Situation

Quel que soit l´environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou naturel, il est de sa responsabilité de respecter l´endroit qu´il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente les problèmes environnementaux spécifiques au Cap-Vert. - Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d´infrastructure d´élimination de ces déchets. Par exemple : piles et batteries, médicaments périmés, sacs plastique. - La rareté de l´eau est aujourd´hui un problème mondial. Même si le pays visité n´est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets. - Dans la plupart des hôtels vous disposerez d´une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé, pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n´êtes pas présent dans la chambre. La climatisation n´est d´ailleurs pas absolument nécessaire sous tous les climats. - En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : renoncer à cueillir des fleurs rares, à ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc. Après déforestation, le Cap Vert souffre d´un problème environnemental « naturel » : la dégradation des sols, due au relief et à la violence des précipitations. Les carences hydriques sont, elles, accentuées par l´utilisation intensive de maigres ressources ; le rechargement des nappes phréatiques se fait mal, ce qui provoque tarissement et salinisation. Le manque de contrôle sur le bâtiment, ou l´extraction des sables, et le surpâturage n´arrangent pas la situation. La pollution des zones urbaines est également préoccupante : le recyclage des déchets est à mettre en place, la collecte des eaux usées balbutie… Pour répondre à ces défis, le pays s´est doté d´une politique environnementale, appuyée sur la loi cadre de 1995 et sur deux plans d´action décennaux (1994 à 2014). Ces plans prévoient une gestion des ressources hydriques, la gestion durable de la biodiversité et une politique d´éducation environnementale. Ils ont déjà porté quelques fruits dans le domaine agricole : terrasses antiérosives, reforestation, arrosage goutte à goutte… Le tourisme suscite, lui aussi, des mesures d’encadrement : zones de développement touristique (ZDT) ou zones de réserve et de protection touristique (ZRPT), protégées.