Il n’y a pas de doute que vous fassiez un superbe voyage. L’Inde est un pays fabuleux, il suffit juste de connaître quelques règles, us et coutumes. C’est le seul but de ce petit vadémécum volontairement exagéré et légèrement taquin… 

 

ON THE ROAD

Certes les routes s’améliorent doucement en Inde. On trouve même  des autoroutes très convenables. Néanmoins les temps de parcours sont toujours longs. Le kilométrage n’est pas essentiel. Le voyage se compte en heures, pas en kilomètres. 

 

A vos cotés

Les chauffeurs (nous choisissons les meilleurs) manquent de flexibilité. Pas question qu’ils dévient d’un itinéraire défini. Ce n’est pas qu’ils soient ombrageux mais c’est ainsi. On ne change pas le programme…. Ce manque d’empathie est sensible dans toute l’Inde. Les Indiens ne sont pas emphatiques. Ils ne sourient pas volontiers, sont polis mais pas chaleureux, restent distants.

Les « guides » dont nous essayons d’avoir la « crème de la crème » sont à considérer plus comme des accompagnateurs que comme des guides.   

Les véhicules que nous utilisons (là encore sélection sévère) sont en général excellents. Pour autant en période de haute saison ou dans des régions moins développées, il faut faire avec le parc disponible. On a vu des voitures sans ceinture de sécurité ! Que faire quand rien d’autre n’est possible ? L’Inde est un pays en perpétuel chaos. Difficile d’y imposer nos standards occidentaux.

 

Dans les villes touristiques vous aurez souvent à éloigner les rabatteurs. Tant que vous serez dans un « cadre Voyageurs », pas de problème. Votre accompagnateur fera rempart. Seul, il vous faudra être suffisamment autoritaire dès la première sollicitation. Poli mais ferme. Quant aux mendiants – innombrables- ils sont inévitables. Sachez que pas mal de petits enfants à qui vous pourriez donner des crayons ne vont plus à l’école, leurs parents trouvant un revenu substantiel dans les gains de leurs gamins, et toujours plus que de se casser le dos à travailler aux champs ou sur les routes. 

Les chauffeurs et les guides sont bien rémunérés. Ils ont comme consigne de ne pas effectuer d’arrêts dans les boutiques, même si cette habitude est bien ancrée dans la culture du pays et que nous nous efforçons à les former afin de changer cette coutume.

 

A TABLE

La gastronomie indienne est riche, variée et souvent épicée. Seul le curd, le yaourt local apaisera le feu de votre palais ! Le thé est toujours sucré et au lait. Prévoyez une petite trousse à pharmacie. A noter que les indiens parlent peu pendant le repas, voir pas du tout.

 

A faire, à ne pas faire

Sauf s’il prend l’initiative, ne serrez pas la main d’un indien pour le saluer. Le salut indien consiste à joindre les mains sous le menton et à incliner la tête en disant « namaste ». Ne soyez pas surpris par le « oui » indien qui s’exprime par un hochement latéral de la tête, ressemblant fortement à notre « non » européen. 

On se s’habille ni sexy, ni en jupe courtes ou en short pour les hommes ; parfois il faut se couvrir bras et tête pour visiter un temple, notamment chez les sikhs. 

Quelques chiffres enfin : on peut retirer aux distributeurs sans souci dans les grandes villes. Le pourboire est d’usage pour bagagistes (100 roupies), guides locaux (600 roupies à la journée), guides accompagnateurs (800 roupies à la journée) ou chauffeurs (500 roupies à la journée).

 

POUR FINIR

Le voyage en Inde est forcément exceptionnel. Certains éprouvent même le syndrome indien comme on parle du syndrome de Stendhal. Une légère perte de repères cartésiens. On s’en remet dès le retour et on ne pense plus qu’à une seule chose : y retourner au plus vite pour l’éprouver à nouveau ! Vous verrez… 

Vous l’avez compris : vous nous êtes précieux, votre voyage est inestimable, nous faisons tout pour que vous bénéficiiez des meilleures prestations néanmoins certains aspects locaux nous échappent. Dans ce pays étrange, fascinant, grandiose et misérable, autant en parler avant le départ, entre nous soit dit….