Vous allez adorer le Laos. Un pays où le temps semble s’être arrêté ou pour le moins ralenti ces quarante dernières années. Un charme fou, provincial et parfois, osons le dire nostalgique de la Coloniale. Il suffit de regarder les cartes des restaurants chics de Ventiane : foie gras, bœuf bourguignon, magret de canard. Le programme d’un bon relais de sous-préfecture en France profonde. On joue à la pétanque sous les arbres bordant les rues à trottoirs de la capitale. Le trottoir, large, et les plantations d’arbres sont les marques de la colonisation française. Nous étions le seul peuple à imposer le trottoir ombragé. On nous en remercie encore. Permettez ce trait d’humour. Après tout c’est à Luang Prabang que Pierre Desproges a passé sa jeunesse, chez un père enseignant le français. Le pays se demande aujourd’hui s’il va plonger dans la consommation à la chinoise ou rester dans les bras de Morphée communiste qui l’entourent depuis 1974 et son indépendance. Espérons un juste équilibre, les laotiens sont tellement adorables qu’il serait pervers qu’ils deviennent affairistes.

Il n’y a pas de problèmes majeurs pour voyager au Laos. Il faut juste savoir que les plateaux sont parfois froids et donc se couvrir en conséquence. Les mêmes plateaux peuvent aussi être chauds et donc se découvrir en conséquence. Autant dire qu’il est inutile de prévoir une garde-robe de diva mais plutôt des vêtements simples et pratiques. Les dames seront couvertes en évitant les shorts et débardeurs lorsqu’elles visiteront les pagodes ( 9000 dans tout le pays), les hommes aussi.

À l’arrivée il faudra, si ce n’est déjà fait en France, obtenir le visa. Prévoir 30 dollars US et 2 photos d’identité. Bien vérifier que la date d’entrée est indiquée à côté du visa sous peine de problèmes et d’amende à la sortie. La monnaie locale est le kip. Mais baths thaïlandais et dollars us sont largement acceptés. L’euro se change aussi facilement. On obtient du cash au guichet des banques avec sa carte de crédit, Visa essentiellement. Les distributeurs automatiques sont encore rares. Le pourboire est bien vu. Un guide, bien que largement payé par nous, s’attend à 5€ par jour et par personne, le chauffeur à 2.5€. Au restaurant on laisse 10% de la note. Complication : le Laotien juge indélicat de donner de l’argent de la main à la main. Ça ne veut pas dire qu’il ne prend pas le pourboire mais qu’il faut y mettre les formes. Avoir l’air hésitant puis gêné et presque le suppliant d’accepter. Il vous en sera reconnaissant. Pour le guide et le chauffeur une enveloppe sera parfaite. Lorsque l’on vous salue les mains jointes, répondez de la même manière. On se déchausse avant d’entrer dans une pagode ou une maison. Il convient de se montrer déférent à l’égard des bonzes, de leur céder le passage ; une femme ne doit pas les toucher, ni leur faire un don de la main à la main. Eviter aussi de toucher les objets religieux dans les pagodes. On ne se met jamais en colère, les Laotiens y voient un signe de faiblesse. Ce peuple ne sait pas dire non. Important aussi à savoir : il n’existe pas d’écoles de guides dans le pays. Donc on vous adjoint un accompagnateur, gentil, serviable qui fera tout ce qu’il peut pour vous être utile. C’est d’ailleurs dans la culture des laotiens de respecter l’étranger. Mais il, l’accompagnateur, parlera souvent moyennement le français et n’aura pas forcément les connaissances culturelles d’un guide officiel ailleurs.

Se déplacer ne pose pas de problèmes, les taxis ont un compteur. Juste vérifier que le chauffeur le branche. Les tuk-tuks peuvent vous sembler une alternative pittoresque. Ils sont 3 à 4 fois plus chers que les taxis, même pour les locaux. Côté téléphone votre GSM fonctionne. Côté Internet c’est plus poussif et payant.

Pour être informé rien de mieux que le journal télévisé de la chaîne nationale vers 20h en français. Les précautions sanitaires habituelles aux pays tropicaux sont à prendre. Pour les moustiques le répulsif est conseillé néanmoins les Laotiens ont une bonne technique : au restaurant ils mettent des ventilateurs sous la table. Imparable. On ne boit de l’eau qu’en bouteille et décachetée devant vous. Se laver les mains ou avoir toujours un flacon d’antibactérien est une précaution fondamentale. Mais tout cela vous le saviez déjà.

Le Laos est particulièrement attachant. Après tout votre seul risque est de tomber amoureux du pays.

Très beau voyage !

Idées voyages au Laos

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble
Contactez un spécialiste du Laos