Capitale

Bakou.

PIB

En 2010, 5 722 dollars US par habitant (France, 39 460 dollars US par habitant).

Point culminant

Le mont Bazardüzü, 4 466 mètres (dans le Grand Caucase, à la frontière avec le Daghestan).

Superficie

86 600 km², un peu moins que la Serbie, un peu plus que l’Autriche.

Climat

La barrière du Grand Caucase et la Caspienne épargnent au centre et à l’est du pays des hivers trop rigoureux (7° de moyenne en janvier à Bakou) ; il peut toutefois faire très froid sur les reliefs du nord et à l’ouest, dans le Haut-Karabagh en particulier. Le printemps est pluvieux sans excès. Sec et chaud, l’été est tempéré à l’est par la mer (29° de moyenne en juillet à Bakou). A cette période, des vents du nord poussiéreux soufflent parfois sur la péninsule d’Apchéron. Les températures baissent en automne et le sud (monts Talych) reçoit de fortes pluies. Malgré les précipitations, le printemps et l’automne sont propices aux voyageurs, qui ne négligeront pas pour autant les journées d’hiver limpides que connaît le littoral.

Géographie

L’Azerbaïdjan est situé sur la rive ouest de la mer Caspienne. Frontalier de la Russie (au nord-est), de la Géorgie (au nord-ouest), de l’Arménie (à l’ouest) et de l’Iran (au sud), le pays est solidement encadré par les massifs du Grand et du Petit Caucase, orientés nord-ouest sud-est. Entre les deux, de larges plaines basses. A l’extrême sud se trouvent les modestes monts Talych. La façade maritime - au centre de laquelle pointe la péninsule d’Apchéron - court sur plus de 800 km. Tout le réseau hydrographique est orienté vers la mer Caspienne ; la Koura, qui prend sa source en Turquie, a son embouchure au sud de Bakou. Au sud-ouest, le Nakhitchevan (5 363 km²) est séparé du reste du pays par le sud de l’Arménie ; il a le statut de république autonome rattachée à l’Azerbaïdjan.

Economie

Les hydrocarbures sont à la fois la chance et la limite de l’économie azerbaïdjanaise. Ils ont permis au pays de surmonter l’effondrement de l’URSS et de connaître des taux de croissance spectaculaires (record mondial en 2007 : 25%). Ils lui permettent (avec un endettement extérieur modéré et un secteur bancaire peu exposé) de résister assez bien aux tempêtes financières internationales (encore 9,3% de croissance en 2009). Mais ils sont l’arbre qui cache… pas grand-chose encore. L’Azerbaïdjan a besoin de diversifier son économie (le pétrole représente 90% de ses exportations) et demeure sensible aux variations des cours des matières premières sur les marchés internationaux. La crise a donné un coup d’arrêt à la production industrielle qui doit trouver un souffle nouveau. Les réformes de structure doivent être poursuivies, tout comme les programmes de développement des infrastructures. Enfin, la corruption est encore une entrave à la bonne marche des affaires.

Faune & Flore

Les aspects contrastés de la géographie et du climat de l’Azerbaïdjan ont permis le développement d’une flore et d’une faune riches et variées. 67% des espèces végétales répertoriées dans l’ensemble du Caucase sont présentes dans le pays. Cependant, la forêt n’occupe plus que 14% du territoire (zones montagneuses). Des mesures de protection ont été prises. Le parc national d’Altyaghach, par exemple, est couvert à 90% de forêts tempérées caducifoliées, où se trouvent le bouleau verruqueux, le charme commun, le charme d’Orient, l’arbre de fer (Parrotia persica), le chêne du Caucase, le frêne à feuilles étroites, le hêtre d’Orient, mais aussi l’églantier, la ronce, l’aubépine… Certaines espèces, comme l’arbre de fer, l’acacia de Constantinople, le chêne à feuilles de châtaignier, le plaqueminier du Levant ou le buis toujours vert sont encore largement répandues. Parmi les animaux, la gazelle à goitre, que l’on trouve en plaine, et la chèvre du Caucase, que l’on trouve en montagne, la panthère de Perse ou l’hyène rayée sont plus « exotiques » que le sanglier, l’ours brun, le loup gris, la loutre ou le renard. Le phoque de la Caspienne fréquente le littoral. Les chauves-souris sont en nombre. Le hérisson à grandes oreilles est… sympa. Dans l’eau, l’esturgeon, le saumon, l’aspe et l’anguille sont 4 des 97 espèces recensées. Et le voyageur se sentira chez lui en reconnaissant le Bécasseau minute, le Canard colvert, le Faisan de Colchide, le Geai des chênes, le Héron cendré, le Loriot d’Europe, le Merle noir, la Perdrix grise ou le Rouge-gorge familier. Le cheval du Karabagh est l’animal national d’Azerbaïdjan. La race est issue de croisements entre des chevaux autochtones, turkmènes, des kabardins et des pur-sang arabes. Il ne resterait plus aujourd’hui qu’un petit millier de ces animaux.

Utile

Contactez un spécialiste de l'Azerbaïdjan