Capitale

Madrid.

PIB

En 2007, 23 400 euro par habitant (France, 29 800 euro par habitant).

Point culminant

Pic de Mulhacen, 3 482 mètres (près de Grenade, dans la Sierra Nevada).

Superficie

504 782 km², soit 0,9 fois la France.

Climat

L´Espagne présente une belle variété de climats. Le nord-ouest (Pays basque, Cantabrie, Galice) a un climat de type atlantique, doux en hiver et pluvieux. L´Andalousie, protégée par la Sierra Nevada et la cordillère Bétique, subit des influences africaines (la zone d´Almeria est presque désertique). La côte orientale, de la Catalogne à Murcie est absolument méditerranéenne avec des étés chauds et secs et des hivers très doux (idem pour les Baléares). Les plateaux du centre (Castille et la Manche) ont un climat continental. Un proverbe prétend que, le climat de Madrid, c´est « neuf mois d´hiver et trois mois d´enfer », exagéré, mais bien frappé. Il neige régulièrement en hiver dans des villes comme Soria ou Burgos. Pour illustrer, sachez que le film « Les Sept Mercenaires » a été tourné à Almeria et que « Le Docteur Jivago » l’a été à Soria. Précision qui a son importance : quelle que soit la région, les piscines des hôtels ouvrent à partir du mois de juin (règle générale).

Géographie

L´Espagne est, avant tout, un vaste plateau, protégé au sud par la Sierra Nevada et la cordillère Bétique et au nord par les Pyrénées et la cordillère Cantabrique, qui les poursuit du Pays basque à la Galice. Ce plateau calcaire est traversé par trois grands fleuves : l´Ebre, le plus septentrional, coule d´ouest en est et se jette dans la Méditerranée, en Catalogne ; le Douro et le Tage coulent d´est en ouest et se jettent dans l´Atlantique, au Portugal. Le plateau castillan a longtemps été le royaume des bergers et des immenses troupeaux de moutons. L´utilisation d´engrais chimiques a permis la mise en culture de surfaces importantes. L´Espagne centrale, quant à elle, est un quasi-désert, où l’on peut rouler longtemps sans rencontrer un village. Les villes et la richesse sont réparties sur les côtes (ce qui explique les tensions historiques entre la capitale, au cœur du plateau castillan, et les puissantes villes côtières d´Andalousie, de Catalogne, de Galice ou du Pays basque).

Economie

L´économie espagnole s´est profondément transformée en vingt ans, sous l´influence de l´UE. Le vieux pays autarcique, rural, pauvre, est devenu une vraie puissance moderne. L´Espagne n´est pas réellement un pays industriel : un quart à peine des Espagnols travaille dans l´industrie (30,4% du PIB), principalement dans des PME. L´agriculture (2,9% du PIB) est fortement mécanisée (sauf chez les grands maraîchers andalous, qui utilisent une nombreuse main d’œuvre immigrée). Les services représentent désormais 66,7% du PIB et les deux-tiers des emplois. Le pays possède un puissant réseau bancaire et certaines sociétés (Telefonica, Repsol) ont de fortes ramifications internationales, surtout en Amérique Latine. La croissance qui a marqué les deux dernières décennies a permis de ramener le taux de chômage autour de 8% de la population active (il était encore de 22% en 1996).

Faune & Flore

Dans le nord, on trouve le chêne liège et le hêtre (à altitude moyenne) ; des landes de genêts. Le loup n´est pas rare. Cervidés et rapaces non plus (le gypaète, en particulier), dans les Pyrénées et leurs dépendances. Dans le centre et sur la côte, ce sont des renards et des sangliers, des cerfs, des lièvres… Au sud, viennent le chêne vert, l’arbousier, des pins, du maquis. Pas de grande faune ; sinon, résiduelle, dans les montagnes. De nombreuses espèces d´oiseaux migrateurs nichent pratiquement à l´année : les cigognes un peu partout, les ramiers dans la Dehesa autour de Talaveira… Mais, dans l´ensemble, la richesse écologique n´est pas exceptionnelle (sauf dans la cordillère Cantabrique).

A découvrir