Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Novembre

Décembre

Avec sa surface avoisinant les 4300 km, le Chili est un véritable imbroglio climatique. Tantôt extrêmement sec, tantôt glacial, le temps semble changer d’avis comme de chemise selon les régions. Le seul point commun qui relie les vastes terres chiliennes est la saisonnalité, inversée par rapport à notre hémisphère. Ainsi, ne vous attendez pas à une météo estivale en juillet-août, car nous sommes alors en plein hiver ! Pour connaître la période idéale pour partir au Chili, lisez-donc ce précieux calendrier de voyage.

Janvier, voici venu l’été austral

Janvier est un mois idéal pour voyager au Chili car c’est le début de la saison estivale. Mais au vu de la disparité géographique du territoire, le climat est variable.

Par ailleurs, un phénomène bien particulier se produit tous les ans de janvier à mars dans le nord du pays : l’hiver altiplanique. La région de San Pedro de Atacama et ses environs sont parfois sujets à des pluies intenses, potentiellement accompagnées de grêle et de neige.

Privilégiez plutôt les villes côtières ensoleillées ou l’Île de Pâques au nord-ouest des côtes chiliennes.

Si vous souhaitez visiter les villes situées en altitude, sachez que les températures sont plus fraîches. Les plus ambitieux pourront se rendre à l’extrême nord du pays à Parinacota, l’une des villes les plus hautes du monde atteignant les 4428 m ! Une bonne laine s’impose…

Janvier est aussi un bon moment pour se rendre en Patagonie : le beau temps s’y loge régulièrement, malgré quelques averses. Mais prenez garde, la météo est réputée pour être particulièrement changeante en Terre de Feu…

Février : le beau temps persiste

L’été continue en février sur les terres andines, toujours propices aux visites.

Au même titre que le mois précédent, les villes côtières restent un lieu de prédilection car les averses se font timides et les journées ensoleillées. Parmi les nombreuses pépites que l’on trouve en bord de mer, Valparaiso ne manque pas à l’appel. Prenez le temps de flâner entre ses ascensores, ses maisonnettes multicolores et ses ruelles pentues.

Attention, si vous prenez de l’altitude, oubliez les tenues estivales, même si le soleil est présent.

L’Île de Pâques (ou Rapa Nui pour les initiés), quant à elle, est toujours conseillée, en comptant quelques jours pluvieux. Les températures sont très plaisantes, aux alentours de 24°C.

Les explorateurs venus conquérir l’extrême sud en Patagonie se réjouiront d’apprendre que les pluies sont modestes en février, et le soleil au beau fixe.

Mars : aux prémices de l’automne

Dernier mois de la saison estivale, mars s’accompagne d’un refroidissement progressif sur l’ensemble du pays.

En Patagonie, le thermomètre vire à la baisse et les averses se font de plus en plus intenses. Visiter la région en mars n’a donc pas grand intérêt.

Sur Pâques, l’humidité gagne du terrain mais on peut tout à fait visiter l’île. Le soleil fait acte de présence une bonne partie du temps, en alternant avec quelques nuages. Notre coup de cœur : l’ancien village d’Orongo, gorgé de traditions ancestrales et planant au-dessus du vide !

La zone la plus agréable en mars est incontestablement celle des villes côtières car une chaleur douce règne sur les lieux.

Dans la région de la Cordillère, la majorité de la zone requiert des vêtements chauds, la neige faisant déjà ses premières apparitions.

Avril : une météo versatile

L’hiver austral se fait doucement sentir dans le pays à certains endroits. Pour profiter d’un cadre tempéré, mettez les voiles vers les villes côtières au nord du Chili. L’occasion idéale de visiter la station balnéaire de Viña del Mar, bien moins bondée en cette période de l’année.

A l’instar de ses homologues, la chaleur règne en maître sur l’Île de Pâques, quelle que soit l’heure de la journée.

Pour les marcheurs aguerris souhaitant défier la Cordillère des Andes, sachez que la zone montagnarde est peu recommandée au Chili en avril, déjà assaillie par le froid.

En Patagonie, les températures font également grise mine (comptez 10 degrés au maximum) mais, bien équipé, rien ne vous empêche de visiter la Terre de Feu. D’autant plus que les précipitations baissent légèrement.

Mai : le froid se rapproche dangereusement

A partir du mois de mai, les pluies sont à visage découvert dans les régions centrales et autour de Santiago. Toutefois, les températures avoisinent les 15 °C jusqu’en septembre. Vous avez donc la possibilité d’explorer les lieux, munis d’un bon k-way !

Une fois de plus, les villes de la côte nord et l’Île de Pâques remportent la palme touristique car elles présentent un climat doux, ensoleillé et faiblement pluvieux.

A contrario, la Cordillère des Andes et la Patagonie sont déjà bien envahies par le froid, même si l’on peut encore profiter d’un joli soleil en Terre de Feu. Les mordus de ski pourront s’en donner à cœur joie dans la station de Portillo, déjà recouverte de neige.   

Juin : début de l’hiver austral

La majorité du pays doit faire face aux conditions hivernales au mois de juin. Mais fort heureusement, quelques exceptions échappent à la règle, comme Arica ou Iquique au nord du pays, dotées d’un temps plus doux. Bien qu’Arica ne présente pas un grand intérêt, c’est une belle porte d’entrée pour ses voisins boliviens et péruviens.

Fidèle à elle-même, l’Île de Pâques s’habille d’un manteau chaud et confortable. Seul bémol : le taux d’humidité est assez élevé.

Attention, l’ensemble des villes d’altitude subissent un froid mordant et un temps orageux, de Santiago à Atacama, dont l’accès peut parfois être bloqué.

La Patagonie se laisse encore visiter car le soleil est présent quelques heures dans la journée. A condition de vous emmitoufler solidement…

Juillet : couvrez-vous bien 

Avis aux amateurs de ski, la neige bat son plein entre juillet et août ! Cela tombe bien car le Chili détient en ses terres quelques-unes des plus belles stations du continent. A moins de deux heures de Santiago, évadez-vous à Valle Nevado face à la majestueuse Cordillère, caressés par le soleil.

Revers de la médaille pour le reste du pays : juillet est le mois le plus froid de l’année. L’hiver austral atteint son pic, aussi bien dans les villes côtières du nord que dans les villes en haute altitude, où la neige et l’orage sévissent.

La Patagonie, elle, ne laisse plus de place au doute : d’abondantes chutes de neige recouvrent le territoire et les températures atteignent au mieux les 6°C.

Seule l’Île de Pâques offre un climat assez doux, avec une baisse significative de ses précipitations.

Août : une légère remontée

Toujours prisonnier de l’hiver, le Chili dispose toutefois de zones privilégiées au mois d’août. Préférez les villes en basse altitude comme Concepción ou La Serena, célèbre station balnéaire et point de départ pour les observatoires astronomiques environnants. Le temps est frais mais largement propice aux balades.

En revanche, si vous prévoyez de défier les pistes de ski, prévoyez une tenue sibérienne car les chutes de neige y foisonnent. Pour gagner plusieurs degrés, dirigez-vous plutôt vers San Pedro de Atacama ou le thermomètre atteint parfois 15 °C.

Evitez si vous le pouvez la région patagonienne, bien trop froide. On se console sur l’Île de Pâques, encore et toujours idéale pour vos explorations.

Septembre : la chaleur reprend timidement ses droits

Ultime mois d’hiver, septembre est synonyme de renouveau dans la plupart des localités chiliennes. Les villes d’altitude offrent d’agréables conditions climatiques (à l’exception de Portillo) et rendent possible la visite du désert d’Atacama.

Pour les visiteurs venus contempler l’océan, direction les villes côtières au nord du pays car les températures grimpent de façon significative, accompagnées du soleil. Valdivia est particulièrement recommandée aux fêtards endurcis, pour son animation nocturne.

Bien que réchauffée, la Patagonie présente encore un temps trop boudeux pour les touristes.

Même sur l’Île de Pâques, le climat n’est pas au meilleur de sa forme, avec des températures assez douces.

Octobre : un temps mitigé

La Patagonie se présente sous un meilleur jour au mois d’octobre : malgré le froid persistant, le soleil s’invite régulièrement.

Méfiez-vous en revanche de la Cordillère des Andes, fortement déconseillée pour les amateurs d’activités outdoors : l’orage pointe fréquemment le bout de son nez.

On préfère les villes en bord de mer dans le nord du Chili, très peu pluvieuses et bien ensoleillées. Mais attention à ne pas vous diriger trop au sud, car la froideur se fait alors plus conséquente.

Le soleil est au beau fixe ce mois-ci sur l’Île de Pâques, mis à part quelques nuages de temps en temps.

Novembre : diversité est le maître-mot

Cap vers l’océan en novembre ! Les pluies sont discrètes dans les villes littorales, au profit d’un grand soleil. C’est le moment de s’offrir une immersion en plein cœur de la faune chilienne sur l’Isla Damas, pour admirer la réserve naturelle de pingouins de Humboldt.

La Patagonie est elle aussi conseillée en novembre, en prévoyant sa petite (voire conséquente) laine. La ville de Punta Arenas est généralement la zone la plus clémente.

Dans la Cordillère des Andes, tout dépend de votre localisation ! San Pedro de Atacama offre un temps magnifique, contre un froid glacial à Portillo.

Comme à son habitude, l’Île de Pâques vous réservera un accueil généreux avec des températures suffisamment élevées pour profiter de ses terres.

Décembre :  l’été refait surface

En décembre, les villes côtières continuent sur leur lancée. Une belle occasion pour sillonner les plages entre Bahia Inglesa et Caldera, dotées des eaux les plus cristallines de tout le pays !

Bonne nouvelle également pour les randonneurs andins : les villes d’altitude sont plutôt ensoleillées et assez douces à partir du milieu de journée. Mais prenez vos précautions en Terre de Feu car les précipitations se font denses et le temps assez maussade.

Pour les visiteurs en quête de chaleur, privilégiez l’Île de Pâques. Les températures font leur ascension, annonçant le début de l’été !

Contactez un spécialiste du Chili