Le Sénégal s’étend sur 196 722 km², a 530 km de côtes, et est frontalier de 5 pays : Mauritanie, Mali, Guinée,  Guinée-Bissau,  Gambie. Le territoire sénégalais est compris entre 12°8 et 16°41 de latitude nord et 11°21 et 17°32 de longitude Ouest. Sa pointe ouest constitue la partie la plus occidentale de toute l’Afrique continentale. Parcs et réserves naturelles représentent 8 % du territoire national. 6 parcs nationaux. On dénombre au total 169 espèces de mammifères et 540 espèces d'oiseaux dans les aires protégées.

Nombre de coups d’Etats : 0. Abolition de la peine de mort le 10/12/2004.

Selon la Constitution de 2001, 1 langue officielle, le français, 6 langues nationales, le wolof (43 % de la population mais parlé par une large majorité), le sérère (15% de la population) , le peul ( 24% de la population) , le mandingue, le soninké et le diola. 5 autres langues vernaculaires ont été promues peu après, hassaniyya, balante, mancagne, noon et manjaque, et d'autres ajouts de langues sont en cours, pour au total une 20aine de langues qui pourraient bénéficier du statut de langue nationale au Sénégal. Léopold Sédar Senghor est né le 9/10/1906 et mort le 20/12/2001. Il a été le 1er président du Sénégal de 1960 à 1980. Après avoir été désigné Prince des poètes en 1978, il fut le 1er Africain à siéger à l'Académie française, élu le 2/06/1983, au 16e fauteuil. Les morceaux les plus célèbres de Youssou N'Dour, né le 01/10/1959, sont 7 seconds, composé en 1994 et interprété à 2 voix avec la chanteuse Neneh Cherry, l'hymne pour la phase finale de la Coupe du monde de football 1998, La Cour des grands, qu'il chante avec Axelle Red, ou la musique du film de 74 minutes Kirikou et la sorcière, composée également en 1998.

Le corps des tirailleurs sénégalais a été constitué en 1857. En 1914-1918, environ 200 000 « Sénégalais » de l'AOF qui se battent dans les rangs français, dont plus de 135 000 en Europe. 30 000 d'entre eux y ont trouvé la mort sur les 1 397 800 soldats français morts durant le conflit. Les tirailleurs sénégalais se mettent en valeur notamment à Ypres et Dixmude fin 1914, lors de la prise du Fort de Douaumont en octobre 1916, durant la bataille du Chemin des Dames en avril 1917 au cours de laquelle ils perdent plus de 7 000 tués sur 16 500 engagés, soit ¼ de leurs pertes totales au cours de la guerre, puis lors de la bataille de Reims en 1918. Comme lors du précédent conflit, la France utilise pendant la 2nde Guerre mondiale les colonies comme réservoir d'hommes pour son armée. Les quelques territoires africains ralliés à la France libre lui fournissent les tirailleurs qui constituent les Bataillons de marche de la 1re division française libre ainsi que le régiment de tirailleurs sénégalais du Tchad de la colonne Leclerc. Les tirailleurs sénégalais du BM 2 s'illustrent notamment à Bir Hakeim. Après le réarmement des troupes françaises en Afrique du Nord en 1942-43, ils se distinguent au sein de la 9e DIC, lors de la conquête de l'île d'Elbe en juin 1944 puis, après le débarquement de Provence en août 1944, lors de la prise de Toulon. Durant l'automne 1944, les 15 000 tirailleurs sénégalais des 9e DIC et 1re DMI sont remplacés par des FFI au sein de la 1re armée française lors d'une opération dite de « blanchiment ». Le 01/12/1944 à 03h, des dizaines de tirailleurs sénégalais, remplacés lors de cette opération de « blanchiment », sont tués par l'armée française au camp de Thiaroye au Sénégal.

Saint Louis du Sénégal, île longue de longue de 2 kilomètres et large de 300 m, a été inscrite au patrimoine mondial de l’humanité UNESCO en 2000.