Voyager en Israël ne relève pas de l’aventure, loin de là. Le pays est hautement civilisé, les routes sont faciles, parfaitement signalées en hébreu, arabe et caractères latins. Il existe néanmoins des règles toujours bonnes à connaître pour être au diapason des Israéliens. Quant à la Palestine, si le développement est moins évident, la vie d’un voyageur n’y diffère guère de celles pays arabes. On ne sera donc pas dépaysés sauf que : l’ascenseur de votre hôtel israélien s’arrête à tous les étages sans que vous l’ayez demandé ? C’est Shabbat et c’est voulu. Dieu a crée l’univers en six jours et s’est reposé le septième. Un septième jour, commençant le vendredi soir que les Juifs respectent. Outre qu’on ne fait rien qui puisse être assimilé à un travail, on ne doit pas apporter une “touche finale“ aux objets, dernier coup de marteau, dernier tour de vis et circuit électrique. Pas de télévision, de radio, de téléphone. L’ascenseur s’arrête donc partout pour éviter à celui qui observe le Shabbat de fermer un circuit. CQFD. L’idée du Shabbat étant de partager en famille un temps sacré, de se vider la tête. Pas inutile en ces périodes d’ultra connexion où on passe sa vie le nez sur un écran. Le samedi les magasins sont donc fermés. Sauf à Tel Aviv où plages, restaurants et activités balnéaires sont ouverts. A Jérusalem il reste les quartiers chrétiens et arabes qui sont animés comme à l’habitude. Outre le Shabbat qui vous procurera le plaisir de ne manger que des plats réchauffés et boire du café pressé la veille (adieu l’expresso) une autre spécificité d’Israël est le coup de sirène. Piétons et véhicules s’arrêtent d’un seul coup. Faites-en de même : le pays décline imparablement une quantité de “minutes de silence“ scrupuleusement observées.

En Palestine le Dimanche sera le vendredi. (Vous suivez toujours ?) La fête religieuse n’engendre pas autant de contraintes qu’en Israël sauf en période de Ramadan où l’on évitera bien sûr de manger et boire en public de jour. Avantage des religions, elles déclinent une palanquée de fêtes tout au long de l’année qui sont autant de journées de contrition ou de joie. A Pessah, la Pâques juive, pas de pain, encore moins de viennoiseries pendant une semaine. On ne fait pas monter le levain. Quant à Yom Kippour inutile de rappeler que c’est une période de désert absolu. Pour Hannouka par contre profiter des hanoucciots, ces bougeoirs spéciaux, posés devant les fenêtres de Meah Shearim.

Redescendons au profane : on négocie peu en Israël sauf aux marchés de Jérusalem et Tel Aviv. On négocie partout en Palestine. On paye beaucoup en carte de crédits d’un côté. On paye en cash de l’autre (Palestine). Distributeurs de billets assez répandus à l’Ouest, rares en Palestine. Souvent en panne ou vides pendant et après Shabbat. Le pourboire est également partagé des deux côtés. Bien que largement payés par nous les guides locaux et les chauffeurs s’attendent à une gratification. (minimum de 30€ par jour pour le guide et 20€ pour le chauffeur. Prévoir le double pour les groupes à partir de 6 personnes). Niveau de prix identique quelque soit le pays. Au restaurant : 10% de la note en pourboire. Contrôles de sécurité minutieux à l’aéroport. Prévoir d’y arriver 3 heures avant. Quelques check points fastidieux. On prend son mal en patience. Le militaire israélien étant globalement psycho rigide en service. Passé leur (long) service militaire les jeunes gens prennent une année sabbatique. Pour la financer ils travaillent dans les hôtels. N’attendez d’eux ni professionnalisme, ni empathie pour le client. D’où le niveau parfois médiocre du service dans l’hôtellerie. En Palestine les serveurs sont heureux d’avoir un job. Le voyageur profite de leur félicité.

Une déception : il n’y a plus guère d’oliviers au Mont des Oliviers mais la vue est toujours splendide sur la rose Jérusalem et quel monument de spiritualité pour les trois religieux monothéistes ! Ainsi les deux pays sont un condensé fascinant de l’histoire de notre humanité. Vous allez y vivre un voyage exceptionnel. D’autant que notre concierge est toujours là pour vous à portée de téléphone, omni présent. Divin, non ?

Très beau voyage !

 

INFO +

Il n’y a pas de visa pour entrer en Israël. Un coupon doit vous être remis à l’arrivée par la police des frontières, et doit être rendu le jour du départ. Ce coupon vous permettra d’être exemptés du paiement de la TVA sur vos éventuels achats locaux

Vous recevrez la veille de votre départ / retour vos cartes provisoires de pré-enregistrement par mail mais il faudra systématiquement repasser par le comptoir d’enregistrement pour contrôle de sécurité c’est pourquoi, il faut toujours prévoir au minimum 2 heures avant le départ de la France et pour le retour au minimum 3 heures avant le décollage (ou 2h30 si vous êtes en classe affaires) au départ d’Israël. Le contrôle des bagages à l’aéroport est très sécurisé et ralentit fortement les procédures d’enregistrement.

Ne soyez pas surpris, lorsqu’on quitte Israël les bagages sont systématiquement fouillés, et chaque passager est questionné sur la provenance des objets achetés en Israël et / ou en Palestine. Cela fait partie de la procédure.

Gardez votre passeport sur vous en permanence. Des contrôles d’identité existent pour accéder à certains endroits touristiques.

Les hôtels israëliens sont en général pourvus d’un accès Wi-Fi permettant de joindre la France gratuitement (appli FaceTime / Viber…). En Israël et à Tel Aviv, de nombreux cafés / restaurants offrent également le Wi Fi à leurs clients. Il peut même être gratuit dans le bus inter-villes.

Il est normal que l’hôtel vous demande votre carte de crédit lors du check in afin de garantir le règlement des extras en fin de séjour.

Evitez les tenues trop décolletées ou trop courtes et pour les hommes éviter les shorts. Toujours avoir un châle à portée de main, pour les visites de lieux religieux, pour se couvrir les épaules et bras. Pour les messieurs des kippas sont prêtées quand nécessaire.

Israël, peut-être le seul pays au monde où il ne faut pas composer le 00 pour appeler à l’étranger, mais sélectionner un opérateur en tapant au lieu du 00 : 012 ou 013 ou 014 ou 015 + 33 1 vers fixe ou 33 6 vers mobile.

Un petit conseil pour visiter l’Esplanade des mosquées : les horaires d’ouverture sont limités à la matinée et le site est fermé à la visite les vendredis et samedis. L’accès aux non musulmans se fait par l’entrée situé à côté du Mur des Lamentations.

En tant que piéton ; il est vivement recommandé de respecter les feux de signalisation des passages piétons, au risque de se voir verbaliser.

Les pharmacies ne sont pas signalées par une enseigne à une croix verte comme en France. Elles sont néamoins nombreuses et reconnaissables par une enseigne Superpharm’ qui ressemble d’avantage à une supérette qu’à une pharmacie vue de l’extérieure… Cherchez des caducées oranges.

Contactez un spécialiste de l'Israël