A Singapour on ne se salue pas par un “bonjour, comment ca va ?“. On dit “as-tu mangé ?“. Car la première chose qui vous marquera c’est qu’ici on mange tout le temps. De la soupe aux nouilles ou du lassi indien du matin aux glaces du soir en passant par les dim sum du midi, les scones du thé à l’anglaise, les fast food de toutes obédiences et les food circle à tout bout de champ, on mange avec application et bonheur assumé. Par ailleurs Singapour est devenue le point de rencontre des grands chefs étoilés. Tous ou peu s’en faut y ont ouvert une prestigieuse succursale, souvent de prix modique le midi, à tel point qu’il ne serait pas étonnant que le Michelin publie un guide rouge sur la destination. Autant dire qu’à tous les prix et pour tous les goûts vous ne mourrez pas de faim dans la cité-état, devenue cité-jardin. Autrefois le premier reproche que faisaient nos compatriotes à Singapour était que la ville est trop propre. Comment peut-on être trop propre ? Faut-il considérer obligatoirement l’Asie comme un cloaque pour qu’elle soit typique ? Pourtant des toilettes publiques propres c’est toujours dépaysant pour nous autres Français… Effectivement Singapour est clean. Pour autant vous ne verrez pas d’escouades de policiers derrière chaque habitant pour assurer la propreté des lieux. En fait c’est une question d’habitude et de fierté nationale. Chacun faisant attention à ne pas salir indûment, tout le monde est à l’unisson. Le contraire est aussi vrai, malheureusement. Ne vous étonnez pas si le Raffles est situé Beach road et que la plage soit invisible. Singapour, comme Monaco, arrache des terres à la mer.

Vous n’aurez aucun problème de sécurité quels que soit l’heure et l’endroit. Aucun souci non plus de transport. Le métro est remarquable, les taxis sont fiables et honnêtes. Seule surprise : vous paierez souvent un prix plus élevé que le compteur de base car le chauffeur doit tenir compte des péages urbains plus ou moins chers en fonction de l’heure. Pas de souci d’argent, les ATM distributeurs de billets sont partout et les cartes de crédit sont “welcome“. Il reste quelques affaires côté shopping surtout en électronique, tablettes, smartphones en particulier. Tous les appareils dont le clavier peut être aisément adapté AZERTY. On trouve aussi dans les bazars les meilleurs épices, thés et autres baumes du tigre. Des designers talentueux créent une mode originale qui s’exporte en Asie. Avant d’aller boire un Singapore Sling en mangeant des cacahouètes dont on jette la coquille par terre, so transgressif, renseignez-vous sur les fêtes. Le pays vit au rythme des fêtes de chaque religion présente, bouddhiste, musulmane, hindouiste. Bien rare qu’il n’y en n’ait pas une quelque part. Enfin pour un grand frisson nocturne visitez le zoo, les animaux n’ont pas de séparation visible. De nuit les cris des fauves ou les barrissements des éléphants rappellent le temps où l’on chassait le tigre dans les jardins du Raffles. Aujourd’hui ce sont les Formule 1 qui rugissent aux abords de la marina. Singapour vaut beaucoup mieux qu’une simple escale sur la route de Bali ou de l’Australie. Mélange de Las Vegas, Dubaï, et Londres, laboratoire avancé de Shanghai, Singapour fascine.

Vous allez y faire un très beau voyage.