Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Novembre

Décembre

Cet archipel de 7107 îles est doté d’un climat tropical se traduisant par une météo assez chaude et humide. On peut globalement y voyager toute l’année même durant la mousson (de juin à octobre) en se dirigeant vers les zones les plus épargnées. De surcroît, il est fort agréable de profiter de ses températures descendant rarement en dessous de 25 degrés, tandis que froid sévit dans nos contrées européennes ! Nos voyageurs vous en disent plus.

Janvier : choisissez bien votre île

Le mois de janvier est un une période intéressante pour voyager aux Philippines car il s’agit du mois le plus frais de l’année (25°C en moyenne). Il se situe en plein cœur de la saison sèche, qui a lieu de novembre à mai. Cette saison se caractérise par une humidité moindre mais aussi une chaleur moins importante. Malgré cela, le pays reste divisé en matière de précipitations, avec un net avantage dans sa partie nord.

Ainsi, les îles septentrionales sont sujettes à un climat plutôt agréable avec une chaleur raisonnable ainsi qu’un taux d’ensoleillement avantageux. Profitez-en pour explorer les magnifiques provinces de la cordillère, célèbres pour leurs rizières en terrasse et leurs immenses forêts de sapins.

En vous dirigeant vers le centre, vous remarquerez que l’humidité se fait plus importante, malgré des températures toujours aussi confortables.

La quasi-totalité du sud est à éviter à cette période de l’année, à moins de vouloir passer la journée littéralement trempé. Seule la zone la plus méridionale est plus avantagée, par exemple du côté de Davao. Mais gare aux températures grimpantes !

Février : le soleil est de la partie

La météo est assez similaire au mois de février, avec une légère hausse des températures dans la partie nord du pays, atteignant 32°C dans l’après-midi. Si vous passez par Tagaytay, ne manquez pas de visiter le lac Taal et son volcan, considéré comme le plus actif au monde.

Les pluies continuent à se manifester dans la région centre mais elles laissent fréquemment place au soleil. Toutefois, ne vous dirigez pas trop vers l’est au risque de vous faire arroser.

Même si le sud reste assez déconseillé au mois de février, on a parfois de bonnes surprises car les pluies sont plutôt nocturnes, laissant place à des journées ensoleillées.

Mars : la chaleur gagne du terrain

La saison humide approchant, il est tout naturel de voir les températures grimper au mois de mars, en particulier dans la zone nord. Si vous prévoyez de visiter Manille ou Quezón City, sachez que la météo varie entre 27 et 33 °C, avec un taux d’humidité assez bas.

La donne s’inverse ainsi au mois de mars car le centre est plus abrité des pluies. Rendez-vous à l’archipel de Bacuit et ses eaux cristallines, assez préservé du tourisme de masse. Bon nombre de journées ensoleillées vous permettront de pratiquer toutes sortes d’activités de plein air !

Le sud est comme à son habitude vaincu par les pluies et gagné par la chaleur.

Avril : la mousson se fait sentir

Le mois d’avril fait un pont de liaison entre la saison sèche et la saison des pluies. Il ne faut donc pas s’étonner de voir le rythme des précipitations s’accentuer à cette période. Par ailleurs, la chaleur s’étend un peu partout dans le pays car avril et mai sont les deux mois les plus chauds de l’année.

Au nord, le mercure s’affole avec des températures dépassant sans vergogne les 35°C. S’ajoute à cela une humidité assez inconfortable. Il vous est peu conseillé de vous rendre à Manille qui ajoute à son ardoise une forte pollution.

Priorisez plutôt le centre où la chaleur est plus tolérable : la température moyenne est de 32°C aux heures les plus chaudes. Néanmoins, les précipitations se donnent le mot et envahissent toute la zone centrale du pays. Seule la ville de Legazpi est épargnée, jouissant de la proximité de l’Océan Pacifique. Nichée au pied du volcan Mayon et dotée d’un charmant port de pêche, elle offre un cadre tout à fait singulier avec ses multiples bateaux multicolores qui y fourmillent sans cesse.

Vous pouvez également vous rendre au sud à condition de bien choisir votre lieu. Evitez Davao où chaleur et pluie sont de concert et privilégiez l’île de Samal, gorgée de plages paradisiaques.

Mai : journées pluvieuses en perspective

Même si les pluies ne laissent plus de place au doute, il reste tout de même quelques localités à privilégier en ce début de mousson. Les îles Visayas, situées au centre du pays font partie des heureuses élues. Ne manquez pas de visiter Boracay, fleuron de cet archipel regorgeant d’une végétation tropicale baignée dans une eau turquoise.

Pour le reste de la zone centre, on compte une dizaine de journées ensoleillées, en gardant en tête que les pluies arrivent plus tard dans la nuit. Noctambules, s’abstenir…

Les îles du nord sont, quant à elles, sous le joug des pluies et de la chaleur, rendant cette partie assez peu avenante, au même titre que le sud.

Juin : voici venue (officiellement) la saison des pluies

Juin est assez peu recommandé pour un séjour aux Philippines car la période des moussons s’accompagne généralement d’une vingtaine de typhons traversant le pays. Au nord, les pluies sont d’une telle abondance qu’il n’est pas rare de voir les fleuves et rivières sortir de leurs lits, causant de nombreuses inondations. Et la chaleur n’en est pas moins présente !

Le centre possède quelques localités un peu plus avantagées par rapport aux normales de saison. A Boracay par exemple, les températures oscillent entre 29 et 31 °C et l’on assiste à une jolie valse soleil/pluies.

Bon à savoir : dans la partie nord de la zone méridionale vous profiterez d’intervalles plus importantes entre les pluies que dans le reste des Philippines. Dans la région, ne manquez pas l’écovillage de Malasag reconstituant les habitats traditionnels des différentes tribus qui y résident.

Juillet : gloire aux précipitations

Au même titre que son homologue, juillet n’est pas le candidat idéal pour voyager aux Philippines.

Si vous recherchez les localités les moins touchées, direction El Nido au centre, un village bouillonnant de nature qui a su préserver son charme malgré l’afflux touristique. Un peu plus à l’est, l’île de Bohol fait aussi partie des nantis. Il s’agit là d’un spot prisé de plongée. Enfin, plus au sud, vous pourrez vous rendre à Cagayan de Oro pour bénéficier d’un climat plus agréable.

Dans le reste du pays, tout n’est que pluie et chaleur même si le centre est un peu moins calorifique que la zone septentrionale.

Août : les affres de la mousson suivent leur cours

Cela va sans dire, les activités extérieures sont un véritable défi en cette saison. Le nord continue d’être submergé par les pluies et la chaleur, notamment du côté du Luzon et ses voisines, à l’instar des îles sud envahies par une chaleur écrasante et des pluies diluviennes.

Seule la partie centre commence à voir le bout du tunnel avec des éclaircies toujours plus nombreuses qui vous permettront de profiter de quelques activités outdoors. Dans cette optique, vous pouvez vous rendre au Parc National de Caramoan, situé à deux heures de route de la ville de Naga. Mais attention à éviter une partie de l’île littéralement envahie par les resorts. Allez plutôt jouer les Robinson autour de Paniman.

Septembre : un véritable pic d’humidité

La saison pluvieuse n’en démord pas mis à part quelques exceptions. Ainsi, les îles Visayas échappent à la règle car elles accueillent quelques journées ensoleillées. Au contraire, Coron et ses environs, El Nido ou Palawan et l’ensemble des localités centrales sont ancrées dans l’humidité et la chaleur.

Le nord ne mérite pas réellement qu’on s’y attarde, car la chaleur est assez intolérable. Dirigez-vous plutôt vers le sud où les températures passent rarement la barre des 32°C. Sachez que du côté de Davao, Mindanao ou encore la péninsule de Zamboanga (et son incroyable lac Duminagat), le soleil fait son entrée !

Octobre : le timide retour des beaux jours

Le nord affiche progressivement un meilleur visage, et cela vaut pour l’ensemble de l’île de Luzon, même si la chaleur est encore de mise. A ce titre, pourquoi n’iriez-vous pas faire un tour à la baie d’Agnaen, temple du snorkeling ?

Les îles du centre semblent également d’une meilleur humeur climatique car le soleil refait surface assez fréquemment, en alternant avec de fortes pluies.

Le sud est quant à lui assez variable. La partie nord a déjà fait une grande enjambée vers la saison sèche, tandis que le versant sud est encore tourné vers les pluies.

Novembre : les pluies arrivent (enfin) à leur terme

Novembre marquant la fin de la mousson, les pluies battent en retraite sur une majeure partie du pays. Manille et ses consorts semblent les plus avantagées avec un grand soleil et une chaleur bien plus supportable (maximum 33°C degrés à Manille). Même si la capitale ne présente pas grand intérêt, il existe quelques endroits assez intéressants comme la vieille ville ou les sublimes couchers de soleil sur la baie.

Les pluies diminuent également en intensité au centre, tout comme la partie nord de la zone méridionale, vers Mindanao. Le sud est quant à lui baigné dans la mousson d’hiver, et se voit donc peu recommandé.

Décembre : des températures plus agréables

Décembre est incontestablement LA période pour les visiteurs en quête d’activités outdoors aux Philippines. Le soleil fait son grand retour dans tout le pays, vous permettant de voyager là où bon vous semble, sauf exception. En quête d’une destination sauvage ? Cap sur l’île Sibuyan, au centre des Philippines. Il s’agit de la zone la plus montagneuse du pays avec une végétation extrêmement dense.

Si vous vous rendez au sud du pays, prenez garde à la péninsule de Zamboanga, encore sujette à la chaleur et l’humidité. Mais pour le reste, les vacanciers s’en donneront à cœur joie !

Contactez un spécialiste des Philippines