Population

2 960 784 habitants

Langue officielle

La langue officielle est l’espagnol.

Langue parlée

L’anglais est très répandu surtout dans les régions touristiques. Il est cependant toujours utile et courtois de connaître au moins quelques mots d’espagnol.

Peuple

La population du pays est composée à plus de 75% de métis (d'origine amérindienne et européenne) et de mulâtres (issus d'Africains et d'Européens), et d'environ 6% d'Amérindiens de souche - surtout des Cunas, des Guaymis et des Chocos - le reste étant d'origine asiatique, africaine ou européenne. Parmi les Indiens du Panamá, nous pouvons distinguer les Wounaans et les Kunas, entre autres. Les Wounaans, peuple du Darién, cette zone de forêt primaire impénétrable, sont mondialement connus pour leur artisanat de vannerie et de sculpture ; des objets wounaans sont exposés au musée des Arts Premiers à Paris. Ils devraient être aussi mondialement connus pour leur gentillesse et leur sens de l’hospitalité. Du même groupe ethnique que les Emberas, ou les Chocos, les Wounaans sont originaires de Colombie et émigrèrent au Panamá au gré de leur histoire mouvementée depuis 500 ans. Ainsi le village de Boca Lara connaît une histoire étonnante dans son développement, lié notamment à la CIA et la Seconde Guerre mondiale. Les Kunas, peuple du nord du Panamá (notamment sur les magnigiques îles San Blas) remarquables pêcheurs et navigateurs, restent peut-être le peuple le plus fier du pays : en effet, comment imaginer qu’au XXIème siècle, ils aient pu préserver près de 400 îlots paradisiaques sans qu’aucun agent immobilier ne les ai corrompus ? De plus, ils ont développé un artisanat spécifique : les molas, compositions textiles à base de motifs géométriques étonnant. Ici nous parlerons de matriarcat tant le rôle des femmes est prépondérant ; ce sont d’ailleurs elles qui transmettent de mère en fille leur patrimoine. Enfin, les Indiens kunas vivent dans un territoire autonome, la Comarca où ils gèrent leur politique intérieure.

Religion

Les catholiques sont majoritaires avec 85% de la population, héritage historique oblige. Les protestants représentent l'essentiel des 15% restants.

Fête Nationale

Le 3 novembre, jour de l'indépendance (1903).

Calendrier des Fêtes

En 2017
1er janvier : Jour de l'an
9 janvier : Jour des martyrs
24-28 février : Carnaval de Panama 
1er mars : Mercredi de Cendres
13 avril : Jeudi saint
14 avril : Vendredi saint 
16 avril : Pâques
1er mai : Fête de travail
15 août : Fête de la fondation de la ville de Panama
1er et 2 novembre : Toussaint et Fête des morts 
3 novembre : Jour de l'Indépendance
10 novembre : Premier appel pour l'Indépendance
28 novembre : Fête nationale 
8 décembre : Fête des mères 
25 décembre : Noël

Histoire

L'histoire du Panama a été grandement influencée par la position stratégique de cet isthme étroit qui relie l'Amérique du Nord à l'Amérique du Sud et sépare l'océan Pacifique de l'océan Atlantique. Les Cunas, les Chocos et les Guaymis sont quelques-unes des tribus indigènes qui ont occupé la région. Même si ces civilisations n'étaient pas aussi avancées que celles des Mayas ou des Incas, il se peut qu'elles aient subi l'influence de celles-ci. L'explorateur Rodrigo de Bastidas débarqua sur le territoire en 1501 et, l'année suivante, Christophe Colomb revendiqua le Panama au nom de l'Espagne. Le Panama servit de base au transport maritime des minéraux, des métaux précieux et des trésors en provenance du Pérou et acheminés vers l'Espagne par un axe traversant le pays d'un océan à l'autre, de Panama au port de Nombre de Dios, sur l'Atlantique. Dépendant de la vice-royauté du Pérou, le Panama fut intégré à la Nouvelle-Grenade au début du 17ème siècle et resta sous la domination espagnole jusqu'en 1821. La Nouvelle-Grenade fut alors rattachée à la république de Grande-Colombie, créée sous l'égide de Simon Bolivar. En 1826, Bolivar réunit les gouvernements des cinq États de la Grande-Colombie, à Panama, lors du congrès panaméricain, afin de construire avec eux l'unité du continent sud-américain. Il mourut cependant en 1830, avant d'avoir consolidé cette unification. Déjà, en 1855, les Américains avaient achevé la construction d'une voie ferrée qui traversait le Panama d'un océan à l'autre. Les Espagnols avaient eu l'idée de construire un canal pour relier les deux océans, mais ce fut un Français, Ferdinand de Lesseps, qui, en 1880, réalisa finalement la première tentative avec la Compagnie universelle du canal interocéanique. Les travaux furent cependant interrompus neuf ans plus tard en raison d'un grave scandale politico-financier qui secoua la IIIème République française. En 1903, la Colombie refusa aux États-Unis le droit d'achever le canal. En réaction, les États-Unis incitèrent le Panama à se soulever. Le 3 novembre de cette même année, la Colombie dut alors consentir à la création de la république du Panama. Des troupes américaines furent envoyées pour soutenir le nouveau gouvernement panaméen et, dès le 18 novembre, les droits du canal furent vendus aux États-Unis. Le canal fut achevé en 1914, et devint un passage obligé pour les bâtiments naviguant entre les océans Atlantique et Pacifique, leur évitant le long, et souvent périlleux, voyage autour du cap Horn, à la pointe de l'Amérique du Sud. Les États-Unis contrôlaient le canal, et la plupart des postes de direction furent confiés à des citoyens américains. Depuis l'indépendance, acquise en 1903, la vie politique du Panama a connu des soubresauts, les relations souvent tendues avec le voisin américain en étant un enjeu important.

Politique

Le Panama est une république au pouvoir décentralisé, composée de 9 provinces dirigées et un territoire autonome, qui sont dirigées par des gouverneurs nommés par le chef de l'Etat.

Savoir-vivre

Le pourboire est laissé à votre appréciation. Pour toutes les personnes intervenant dans le cadre des prestations achetées par notre intermédiaire, vous avez l’assurance qu’il ne se substituera jamais au salaire. Néanmoins, il est d’usage dans la quasi-totalité des pays au monde de donner un pourboire lorsque l’on a été satisfait du service. Pour les chauffeurs, nous vous conseillons l'équivalent de 4 euros par jour et par personne. Nous vous conseillons le double pour les guides. Au restaurant, lorsque le service n'est pas compris, ajouter 10% du montant de l'addition. A l'hôtel, l'équivalent de 80 centimes d'euro par bagage au bagagiste ; pour les femmes de ménage, 1 ou 2 euros par jour. En règle générale, nous vous conseillons d'aligner votre pourboire sur l’économie locale : les prix d’une bière ou d’un thé, d’un paquet de cigarettes, vous donneront un aperçu du niveau de vie et vous permettront, comme vous le faites naturellement chez vous, d'estimer son montant. Si le cas se présente, on évitera en revanche d'encourager la mendicité, notamment celle des enfants, en faisant des distributions « sauvages » dans la rue. Si l'on souhaite apporter son aide en fournissant du matériel scolaire, des vêtements ou des médicaments, il est préférable de les remettre au directeur de l’école, au chef du village ou au dispensaire le plus proche, qui sauront en faire bénéficier les plus démunis.

Achat

Les arts du Panama reflètent son mélange ethnique : tribus indiennes, métisses, divers groupes orientaux… Les arts traditionnels incluent le découpage, le tissage (mola des indiens Kunas), la céramique et les masques en bois. A voir également sur les marchés les hamacs.

Cuisine

Dans la cuisine panaméenne, la cuisson des aliments, parmi lesquels le maïs tient une place prépondérante, se fait à l'huile. Les plats sont peu épicés, et si l'on a coutume de dire que cette cuisine manque de variété, elle comporte des plats incontournables si vous séjournez au Panama. Le "ceviche" est un plat à base de poisson qu'on laisse mariner 24 heures dans du jus de citron (qui "cuit" le poisson) avec des oignons et de la coriandre. Le "Sancocho" est une soupe chaude à la viande (le plus souvent du poulet) accompagnée de nombreux légumes comme des poivrons, du mais,... c'est un peu le plat national. Les "patacones" sont également à essayer, il s'agit de rondelles de banane aplaties frites à l'huile.

Boisson

Comme souvent dans les pays d'Amérique Latine, la bière est une boisson très appréciée. Vous trouverez au Panama pas moins de 7 marques nationales, dont la Panama Cristal, la Balboa et la Soberana. Les "happy hours" sont également très répandues, le plus souvent de 16h à 19h. Vous aurez également l'occasion de satisfaire votre goût pour les jus de fruits extrêmement variés pour lesquels vous constaterez qu'ils se dégustent localement avec du sucre de canne, qui constitue l'une des principales cultures du pays. Evitez de boire l’eau du robinet, car le risque du paludisme en dessous de 1 000 mètres est important, surtout dans le Darién. La plupart des hôtels mettent à votre disposition de l’eau purifiée en bouteille dans votre chambre. Vérifier auprès de la réception si cela est gratuit.