Situation

Quel que soit l´environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou naturel, il est de sa responsabilité de respecter l´endroit qu´il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente les problèmes environnementaux spécifiques à la Finlande. - Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d´infrastructure d´élimination de ces déchets. Par exemple : piles et batteries, médicaments périmés, sacs plastique. - La rareté de l´eau est aujourd´hui un problème mondial. Même si le pays visité n´est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets. - Dans la plupart des hôtels vous disposerez d´une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé, pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n´êtes pas présent dans la chambre. La climatisation n´est d´ailleurs pas absolument nécessaire sous tous les climats. - En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : renoncer à cueillir des fleurs rares, à ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc. La Finlande est le pays le plus boisé d’Europe (76% du territoire ont un couvert forestier). Les conditions climatiques et géologiques sont telles toutefois que le milieu naturel est fragile et réclame des ménagements. Les Finlandais gèrent habilement leurs forêts, tant d’un point de vue économique (le secteur bois-papier est très important) que patrimonial. On compte aujourd’hui plus de trente parcs nationaux, dix-neuf réserves, ainsi que 4 000 km² de forêts anciennes. Pionnier de la protection de l’environnement, le pays est depuis très longtemps sensible à l’importance de la protection de ses ressources naturelles. Les eaux intérieures couvrent 10% du territoire (ce qui fait de la Finlande le mieux doté en eau potable des pays européens). Les eaux de surface fournissent 40% de la consommation d’eau potable, le reste provenant des nappes phréatiques. Quant au système d’assainissement des eaux usées, il est très performant. La mer Baltique, par contre, est en danger. Avec une profondeur faible et une population riveraine très dense, elle est l’une des plus polluées de la planète. Des rejets importants en provenance de Saint-Pétersbourg et un trafic pétrolier en augmentation ne cessent de dégrader la situation dans le golfe de Finlande. Pourtant, fin 2007, le Baltic Sea Action Plan, de la Commission d’Helsinki (qui met en œuvre la Convention d’Helsinki sur la protection de la Baltique), a été mis en place, avec pour objectif de diminuer la pollution en mer à l’horizon 2021. Ce plan prévoit de lutter contre l’eutrophisation des eaux (excès de substances nutritives) et contre les déchets toxiques ; il prévoit également d’améliorer la sécurité maritime et la protection de la biodiversité marine. D’importants efforts ont été consentis ces vingt dernières années pour réduire les pollutions atmosphériques que provoquent l’industrie, les transports ou la production d’énergie. La population est très impliquée dans la gestion des ordures ménagères. Chaque foyer est équipé d’au moins six containers de tri : déchets biologiques, verre, plastique, papier, carton et divers. En plus de cela, une loi sur les déchets encadre de façon stricte la production et le traitement de tous les matériaux (notamment dans le domaine des emballages : la Finlande a un taux de réutilisation très élevé, 74% pour le verre et 59% pour les métaux).
Contactez un spécialiste de la Finlande