Capitale

Belgrade.

PIB

En 2009, 5 750 dollars US par habitant (France, 36 614 dollars US par habitant).

Point culminant

Le mont Midzor, 2 169 mètres (Grand Balkan, Serbie centrale).

Superficie

77 474 km², soit 0,14 fois la France environ.

Climat

Dans l’ensemble, le climat, continental modéré, est homogène ; ce sont les reliefs qui font les différences essentielles. Les hivers sont froids, avec du vent et de la neige (les températures peuvent descendre sous O°). Cependant, le printemps fait remonter le mercure dès le mois de mars. Il peut pleuvoir abondamment en mai et juin. Les étés sont chauds (autour de 35° en juillet-août) et les automnes brefs ; les températures chutent sensiblement à partir d’octobre.

Géographie

La Serbie est frontalière du Monténégro, de la Bosnie, de la Croatie, de la Hongrie, de la Roumanie, de la Bulgarie, de la Macédoine et du Kosovo (la République de Serbie n’a toutefois pas reconnu l’indépendance de ce dernier). Elle est composée de deux grands ensembles. La Voïvodine, au nord, dont la Save et le Danube marquent les limites méridionales, est une partie de la plaine centre-européenne de Pannonie. Au centre et au sud, s’élèvent des massifs montagneux de basse ou de moyenne altitude ; Alpes dinariques à l’ouest, Carpates, Grand Balkan, Rhodopes à l’est, dont les vallées sont parcourues de nombreux cours d’eau. L’axe de développement du pays va, le long de la Morava, de Belgrade à Nis et Skopje (Macédoine).

Economie

Les années 2000 ont été favorables à l’économie de la Serbie (plus de 5% de croissance annuelle à partir de 2004). La crise financière a toutefois frappé le pays fin 2008. Il a fallu trouver des accords de soutien avec le FMI, la Banque mondiale et l’Union Européenne ; cela impliquant rigueur budgétaire et réformes de structure. Ces dispositifs ont permis un retour de la croissance dès 2009. Les services sont désormais le moteur de l’économie, mais les secteurs traditionnels parviennent à tirer leur épingle du jeu. L’industrie adapte son appareil et maintient ses activités : sidérurgie, industrie chimique, automobile, machines agricoles, agro-alimentaire… L’agriculture fait la même chose : blé, maïs, betterave à sucre, tournesol, élevage. L’Union Européenne est le plus important partenaire commercial de la Serbie (qui a par ailleurs signé des accords de partenariat énergétique avec la Russie). Structure du PIB : agriculture, 10% ; industrie, 29% ; services, 61%.

Faune & Flore

Le pays dispose encore d’une bonne couverture forestière. Dans les zones humides viennent des prairies et des bouleaux argentés, des saules. Sur les pentes, ce sont des érables, des frênes, des tilleuls, des ifs, des chênes ; plus haut, des hêtres, des pins, des sapins, des mélèzes, des épicéas… Et, sous ces ramées, on trouve le cerf, le chevreuil, le sanglier, le lynx, l’ours parfois. Le renard et le lièvre sont communs, tout comme le sanglier ; le loup est fréquent. Les montagnes nourrissent des mouflons et des chamois. L’avifaune est très riche : Faucon crécerellette, Faisan de Colchide, Aigle royal, Bruant des roseaux, Cygne tuberculé, Chevêche d’Athéna, Sittelle torchepot, Rossignol philomèle, Vautour fauve, Grand Tétras, pour n’en citer que quelques-uns… Des poissons ? Dans le Danube, le barbeau, le brochet, le sandre, l’anguille, le hotu, des silures… Et puis, ailleurs, des truites, des carpes… La Serbie entretient 5 parcs nationaux : Derdap (dans les Carpates méridionales, à l’est du pays ; célèbre pour les Portes de Fer, gorge spectaculaire du Danube) ; les monts Kopaonik (au sud de la Serbie centrale) ; les monts Tara (dans les Alpes dinariques, à l’ouest du pays) ; les monts Sar, au sud ; Fruska Gora (en Voïvodine ; on y cultive la vigne, en particulier les cépages Traminer et Riesling).

Utile