L’Espagne nous est familière. Malgré tout le dépaysement répond toujours présent. Barcelone n’a pas d’équivalent en matière d’ambiance. Madrid est monumentale. Séville plongée dans les effluves d’orangers en fleurs reste un souvenir impérissable. Un bain maure à Grenade ou Cordoue relève de la béatitude. Voici donc quelques rapides rappels utiles pour vivre pleinement la péninsule ibérique.

 

Tout d’abord ne vous étonnez pas si votre billet mentionne Iberia et que vous volez sur Vueling ou vice versa : les deux compagnies sont imbriquées, Iberia ayant racheté la low cost avant de se faire englober par British Airways d’ailleurs. L’Espagne est dynamique en matière de promotion de son tourisme. A preuve : elle vous fait payer une taxe de séjour variant entre 0.45€ et 2.25€ par personne et par nuit pour peu que vous ayez plus de 16 ans. Malheureusement la Loi espagnole ne nous permet pas de l’inclure dans nos prix. Bon à savoir : les Espagnols dorment dans des lits jumeaux. 95% des chambres d’hôtels ont 2 lits, pas toujours faciles à rapprocher. Seuls les hôtels design offrent souvent des lits King size. Le format se répand doucement dans le haut de gamme.

Si vous conduisez en Espagne, faites comme en France. Les radars sont efficaces, la police aussi. Le catalan et le castillan sont plus disciplinés que le parisien. On ne se gare pas n’importe où. Dans le Sud l’empirisme est parfois de mise. Tous les hôtels ont un accord tarifaire avec un garage voisin (s’ils en sont démunis). À noter Grenade où l’accès du centre-ville est interdit aux voitures sauf permis spécial. Le cas échéant il vous faudra enregistrer votre plaque d’immatriculation auprès de l’hôtel qui la communiquera à la police. Faute de quoi le loueur paiera les amendes que les caméras vous infligeront à peine une roue posée dans la zone spéciale.

On mange délicieusement bien en Espagne. Le pain est payant au restaurant. La carafe d’eau n’existe pas. C’est eau minérale ou rien. Consolation, le vin est excellent et beaucoup moins cher qu’en France. Evidemment les tapas font partie de la gastronomie. Il suffit de fréquenter San Sebastian pour s’en convaincre. Un peuple qui a autant d’imagination dans la déclinaison des amuse-gueules est forcément sympathique. Ne venez pas dîner avant 21h. On vous prendrait pour un Anglais en retard. Méfiance néanmoins aux Canaries. Sous l’influence anglo-saxonne on sert à partir de 18h30, (les Anglais prêts pour le dîner rencontrent alors les Espagnols finissant de déjeuner…), du coup il arrive dans ces îles que les restaurants ne servent plus après 21h30. Partout ailleurs les boîtes de nuit se remplissent à partir de 2h du matin et l’on dîne souvent vers 23h. Côté horaires, rappelons ceux d’une institution locale, la sieste. De 14h à 17h l’Espagne s’endort, les magasins ferment, le calme s’empare des villes.

Côté shopping, la qualité de l’artisanat ibère n’est plus à démontrer. On trouve tous types de souvenirs à rapporter. De la maroquinerie de Cordoue aux lames de Tolède, sans compter éventails, poteries, châles et… Desigual pour faire plaisir aux ados.

On ne marchande pas, les prix sont fixes. Sauf aux marchés aux Puces, comme celui de Madrid le Rastro, le plus grand d’Europe qui se tient tous les dimanches. Un jour idéal pour visiter les musées : ils sont souvent gratuits.

Nul doute que vous fassiez un merveilleux voyage, olè !

A découvrir