Transport par la route

La Turquie s’est dotée d'un très bon réseau routier et d'excellentes liaisons, sur la côte méditerranéenne, sont en voie d'achèvement. Les autoroutes sont de plus en plus nombreuses, peu chères et plutôt bien entretenues sur l'ensemble du pays. Dans l'est, l’état des routes est souvent très mauvais à la fin de l'hiver. La vitesse est limitée à 50 km/h dans les agglomérations, 90 km/h sur route et 120km/h sur autoroute. Les signaux routiers sont conformes au protocole international de la signalisation routière. Le code de la route est analogue à celui des pays européens. Les panneaux jaunes au bord des routes signalent des sites touristiques. La circulation routière est néanmoins dangereuse en Turquie : le trafic est intense, les camions circulent en nombre et le code est souvent interprété. Il vous faudra donc redoubler de prudence, même sur les petites routes, où des animaux peuvent surgir de manière inattendue et provoquer de graves accidents. Attention aux enfants, dans les villages, qui traversent les routes sans faire attention.

Transport en Taxi ou Loueur

Les taxis sont presque tous de la même marque : Tofas (partenariat entre un constructeur local et Fiat). Ils sont jaunes et fonctionnent au compteur. On ne marchande pas (ou seulement, peut-être, pour des distances de plus de 30 kilomètres - mais nous vous conseillons de ne pas trop insister). Comptez environ 0,80 euro/km pour les longues distances. Il est de coutume d'arrondir la somme en laissant un petit pourboire. Les dolmus, petits taxis collectifs, prennent le relais pour gagner les villages les plus éloignés. Le bus est le moyen le plus répandu (et le moins cher) de circuler en Turquie. Les tarifs sont 50% moins élevés que ceux de l´avion. Les grandes compagnies disposent de cars de grand confort (sièges en cuir, couchettes, WC, service à bord, lecteur VHS) qui assurent des liaisons rapides et fiables entre toutes les villes.

Transport en train

Contrairement à ce qui se passe en France, le réseau ferré est peu utilisé. Pas de lignes à grande vitesse, sinon Istanbul-Ankara (8 heures). Le train est donc réservé à ceux qui veulent découvrir le pays et ses habitants sans se soucier de confort ni d’horaires.

Transport en avion

Etant données les distances à parcourir, l´avion est le moyen de transport le plus utilisé pour se déplacer d’une grande ville à l’autre. Vous trouverez, par conséquent, un réseau aérien très développé. Les liaisons sont assurées d’abord par la compagnie nationale (Turkish Airlines), puis par des compagnies locales, comme Atlas Jet. La desserte d´Ankara, Izmir, Bodrum et Antalya est assurée par 6 à 7 vols journaliers.

A découvrir

Contactez un spécialiste de la Turquie