Situation

Quel que soit l´environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou naturel, il est de sa responsabilité de respecter l´endroit qu´il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente les problèmes environnementaux spécifiques à la Jordanie. – Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d´infrastructure d´élimination de ces déchets. Par exemple : piles et batteries, médicaments périmés, sacs plastique. – La rareté de l´eau est aujourd´hui un problème mondial. Même si le pays visité n´est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets. – Dans la plupart des hôtels vous disposerez d´une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé, pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n´êtes pas présent dans la chambre. La climatisation n´est d´ailleurs pas absolument nécessaire sous tous les climats. – En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : renoncer à cueillir des fleurs rares, à ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc. La gestion et la pollution des eaux sont la priorité environnementale du royaume hachémite. Les problèmes identifiés sont, notamment : des cultures gourmandes en eau (70% de la consommation nationale) et peu productives, un réseau d´adduction en mauvais état (mais en cours d´amélioration), l´épuisement des nappes phréatiques non renouvelables, la baisse continue du niveau de la mer Morte (source importante d´eau pluviale par évaporation) et la contamination des sources d´eau potable. La quantité d’eau renouvelable disponible par personne est parmi les plus faibles du monde et continue, malheureusement, à décliner. Déjà, la plupart des habitants d’Amman n’ont plus accès à l’eau courante qu’une fois par semaine. Les autorités insistent sur la nécessité d´exploiter le potentiel complet des eaux de surface et des eaux souterraines, à un niveau raisonnable. La stratégie nationale prévoit aussi la collecte et le traitement des eaux usées, afin que l’agriculture et d’autres activités non domestiques puissent les utiliser. La biodiversité du royaume est également mise à mal par la déforestation et les investissements industriels privés dans des zones écologiques sensibles. Le pays s’est toutefois doté d’organes administratifs compétents pour l´élaboration et la mise en œuvre de réglementations et de projets de protection de l´environnement. Le ministère de l´Environnement, créé en 2003, dispose d´une compétence générale pour la rédaction et l’application des réglementations environnementales ; il a également en charge la coordination des coopérations régionales et internationales. Au niveau régional, la Jordanie déploie des efforts intenses de coopération avec ses voisins, en particulier dans le secteur de l´eau. Le plan d´exploitation de l´aquifère de Disi est mis en œuvre avec l´Arabie Saoudite ; le projet de construction du canal mer Rouge - mer Morte est commun à la Jordanie, à l´Autorité palestinienne et à Israël. Avec ce dernier pays, la Jordanie est en outre liée par un accord de protection de la faune aquatique et de lutte contre la pollution marine dans le golfe d´Aqaba. Les fonds marins y sont en effet très endommagés par les constructions, ainsi que par certains centres de plongée peu soucieux de l´environnement. Des mesures ont été prises pour éviter le ramassage et le piétinement du corail. Un tourisme mal conçu est également responsable de la dégradation du petit désert du Wadi Rum (4x4 et camps de tentes envahissants). Il faudra réglementer les accès afin de préserver l’intégrité du site. Des réserves naturelles ont été constituées, afin de préserver les espèces animales menacées, comme Dana et Shaumari (créée en 1975 pour la réintroduction de l´oryx et de l´autruche). L´oasis naturelle d´Azrak, dont l´eau a été pompée sans mesure pour alimenter Amman et Irbid, est, quant à elle, en voie d’assèchement ; elle ne comptait pas moins de 280 espèces d’oiseaux… En ce qui concerne les énergies renouvelables, des études montrent que, pour la Jordanie, à court et moyen termes, la plus appropriée serait éolienne. Puis viendrait l´énergie photovoltaïque. Cependant, les investissements importants que représente la mise en œuvre de cette dernière, rebutent, en général, les gouvernements. Malgré tout, compte tenu de son fort ensoleillement et de la grande étendue d’espaces plats disponibles, cette ressource énergétique peut être envisagée par la Jordanie, à long terme.

Idées voyages en Jordanie

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble
Contactez un spécialiste de la Jordanie