Situation

Quel que soit l’environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou plus naturel, il est de sa responsabilité de respecter l’endroit qu’il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente les problèmes environnementaux spécifiques à la Jamaïque. - Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d’infrastructure d’élimination des déchets. Par exemple : les piles et batteries, les médicaments périmés, les sacs plastiques. - La rareté de l’eau est aujourd’hui un problème mondial. Même si le pays visité n’est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets. - Dans la plupart des hôtels vous disposerez d’une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n’êtes pas présents dans la chambre. La climatisation n’est d’ailleurs pas forcément absolument nécessaire sous tous les climats. - En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : cueillir des fleurs rares, ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc. Un long laisser-faire dans la gestion des sols se traduit aujourd’hui par un recul préoccupant du couvert forestier dans une île que l’on appelait autrefois « Land of Wood and Water ». A la clé : érosion des sols, baisse du niveau des cours d’eau, raréfaction de la faune. Les services forestiers du ministère de l’agriculture ont donc lancé l’opération Trees for Tomorow. Il s’agit de sensibiliser aux questions de conservation et de gestion durable des forêts à la fois les autorités et la population jamaïcaines. Pour ce faire, un système d’information (reconnaissance des sites, établissement de cartes, suivi des évolutions dans le temps) a été mis sur pied avec pour but de fournir des données fiables aux décideurs politiques et économiques. Ces travaux ont permis le classement de domaines menacés en zones protégées. Ils sont aussi utilisés, dans le cadre de la Forest Awareness Campaign, pour promouvoir une nouvelle conscience environnementale, dans les campagnes notamment. Les différents médias disponibles sont mis à contribution, de la vidéo aux foires agricoles, en passant par Internet et la télévision. Des comités locaux se sont formés, qui enrichissent le réseau d’informateurs forestiers du ministère de l’agriculture.
Contactez un spécialiste de la Jamaïque