Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Novembre

Décembre

L’Ethiopie partage son climat entre trois périodes clés : la haute-saison (de janvier à mars), caractérisée par des journées chaudes et ensoleillées, la saison intermédiaire (d’octobre à décembre), dotée d’un temps propice aux randonnées, et la basse saison (d’avril à septembre), assez pluvieuse et très chaude au niveau des plaines. Ces quelques indications vous révèleront un peu plus en détail la meilleure période pour vous rendre en Ethiopie.  

Janvier : chaudement recommandé

Janvier est une période clé pour voyager en Ethiopie car les températures sont très confortables et le soleil se manifeste fréquemment, chassant les pluies.

Au centre, dans la capitale et ses environs, la météo est assez idyllique. On ne dépasse pas les 24°C et la température minimale est de 15°C. D’ailleurs, Addis-Abeba affiche un ciel bleu sur 8 mois de l’année et regorge d’activités culturelles. A ce titre, ne manquez pas le Musée national et les galeries d’art fleurissant dans la ville. Au passage, vous y serez durant le Timkat, l’Epiphanie éthiopienne. Elle commémore le baptême du Christ sur trois jours de festivités à partir du 19 janvier. Les festivités sont particulièrement belles dans la capitale !

Le nord du pays, aux alentours d’Aksoum et de Lalibela, est un peu plus frais que son homologue car on se situe dans une zone d’altitude, celle des hauts plateaux. Mais il reste tout à fait convenable avec une température moyenne de 19°C.

Si vous mettez le cap vers le nord-ouest de l’Ethiopie (aux environs de Gondar et Baher Dar), vous remarquerez que la chaleur se fait un peu plus importante, gravitant autour de 25°C dans la journée, avec très peu de pluies.

Assez différent de ses comparses, le sud-ouest du pays est affecté par les pluies tout au long de l’année, avec une fréquence plus ou moins importante. Ainsi, en janvier, les précipitations sont tout à fait raisonnables avec une moyenne de 12 jours par mois.

Les zones désertiques situées au sud du pays sont à éviter tout au long de l’année à moins d’être solidement préparé, même si la période la plus chaude se situe entre mi-mai et novembre, frôlant parfois les 50°C !

Février : la belle saison continue

Février correspond également à un pic d’affluence touristique en Ethiopie. Addis-Abeba conserve la même météo douce et ensoleillée, à l’instar du nord.

Prenez garde au nord-ouest du pays car les températures grimpent légèrement, atteignant parfois 31°C. Aux heures les plus fraîches, n’hésitez pas à explorer la ville de Gondar sur les traces de ses légendes et palais médiévaux.

Le nord de l’Ethiopie est plus frais, affichant une vingtaine de degrés à son mercure. Quelques pluies peuvent survenir mais à titre modéré. A contrario, la pluie baisse légèrement dans le sud-ouest mais les températures font leur ascension (30°C aux heures chaudes).

Mars : les pluies s’étoffent

Les précipitations commencent à faire leur entrée sur le territoire, avec une intensité variable selon les localités. Dans la zone centrale autour de la capitale, on compte une dizaine de jours pluvieux mais ce ne sont que des averses passagères. Par ailleurs, la température reste inchangée, et donc idéale pour vos visites.

C’est au nord, dans les environs des hauts plateaux, et au sud-ouest (dans la vallée de l’Omo) que commence la « petite saison des pluies ». Hormis cela, vous continuerez à profiter de températures printanières.

La zone du sud-ouest commence elle aussi à être gagnée par les pluies : près de 17 jours sur 30 sont arrosés dans la ville de Gambela. S’ajoute à cela une chaleur assez importante. Le nord-ouest est quant à lui inchangé, avec un faible taux de pluie et une chaleur égale.

Avril : début officiel de la saison des pluies

Les pluies continuent leur ascension dans le pays, à commencer par la capitale et ses environs au centre. Mais le temps restant assez doux, vous pourrez tout de même visiter lors des éclaircies.

La petite saison des pluies se poursuit dans la zone nord de l’Ethiopie, (soit des averses passagères) avec une fraîcheur des températures toujours aussi confortable.

A l’inverse, la chaleur persiste au nord-ouest dans la localité de Gondar, avec un faible taux de pluie. Pour vous rafraîchir, direction le lac Tana et ses monastères, à une heure et demie de route de la ville ! Le nord-ouest est également en proie à un temps chaud, mais avec une forte humidité de surcroît. Nous vous conseillons d’éviter cette zone durant basse saison. Même constat pour la région sud-ouest, particulièrement vers la vallée de l’Omo.

Mai : l'Ethiopie est piégée par les eaux

La saison des pluies continue son développement et la capitale est un peu plus arrosée que sur le mois précédent. Le constat est le même pour la région septentrionale. Lors des journées moins pluvieuses, rendez-vous aux chutes du Nil Bleu (Tis Abay) plongeant sur 42 mètres dans un immense gouffre, fréquemment ponctué d’un arc-en-ciel.

Dans la zone nord-ouest en revanche, les précipitations se font plus intenses. Les températures, quant à elles, sont chaudes comme au mois d’avril.

La vallée de L’Omo poursuit son avancée vers la pluie, rendant certaines routes du sud impraticables.

Juin : une période défavorable

La grande saison des pluies commence en juin dans la zone des hauts-plateaux au nord. Elle dure jusqu’à octobre environ. La capitale et ses environs sont également prisonniers des pluies et ne présentent pas grand intérêt à cette période.

Le nord-ouest, vers Gondar, et le sud-ouest (aux alentours de Gambela) font partie des zones les plus touchées et vous sont fortement déconseillés au mois de juin. Par ailleurs, les pluies rendent parfois l’accès aux pistes très difficile.

Juillet : cap vers le sud

La saison pluvieuse touche essentiellement le versant nord du pays au mois de juillet. Inutile de vous y rendre à cette période car beaucoup de routes sont inaccessibles et les pluies sont systématiques.

Mais même dans la partie méridionale, certains endroits sont à éviter, comme la zone de Gambela également touchée par les précipitations et la chaleur. Préférez la vallée de l’Omo et particulièrement sa partie basse où résident une dizaine de groupes ethniques portant fièrement les couleurs de leurs tribus.

Août : le sud encore et toujours

La saison des pluies sévissant toujours dans le nord, nous vous déconseillons les lieux en altitude, notamment Mekele ou Aksoum, piégés par la brume. Cela peut d’ailleurs s’avérer dangereux sur les routes hors des sentiers battus. Si vous souhaitez tout de même vous rendre sur le versant septentrional, privilégiez le nord-ouest par exemple la zone Agew Awi, peu touristique et disposant de nombreuses attractions naturelles comme la forêt de Goobil abritant de nombreux oiseaux.

Une fois de plus, le sud sera votre allié en août. Pourquoi ne pas faire un tour à Tiya, site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, célèbre pour son champ de stèle datant du XIIIe siècle ? Les températures y sont agréables, aux environs de 18°C et les pluies assez peu gênantes. Le sud-ouest en revanche reste encore assez chaud et humide dans la zone de Gambela.

Septembre : la basse saison touche à son terme

On observe une réduction des précipitations en septembre. La capitale est bien moins affectée que sur le mois précédent, tout comme la région nord vers Aksoum ou au nord-ouest, aux environs de Gondar. Mais sachez que les routes restent difficilement accessibles et que le temps est couvert, ce qui rend compliquée l’observation de la faune dans les hauts plateaux.

Le sud-ouest aux alentours de Gambela reste quant à lui inchangé avec un taux de précipitations élevé. La vallée de L’Omo est préférable à cette période de l’année.

Octobre : la saison intermédiaire prend place

Le mois d’octobre est un mois recommandé pour se rendre en Ethiopie car le climat devient plus agréable et les touristes sont moins nombreux qu’en haute-saison. C’est donc une période idéale pour randonner et observer les animaux. Cerise sur le gâteau, de nombreuses fleurs sauvages apparaissent en cette saison.

Si vous planifiez le nord de l’Ethiopie, ne manquez sous aucun prétexte les hauts plateaux en octobre. Les paysages sont bien plus verdoyants et le soleil est fidèle au poste. Cela s’applique également pour la capitale, considérablement moins humide et pour les villes du nord tels que Aksoum ou Lalibela. Le nord-ouest, vers Gondar, est légèrement plus humide mais cela ne se traduit que par des pluies passagères. Un conseil : pensez à bien vous couvrir dans les hauteurs car les nuits sont froides.

Le sud-ouest (zone de Gambela) est encore prisonnier d’une météo chaude et humide jusqu’à la fin du mois d’octobre. Idem pour la vallée de l’Omo qui enregistre de fortes précipitations. 

Novembre : voici venu le temps des beaux jours

Selon les années Gambela (sud-ouest) est parfois encore sujette à un climat tropical : pensez à consulter la météo. En revanche, la vallée de l’Omo est tout à vous !

Le nord est lui toujours aussi idéal en cette période, où que vous vous rendiez (hauts plateaux, vallée du Rift, Addis-Abeba…). Dans la région, nous vous recommandons vivement de visiter la ville de Lalibela pour admirer ses églises entièrement sculptées dans la roche, dont la plupart sont extrêmement bien conservées.

Décembre : dernier mois avant le pic touristique

Décembre est le meilleur mois pour visiter le désert de Danakil car les températures sont très légèrement plus fraîches en cette zone désertique. Mais comme évoqué précédemment, préparez-vous à un temps suffocant. Le jeu en vaut néanmoins la chandelle lorsque l’on se retrouve face à son impressionnant lac de lave et ses volcans bouillonnants…

Le nord est tout aussi propice aux visites avec un grand soleil et des températures agréables. Il est d’ailleurs plus judicieux de s’y rendre en décembre qu’en janvier car la zone reste encore assez préservée du tourisme. Idem pour le sud-ouest au niveau de la Vallée de l’Omo.

Quant à Gambela et ses voisins, ils voient petit à petit les pluies quitter leur territoire au profit de journées ensoleillées.