Rien de plus facile que de voyager dans les Emirats : compagnies aériennes exceptionnelles, aéroports grandioses, infrastructures parfaites, hôtellerie au top niveau, sécurité parfaite. Alors quel intérêt d’écrire ce vade-mecum du voyage dans cette Arabie Heureuse des Romains ? Juste quelques détails facilitant davantage le séjour. Par exemple, les aéroports sont immenses : il faudra prévoir d’y arriver deux heures avant le décollage. Ne serait-ce que pour profiter de duty free sardanapalesques. Les infrastructures sont excellentes, on roule sur des autoroutes à 6 voies de chaque côté ; tentation pour les locaux de pousser leurs bolides italiens ou germains. Si vous conduisez dans les Emirats (facile en dehors des agglomérations où le GPS est obligatoire), surveillez votre rétroviseur !

Par chance, il y a des radars un peu partout, fixes et mobiles. Amende éventuelle débitée sur votre carte de crédit par le loueur. Evidemment la tolérance alcool est de zéro. Vous n’aurez aucun mal à trouver de l’argent : il sort des bouches des ATM, les distributeurs automatiques installés partout y compris dans les bourgades du désert. On paye tout avec une carte de crédit. On peut même laisser du pourboire via la carte. Le pourboire est conseillé mais pas obligatoire. Bien que déjà payés par nous les guides s’attendent à une gratification sonnante et trébuchante. Comptez 50 dirhams locaux (10€/jour/personne). Le chauffeur se contentera de 25AED. Un bagagiste recevra 5 dirhams soit 1€ environ. Quant aux restaurants le service est inclus, comme en France, mais il est d’usage de laisser 5 à 10% de la note en pourboire. Les taxis sont efficaces et relativement bon marché compte tenu des distances. Problème : les chauffeurs, émigrés pakistanais, cinghalais ou indiens conduisent comme chez eux. Accrochez votre ceinture, à l’arrière c’est obligatoire et rassurant. Vous pouvez choisir de prendre les services de taxis des grands hôtels, plus chers mais plus calmes. Ceci dit, il n’y a pas d’accident de taxi hormis parfois des tôles froissées. Votre téléphone fonctionne partout, plutôt mieux qu’à Paris d’ailleurs. Souci : les communications depuis (et vers) les UAE sont hors de prix. Les opérateurs français sont restés au temps de Tintin au pays de l’or noir pour établir les barèmes. Utilisez le wifi des hôtels ou achetez une carte SIM locale. Ne vous étonnez pas si certains hôtels encaissent sur place les taxes de séjour. Impossible de les inclure. Désolé. On mange délicieusement bien dans les Emirats. Tous les grands chefs y sont installés, le fait de ne pas payer d’impôts ne jouant évidemment pas sur ce choix. Ils ont fait école. On trouve pléthore de restaurants de qualité. Le midi les buffets sont somptueux et peu chers. On boit tous les vins, surtout les meilleurs, souvent au verre, pas plus chers qu’en France. Il faudra se rappeler de ne pas manger ou boire en public pendant le jeûne du Ramadan. On s’habille, si possible chic,pour aller dans les malls, villes dans la ville. On ne photographie pas les femmes voilées, encore moins quand elles sortent de Victoria Secret avec leur sac de lingerie affriolante à la main. Certes, c’est un beau cliché à ramener, mais ca ne se fait pas. Il y a une multitude de choses à faire et à voir et le dimanche n’est pas un jour ennuyeux : tout est ouvert. Le vendredi est le dimanche local mais tout ouvre dès le début d’après-midi. Jour idéal pour les déplacements : pas d’embouteillages avant la fin de journée. Voyager dans les Emirats c’est plonger dans le futur, sortir des clichés faciles (Tintin etc…), appréhender une autre forme de civilisation, s’ouvrir à une autre culture. Culture : le mot n’est pas fort. Vérifiez sur place.

Très beau voyage !

Idées voyages à Dubaï & les Emirats

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble
Contactez un spécialiste de Dubaï & les Emirats