1

Se sentir dépaysé à deux heures de Paris

Se sentir dépaysé à deux heures de Paris. Dès les premiers instants, votre oreille est désorientée. Cette langue pleine de ? (tch), de š (ch) et de ž (j) et ? (dj) ne ressemble à rien de familier. Allez ! avec quelques notions d’anglais, d’allemand ou d’italien, vous allez vous débrouiller ! Trait d’union entre l’Europe centrale et la Méditerranée, au pavillon européen et au cœur slave, ce pays ne ressemble à aucun de ses voisins. Les Celtes, les Grecs, les Romains, les Italiens, les Ottomans, les Hongrois les Vénitiens, les Ottomans, les Hongrois, les Autrichiens et les Français y ont laissé une trace. Il faut un peu de temps pour décrypter mais on comprend vite pourquoi ce pays rendit George-Bernard Shaw aussi lyrique. Enfin même si la Croatie fait partie de l'Union Européenne depuis le 1er juillet 2013, La monnaie utilisée reste la Kuna, il va falloir se remettre au calcul mental ! C’est un pays à sillonner à son rythme en famille ou cheveux au vent en voiture de sport.
2

Prendre un bain d’architecture

Prendre un bain d’architecture. Le pays est peuplé de petits bijoux architecturaux qui ont pour noms Pula, Zadar, Šibenik, Trogir… Split, dans l’enceinte du palais de l’empereur romain Dioclétien, est une accumulation de richesses historiques, de colonnades et de portiques inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco ; Dubrovnik reste la « perle de l’Adriatique ». Sur les îles, les monastères franciscains planent au-dessus du commun des mortels ; à l’intérieur des terres, Zagreb, le petit Prague, est une capitale à taille humaine que l’on découvre à pied, à travers le lacis de ruelles pavées et les vieilles demeures de la ville haute, la rue piétonne Tkal?i?eva, avec ses jolies maisons pastel et ses bars, l’ambiance très mitteleuropa de la ville basse et son incroyable « musée des cœurs brisés » .
3

Se réfugier en Istrie

Se réfugier en Istrie. Entre sa campagne verdoyante, son terroir bien trempé et sa côte préservée, cette péninsule au nord de la mer Adriatique est devenue le refuge de la douceur de vivre… Vrsar et ses demeures patriciennes ; Pula où se superposent églises gothiques, façades renaissance et forteresses vénitiennes ; les îles Brioni, rendez-vous de la jet set ou Lovran et ses villas Belle époque… Voilà une Croatie différente, à l’écart des sentiers battus, refuge des petites auberges bucoliques.
4

Marcher dans les parcs

Marcher dans les parcs. Huit parcs nationaux et onze parcs naturels protègent l’environnement croate qui regorge d’une faune que l’on croyait réservée aux lointaines contrées : des ours dans les forêts montagneuses, des mouflons, des loups et des lynx à profusion… On les observe dans le parc national de Risnjak depuis les sentiers balisés sous les hêtres et les sapins, ou dans celui de Plitvice, l'une des plus belles réserves naturelles d'Europe, baignée de lacs et chutes d'eau. L’archipel Kornat, sillonné de yachts, où quelques familles sont toujours propriétaires de 147 îles est une autre facette de cette nature époustouflante. Une bonne paire de chaussures de marche et en route !
5

Glisser dans une mer chaude et transparente

Glisser dans une mer chaude et transparente. Comptez près de 1 185 îles et îlots, multipliez par autant de plages et de criques et… plongez ! Le long des côtes déchiquetées et des falaises à pic de la mer adriatique, au creux des criques de sable des îles Pakleni, les bougainvilliers explosent, les terrasses se penchent sur un horizon aigue-marine. Le pays est un paradis pour les plongeurs. Spots et centres de plongée pullulent. Avec bouteille ou tout simplement masque et tuba, il suffit de nager près des rochers pour s’immerger dans la vie marine, les coquillages et les étoiles de mer. A savourer d’avril à octobre, mais c’est pendant l’été indien qu’on la préfère.

A découvrir

Contactez un spécialiste de la Croatie