Il n’y a pas de doute que vous fassiez un superbe voyage. Le Sri Lanka est un pays fabuleux et les srilankais sont d’une gentillesse rare. Il suffit juste de connaître quelques règles, us et coutumes. C’est le seul but de ce petit vadémécum volontairement exagéré et légèrement taquin…

 

HOTELS

Durant les années de guerre (26 ans !) peu d’investissements ont été réalisés dans le domaine de l’hôtellerie, le tourisme a été sinistré, ainsi que les infrastructures.  Les hôtels sont souvent charmants mais pas vraiment récents ; le service n’y est pas toujours à la hauteur des espérances ni de la catégorie. Néanmoins il est toujours souriant. Le sourire rattrape énormément au Sri Lanka.

 

A VOS Côtés

Les chauffeurs accompagnateurs anglophones que nous mettons à votre disposition – véritables anges gardiens toujours disponibles - ne sont pas suffisamment formés tant au plan culturel que linguistique, même si nous choisissons les meilleurs d’entre eux. Si vous trouvez qu’il y a trop d’arrêts dans des magasins, dites-le car nous sommes nous-mêmes très fermes sur le sujet.

 

CIRCULATION

Bonne nouvelle : les routes s’améliorent, au moins sur leur revêtement. On n’y roule pas très vite et les temps de parcours sont longs même si le kilométrage est faible. Une circulation anarchique, des camions à bout de souffle et des cyclomoteurs chargés de toute la famille ralentissent la cadence… doubler est donc une aventure qui s’entame à grands coups de klaxon. Evidemment nous choisissons soigneusement nos chauffeurs. Ils sont les plus prudents. Ça ne veut pas dire qu’ils soient les plus rapides. Comptez donc en temps de parcours pas en kilomètres ! Ne vous étonnez pas si, pour aller d’un point à un autre assez proches sur la carte, le chauffeur fait un détour : il y a des villages qu’on évite en fonction de sa religion. Un bouddhiste hésitera à passer à travers un village musulman par exemple. 

 

LE JUSTE PRIX

Vous ne le saviez peut être pas : il existe un prix « touriste » et un prix « local », y compris pour l’entrée des monuments. C’est donc institutionnalisé. Votre entrée sera de 5 à 10 fois plus élevée que pour le « local ». Ceci étant, notre niveau de vie est 20 fois supérieur au leur, tout cela reste abordable. Il pourra parfois vous être demandé un droit de photo ou vidéo sur certains sites… On évitera d’ailleurs de se prendre en photo à coté de Bouddha.

 

On trouve la monnaie locale, la roupie dans des distributeurs en ville. Coté pourboires, on s’attend à ce que vous laissiez 200 roupies au restaurant (un peu plus d’un euro), 50 roupies au porteur à l’aéroport et 100 au porteur d’hôtel ; le pourboire au chauffeur qui vous accompagne tout au long de votre itinéraire est déjà inclus dans son salaire. 

Les restaurants n’ont pas toujours de menu tarifé. Se renseigner avant. On laisse le pourboire habituel de 10% si le service a été bon et la nourriture correcte.

 

ON LINE

Les wifi sont souvent disponibles dans les salons ou lobby d’hôtels, le temps de boire un bon thé de Ceylan ou un gin tonic hérité des anglais…

 

POUR FINIR

Au retour, de passage à Colombo, vous constaterez l’emprise des Chinois sur l’économie locale. Vous apprendrez ainsi que votre voyage cinghalais vous a aussi amené sur les « nouvelles routes de la soie », programme économique colossal de l’Empire du Milieu dont le port de Colombo est un relais majeur. Presque deux voyages en un seul !

 

Vous l’avez compris : Vous nous êtes précieux, votre voyage est inestimable, nous faisons tout pour que vous bénéficiiez des meilleures prestations néanmoins certains aspects locaux nous échappent. Dans ce pays où tout le monde vous sourit, autant savoir que la réalité est parfois un peu moins angélique qu’il n’y parait.

C’était mieux d’en parler avant le départ, entre nous soit dit….

Idées voyages au Sri Lanka

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble