Une nuit d’avion et nous voilà en Afrique du Sud, tout en bas du continent noir, en grande partie rouge de latérite d’ailleurs. Le slogan de l’office de tourisme fut longtemps : “le monde en un seul pays“. Et c’est bien vrai ! Voici donc une liste-non exhaustive - d’infos à connaître pour vivre au mieux un voyage en Afrique du Sud.

 

Il n’y a guère de décalage horaire avec l’Afrique du Sud mais le décalage social et culturel est vaste, presqu’autant que ce grand pays (1.220.000km2 soit 2 fois et demie la France) spectaculaire. Au Cap le Waterfront, Camps Bay, Hout Bay sont agréables et la vie s’yécoule paisiblement. Idem à Franschoek au cœur de la route des vins. Ailleurs en ville il suffit de prendre quelques précautions : ne pas aiguiser les convoitises. Ne pas porter de bijoux, de montres de valeur, téléphoner avec un kit piéton, mobile dans la poche, invisible. Rouler fenêtres fermées en particulier aux feux rouges. Ne pas se promener à pied la nuit hors des centres animés. Il est peu probable que, dans le cadre d’un voyage avec nous, vous ayez le moindre souci. Nos hôtels sont situés dans des quartiers “safe“. Les employés sont vigilants et vous demandent toujours où vous allez.  Ils vous mettront en garde si besoin. Le plus grand danger risque de venir des pingouins (au Cap) qui sont volontiers belliqueux et ont le bec féroce.

Les Sud-africains : ici on la joue “cool“ : sourire aux lèvres, petite blague à l’affût, enthousiasme démonstratif. A Johannesburg jouez la surprise pour la ville “qui-n’est-pas-celle-qu’on-décrit“, au Cap jurez qu’il n’y a pas plus belle ville au monde, l’inverse de Johannesburg, petite perfidie qui ravira vos hôtes. Il y a une rivalité ancestrale et elle perdure. Au Cap la beauté, le snobisme, l’assurance de ceux qui savent vivre là où il faut être. A Jo’burg le mépris des laborieux pour ces rentiers. En résumé : on fait de l’argent à Jo’burg et on le dépense au Cap.

Le rugby unit tout le monde chez les Blancs, le foot chez les Noirs. Le dimanche vous ne couperez pas au “brai“ (prononcez braille), le barbecue où l’on fait griller la chipolata locale nommée boerwors. On boit aussi beaucoup de bière, excellente. Attention à ne pas reprendre le volant après libations. De passage dominical à Soweto c’est un bobotie, hachis Parmentier local épices en plus, que vous dégusterez en regardant le défilé des voitures rutilantes sur Wilakazy street.

Il n’y a pas que le barbecue dans la vie. On mange délicieusement bien et souvent très bio. Les portions sont colossales. Inutile de commander entrée, plat et dessert. Vous n’arriveriez pas au bout. Les prix sont bas, surtout au cours du rand. On boit des vins merveilleux, blancs et rouges. Essayez le Chocolate block ou le Hamilton Russell nos préférés. Le pourboire au restaurant est habituellement de 10% du montant total. Porteurs, femmes de chambre s’attendent à être “tipés“.  Les fruits de mer sont parfaits. N’hésitez pas à manger des huîtres, si possible à Knysna jolie station balnéaire dans un site magnifique et au climat agréable, impossible à bouder…

En brousse il existe quelques principes essentiels : ne jamais déroger aux commandements des rangers. Ne jamais sortir de sa voiture en dehors des endroits prévus. Oubliez le selfie avec un rhino…

Dans les lodges non enclos ne pas sortir de sa tente seul à la nuit tombée. Attendre qu’un staff vienne vous chercher. Les hippos qui sortent des points d’eau et traversent les camps sont les animaux les plus dangereux,responsables à eux seuls de plus d’accidents que toute la faune africaine réunie.

En safari écoutez la brousse, elle vous donnera de multiples indications… et faites taire ce voisin qui raconte ses souvenirs du Kenya. Pas de téléphone mobile. En général ça ne passe pas mais il suffirait d’une seule fois pour ruiner une approche d’animaux. Effacer ses photos provoque un bruit répétitif désagréable, attendez d’être sous votre tente. Enfin,ne pensez pas voir les Big Five au premier “game drive“ du premier jour. Ce n’est pas un zoo, les animaux se méritent. Soyez patients, ça n’en sera que meilleur.

Les rangers, les pisteurs s’attendent à un pourboire. Entre 50 et 100 rands par jour et par personne. De même le personnel (serveurs) reçoit une gratification. Très souvent une boîte à pourboires est installée à la réception. 50 rands/jour /personne environ.

Si vous empruntez des vols privés ou des petits avions pour rejoindre votre lodge n’emportez que 15 kilos de bagages et si possible dans des sacs souples. Ils rentrent plus facilement dans les soutes exiguës des appareils. Voyagez léger. Vous n’avez pas de concours d’élégance en brousse. Vos affaires sont lavées chaque jour. C’est presque tout le temps inclus dans le prix. Pensez à emporter des jumelles, un adaptateur électrique et surtout de la crème solaire. N’oubliez pas non plus que le meilleur traitement contre la malaria reste encore le gin tonic au soleil couchant, le rituel“sundowner“ là-bas, parole de Sud-africains. On ne demande qu’à les croire.

Très beau voyage et quel merveilleux pays !

Idées voyages en Afrique du Sud

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble
Contactez un spécialiste de l'Afrique du Sud