Capitale

Rabat.

PIB

4 600 euros par habitant (France : 26 000 euros par habitant).

Point culminant

Djebel Toubkal (4 167 mètres).

Superficie

750 000 km² (avec l´ancien Sahara espagnol), soit 1,4 fois la France.

Climat

Au Maroc, les montagnes font le climat. Au nord, la chaîne du Rif protège le pays de l´influence méditerranéenne. Au centre, les massifs du Moyen-Atlas et du Haut-Atlas empêchent les influences océaniques de pénétrer trop avant... On se retrouve donc avec quatre zones climatiques. Le climat est méditerranéen sur la bande côtière septentrionale, atlantique sur la bande côtière occidentale, continental à l´intérieur du pays, désertique dans le sud. Le tout largement conditionné par la latitude. De ce fait, les oppositions été-hiver et nuit-jour sont d´autant plus importantes qu´on s´éloigne de la mer : les côtes ont toujours un climat doux avec quelques épisodes pluvieux, l´intérieur a des contrastes plus marqués. Quant aux montagnes, elles connaissent la neige en hiver (et même en été pour le sommet du Toubkal). C´est d´ailleurs la fonte de ces neiges qui permet la mise en culture des vallées du Haut-Atlas, qui se parent de champs vert tendre dès le printemps. Le régime des vents est principalement atlantique, sauf lorsque l´anticyclone des Açores décide d´aller en balade vers le nord : se lève alors le chergui, le terrible vent chaud du sud, qui franchit l´Atlas et provoque un effet de foehn (pluies sur le versant au vent, air sec sur le versant opposé).

Géographie

Le Maroc est fils de la montagne. Au nord, le Rif, massif tertiaire, escarpé, difficile d´accès, borde les côtes méditerranéennes. Il est orienté nord-ouest sud-est. Au niveau de l´oued Moulouya, la ligne de crête s´incurve brutalement pour prendre une orientation nord-est sud-ouest et tracer une longue diagonale s´achevant aux alentours d´Agadir. Ce sont les massifs du Moyen et du Haut-Atlas, qui culminent au Djebel Toubkal. Cette diagonale sépare nettement les grandes plaines alluviales et cultivées du nord et les étendues steppiques et désertiques du sud. L´Anti-Atlas borde le Haut-Atlas au sud. Moyen-Atlas et Haut-Atlas sont formés surtout de roches calcaires ; le premier est le plus ancien, ce qui explique son aspect parfois très érodé, ses plateaux et vallées d´altitude, bien différents de l´allure presque alpine du Haut-Atlas. Celui-ci comporte des parties granitiques ou des roches volcaniques (Djebel Siroua). La chaîne de l’Atlas est, bien évidemment, un rempart naturel, sur lequel viennent buter les précipitations venues de l´Atlantique. Recueillies par une multitude d´oueds, les pluies dévalent vers les plaines côtières qu´elles alluvionnent et irriguent. Ceci explique la position des villes impériales, Fès, Meknès et Marrakech, au débouché des vallées. Là était l´eau, là se sont installés les hommes. Au sud des Atlas, on se trouve en zone nettement plus aride et le nomadisme fait son apparition. Les provinces du sud, désertiques, appartiennent franchement à l´ensemble saharien.

Economie

L´économie marocaine évolue vite. Les services entrent pour plus de 50% dans le PNB et la part de l´agriculture reste légèrement inférieure à 15%. Hormis les céréales, le Maroc est à peu près auto-suffisant en matière alimentaire : il est vrai qu´encore un Marocain sur deux est agriculteur ! Ces critères placent le Maroc dans la liste des pays en voie d´émergence. Par contre, le Maroc doit importer pratiquement toute son énergie : il n´a pas de pétrole, l´hydroélectricité pâtit d´une hydrographie erratique et les énergies renouvelables sont inexploitées. Les exportations sont d´abord halieutiques et agricoles : agrumes, légumes et poissons (Agadir est l´un des plus gros ports sardiniers du monde), mais, en revanche, les phosphates et les engrais en général pèsent d´un poids très lourd dans la balance commerciale. L´industrie textile, bien que fortement concurrencée par les pays d'Asie, tient toujours une place importante dans l'économie du pays. Le taux de chômage officiel est de 9%. Quant à l´inflation, elle a été jugulée et reste désormais inférieure à 4%. Le salaire minimum est de 1 840 dirhams mensuels environ.

Faune & Flore

La flore est nettement méditerranéenne et le cèdre plus abondant que le sapin. Vous trouverez une riche flore importée, comme l´eucalyptus ou le figuier de Barbarie d´origine mexicaine. Mais, dans l´ensemble, l´alpha, le thuya, l´olivier, l´arganier seront vos compagnons de voyage. Palmiers partout, bien évidemment, surtout dans les oasis mais aussi dans les villes, où les arbres d´ornement introduits sont innombrables, du bougainvillier au tulipier de Virginie. La faune n´est pas moins riche, quoique plus discrète. Les zones humides, comme l´embouchure de l´Oued Massa, ont toujours été des haltes importantes pour les migrateurs sur la route de l´Afrique de l´Ouest. Les oiseaux sont innombrables ; la cigogne est devenue emblématique du pays. La faune du désert est nettement plus rare, notamment les gazelles soumises à une chasse intensive. Quant aux reptiles, ils savent se faire discrets, sauf sur la place Jemaa el Fna où les montreurs de serpents utilisent volontiers la couleuvre Malpolon, inoffensive, mais qui sait déployer son cou comme le cobra, avec lequel on la confond toujours.
Contactez un spécialiste du Maroc