La Grande Île est un enchantement. Tout le monde vous le confirmera. Les paysages sont somptueux, la faune est étonnante, la flore cyclopéenne, les gens sont perpétuellement souriants. Ce n’est donc pas un voyage ordinaire que d’aller à Madagascar. Dès lors il nous a semblé que quelques conseils pouvaient aider à vivre encore mieux cette parenthèse enchanteresse.

 

Si le voyage n’est pas compliqué, une nuit d’avion, l’arrivée est folklorique. Une masse de parents, amis, connaissances vient accueillir chaque passager malgache. Ce qui fait des foules considérables massées dans l’aéroport. Pas de panique, notre homme local finira bien par vous trouver dans cette marée humaine. Si vous embarquez pour un vol domestique vous récupérez vos bagages (maxi 20kg) pour les enregistrer de nouveau. Idem entre deux vols intérieurs, toujours retrouver son bagage sans quoi le transit peut s’avérer aléatoire. Vous ne serez pas dépaysés puisqu’on parle français sur place. Non plus côté gastronomie : à Tananarive les restaurants français sont souvent excellents, et bien moins chers qu’à Paris ! Pour récupérer de l’argent la monnaie locale est l’ariary (certains parlent encore en francs malgaches 1franc=5 ariary) - les distributeurs automatiques sont présents dans chaque ville. Une règle : toujours avoir du cash sur soi puisqu’à part les hôtels de standing international qui acceptent Visa et Mastercard l’on ne paye pas vraiment en carte de crédit. La négociation est primordiale sur les marchés. Comptez un bon 50% et vous serez généreux. Certaines boutiques ont des prix fixes. Mais personne ne vous en voudra d’essayer de marchander. On vous répondra gentiment que ce n’est pas possible. D’ailleurs la meilleure façon de bien appréhender Madagascar et ses habitants est de saluer toujours le plus grand nombre de gens possible et de perpétuellement sourire. Suivez systématiquement les conseils de votre guide et du chauffeur en qui vous pouvez avoir une totale confiance. Pour les autres personnes que vous pourriez rencontrer soyez plus circonspect surtout quand elles débordent de sympathie spontanée pour vous. L’île regorge de beaux parleurs qui mettent une intelligence exceptionnelle à monter des combines au détriment de voyageurs naïfs. On peut penser que s’ils mettaient autant d’énergie pour le développement de leur pays, Madagascar serait un tigre économique… Le pourboire est monnaie courante. Le guide-chauffeur s’attend à recevoir une gratification. Comptez 10€ par jour et par personne. Un guide local dans un parc ou une réserve s’attend à 5€ pour la journée. Dans un restaurant laissez l’équivalent d’un euro. Pour un bagagiste 1000 ariary (30cts) feront l’affaire.

Evidemment pas question de boire l’eau du robinet. Il y a de l’eau minérale partout. Les médicaments habituels aux problèmes gastriques et digestifs seront toujours à portée de main, de même qu’un rouleau de papier-toilette. Evitez crudités, salades et tout ce qui est cru d’une manière générale. Un traitement antipaludéen est recommandé. Ne laissez jamais rien de valeur dans votre chambre. D’ailleurs emportez le moins possible de valeurs. Gardez votre passeport sur vous, les contrôles de police peuvent toujours survenir. Ramenez de la vanille, du rhum, du chocolat à 70% de cacao, des objets artisanaux en bois de palissandre, des broderies. Pour les pierres semi-précieuses soyez prudents, l’imagination des faussaires est sans limites.

Dégustez la langouste sur les côtes, le zébu saignant dans les hauteurs, le foie gras en ville, le pays en produit d’excellents ! Ramenez. Les précautions à prendre ne sont finalement pas spécifiques à Madagascar. Ce qui précède n’est jamais qu’un rappel d’un voyagiste scrupuleux et soucieux de vous faire vivre le plus beau des voyages.

 

Contactez un spécialiste de Madagascar