteur déterminant pour le climat du Mexique. On peut ainsi distinguer : - Les terres chaudes (tierras calientes), d´une altitude inférieure à 1 000 m ; la température moyenne y est de 25°, mais peut dépasser les 45°. - Les terres tempérées (tierras templadas), situées entre 1 000 et 1 800 m. Elles jouissent d´une température moyenne de 19°. Les soirées d´hiver y sont fraîches. - Les terres froides (tierras frias), au-dessus de 1 800 m. Par exemple, à Mexico, située à 2 240 m d´altitude, les températures moyennes, pour les mois de janvier et juillet, sont respectivement de 12,6° et 16,1°. Dans ce pays coupé en deux par le tropique du Cancer, la latitude joue également un rôle important. Ainsi, au nord du tropique, le climat est quasi-désertique. Le Mexique central est tempéré. Au sud, la péninsule du Yucatan a un climat tropical classique alors que les basses terres du Chiapas sont soumises au régime subéquatorial. Enfin, la saison sèche s´étend de novembre à mai et la saison des pluies dure de juin à octobre. C´est surtout en fin d´après-midi et la nuit que s´abattent alors des averses torrentielles, généralement de courte durée. Mais ces pluies concernent surtout le sud et, au bout du compte, 71% du territoire souffrent d’une insuffisance de précipitations. Les chiffres parlent d´eux-mêmes : alors que les tierras calientes du sud ont une pluviométrie annuelle moyenne de l´ordre de 2 000 mm, celle-ci atteint péniblement 250 mm dans les terras frias du nord.

Géographie

Le territoire mexicain peut être, schématiquement, divisé en trois ensembles : le nord, le centre, le sud-est. Le nord occupe la moitié de la superficie du pays. Il est constitué par le haut plateau central ou Altiplano, dont l´altitude varie entre 1 000 et 3 000 m. C´est sur l´Altiplano que sont situées les deux plus grandes villes du pays, Mexico et Guadalajara. Ce haut plateau est limité à l´est et à l´ouest par deux chaînes de montagnes, la Sierra Madre orientale et la Sierra Madre occidentale, qui surplombent respectivement les étroites plaines côtières de l´Atlantique et du Pacifique. Au centre du Mexique, les deux sierras se rejoignent pour former la Sierra Madre méridionale. Cette chaîne labyrinthique est essentiellement volcanique. Nombre de volcans sont encore en activité, dont le célèbre Popocatepetl. C´est là que s´élèvent les plus hauts sommets du pays, dont certains sont couverts de neiges éternelles. Le sud-est commence après l´isthme de Tehuantepec, large seulement de 225 km. On y distingue les montagnes du Chiapas et la péninsule du Yucatan, baignée par la mer des Caraïbes.

Economie

Bien que l´industrie occupe une place de plus en plus importante dans l´économie mexicaine, celle-ci reste marquée par l´agriculture et l´exploitation minière, qui furent ses piliers dès l´époque coloniale. Néanmoins la contribution de l´agriculture au PIB ne cesse de baisser et, si elle emploie encore 18% des actifs, l´absence d´une réelle politique agricole ne permet pas de voir la fin de la crise du monde rural, que caractérise un exode important vers les grandes villes. Le paysage agricole est contrasté. Au nord, les investissements ont permis l´apparition d´exploitations immenses et modernes à la productivité élevée, tournées vers l´exportation (canne à sucre, café, viande…). Ailleurs, ce sont des petites parcelles de production vivrière. Enfin, malgré les efforts et 11 500 km de côtes, la pêche tarde encore à trouver son plein développement. Le Mexique est tout de même exportateur de crevettes, de thon et d´anchois. A côté de l´agriculture, l´exploitation minière constitue l´autre secteur traditionnel de l´économie mexicaine. Si l´absence d´investissements et le vieillissement des installations ont ralenti la croissance en ce domaine, le Mexique est encore le 1er producteur mondial d´argent et de 2e de souffre (suivent le plomb, le zinc, le cuivre, le fer). Mais tout cela pèse moins désormais que le pétrole (5e producteur mondial) et le gaz (13e rang). La production pétrolière est le monopole de la Pemex (Petroleos Mexicanos), nationalisée en 1938. Cette entreprise assure 40% des recettes de l´Etat et ses premiers clients sont les Etats-Unis. Dans le secteur de l´industrie, qui occupe 27% des actifs, il faut distinguer deux aspects. D´une part une industrie principalement destinée au marché intérieur. Installée pour moitié dans la région de Mexico, elle se développe autour de trois axes : l´agroalimentaire, les machines et le textile. A côté de cela, les industries de base restent puissantes, en particulier la sidérurgie, le traitement des métaux non ferreux et la chimie lourde. D´autre part, à proximité de la frontière américano-mexicaine, se sont développées les maquilladoras. Il s´agit d´entreprises de sous-traitance, bénéficiant souvent d´apports de capitaux US et consacrées à l´exportation vers les Etats-Unis. Ces maquilladoras font de l´assemblage dans des domaines très variés, allant des appareils électriques ou électroniques aux vêtements, en passant par les véhicules. Les services concernent quant à eux 55% des actifs. Dans ce domaine, le tourisme occupe une place importante, le Mexique accueillant environ vingt millions de visiteurs par an. Aujourd´hui, malgré son dynamisme, l´économie mexicaine, dépendante des Etats-Unis et du cours du pétrole, demeure fragile. En outre, la distribution de la richesse est tout à fait inégale. Alors que l’on estime que 40% des Mexicains vivent sous le seuil de pauvreté, la fortune des onze familles les plus riches correspond, à elle seule, au PIB de cinq millions d´habitants. Le Mexique est aussi l´un des pays du monde où l´écart entre les salaires les plus hauts et les plus bas est le plus important.

Faune & Flore

Grâce à la grande variété des reliefs et des conditions climatiques, le Mexique offre une flore et une faune très variées. Le nord présente une belle gamme de cactus et d´épineux. Dans le centre, dès que les reliefs s´élèvent, on trouve des forêts tempérées, où viennent chênes, pins et sapins. En revanche, la jungle tropicale couvre par endroit les terres méridionales. Dans les parties orientales, humides et chaudes, on trouve aussi des prairies, des vergers, des caféiers. L´ouest voit se développer une végétation de type subtropical, qui permet la culture industrielle de la canne à sucre. Enfin, les terres très humides situées le long du Golfe du Mexique sont souvent le domaine de la mangrove. On retrouve la même diversité dans la faune. Alors que les régions sèches sont peuplées de coyotes, de vautours et d´une grande variété de reptiles, les montagnes permettent de découvrir des pumas, des ocelots, des pécaris, des ours, des loups et des aigles. De son côté, la zone tropicale abrite des jaguars, des tapirs, des singes, des iguanes, ainsi que d´innombrables insectes et oiseaux. Côté mer, la multitude de poissons splendides que l´on peut y voir fait de certains spots mexicains de véritables paradis pour les plongeurs.

A découvrir