Situation

Quel que soit l’environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou plus naturel, il est de sa responsabilité de respecter l’endroit qu’il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente le cas échéant les problèmes environnementaux spécifiques au pays concerné. - Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d’infrastructure d’élimination des déchets. Par exemple : les piles et batteries, les médicaments périmés, les sacs plastiques. - La rareté de l’eau est aujourd’hui un problème mondial. Même si le pays visité n’est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets. - Dans la plupart des hôtels vous disposerez d’une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n’êtes pas présents dans la chambre. La climatisation n’est d’ailleurs pas forcément absolument nécessaire sous tous les climats. - En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : cueillir des fleurs rares, ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc. L'Estonie est couvert à presque 50% par des forêts dont le tiers est soumis à des régimes de protection environnementale. Ces zones de protection abritent la nidification des oiseaux migrateurs, et l’on y trouve de nombreuses espèces animales et végétales disparus ailleurs en Europe. La protection de l’environnement occupe une place importante pour les Estoniens. Tout comme les populations voisines ils sont proches de la nature et soucieux de la préserver. Une des particularités de ce pays est la pratique du libre droit d’accès à la nature, cela signifie que toute personne a le « droit de profiter de la nature et de ses fruits », même lorsqu’il s’agit d’une propriété privée et sans avoir besoin du consentement de son propriétaire. Cet accès au sein de propriétés privées n’est autorisé que lorsqu’il est respectueux du milieu comme de son propriétaire. Ce souci pour l’environnement a mené deux estoniens a lancé une opération de nettoyage des décharges sauvages à travers tout le pays. En effet, depuis l’indépendance en 1991, l’Estonie a connu une forte croissance économique qui s’est accompagné d’une augmentation des quantités de déchets et par la suite sont apparues des décharges sauvages. Aujourd’hui la population estonienne montre sa volonté de lutter contre ce problème en participant en grand nombre à cette vaste opération de nettoyage. Ces deux estoniens ont établi une carte localisant ces décharges sauvages dans tout le pays en s’appuyant sur le logiciel Google Earth et sur le système de positionnement GPS. A chaque décharge illégale a été attribué un numéro d’identification qui ensuite a été reporté sur une carte. Afin de faciliter la localisation des décharges pour les personnes souhaitant participer à l’opération, chaque site était accompagné de photos et de descriptions. En amont, une campagne d’information avait été lancée début février 2009 dans les médias et sur internet, au total ce sont plus de 40 000 estoniens qui ont participé à l’opération (mai 2009) et 80% des déchets ramassés seront triés puis recyclés. Le but de ce projet était non seulement de nettoyer mais aussi de mener une grande campagne de sensibilisation auprès de la population pour ainsi mobiliser à protéger la planète pour les générations futures. Cette campagne de sensibilisation a été menée par l’association « Teeme Ara 2008 » qui signifie en français « faisons-le ».

Idées voyages en Estonie

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble