1

Sauter d’un fjord vertigineux a un autre Fjord vertigineux

La terre que les Vikings appelaient « Le Chemin du nord » est une source ininterrompue de vertiges. Il n’est pas un instant, lorsque l’on sillonne ce pays vertical, du nord au sud ou du sud au nord, sans que l’on écarquille les yeux. Vue du ciel, la Norvège, c’est d’abord une longue, très longue silhouette, coincée entre Suède et Atlantique, offrant aux flots des côtes profondément entaillées. Pour sauter d’un fjord à l’autre, on peut prendre des ferrys placides, ces « Express côtier » qui rythment depuis la nuit des temps la vie des ports, grimper dans des trains audacieux qui frôlent les ravins ou emprunter en voiture des cols vertigineux qui dévoilent tout en bas des eaux couleur de mercure, frôlent des cascades gargantuesques et traversent des paysages oscillant entre alpage suisse et surface de la lune.
2

Visiter les maisons hanséatiques a bergen

Porte d’entrée des fjords, Bergen est une ville de marins aux belles maisons hanséatiques classées par l’UNESCO. Les ruelles pavées du quartier de Bryggen cachent des cours intimes où se nichent boutiques et restaurants. Un musée y raconte l’épopée des marchands de la Hanse. Du haut du Mont Fløien, accessible par un funiculaire dont la gare de départ se trouve en centre-ville, la vue plonge sur les maisons, les montagnes, les fjords et la mer. Avant d’embarquer pour les fjords, il faut rendre visite à la maison du plus célèbre compositeur de Norvège, Edvard Grieg, , au bord du lac Nordås. Il a vécu dans ce chalet pendant 22 ans et y a composé une grande partie de ses œuvres.
3

Se promener en architecture

Désireux de mettre en musique ses paysages surdimensionnés, le gouvernement norvégien a proposé à des designers et des architectes de faire entrer l’art dans le paysage. Une vingtaine des « routes touristiques » nationales guidant les visiteurs à travers les trésors naturels du pays sont émaillées de petites « œuvres » qui remplacent les traditionnels points de vue ou cafeterias. Ici, une langue d’acier et de verre surplombe un fjord, là des sanitaires ont été déguisés en étranges maisons de poupées, plus loin une passerelle cramponnée à la roche guide le promeneur sur un cheminement de cuivre zigzagant jusqu’à une cascade… Ces réalisations incarnent la modernité autant que la légendaire hospitalité norvégienne. Un vrai catalogue de design scandinave !
4

S’offrir des frissons en pleine nature

Enrichi par le boom pétrolier des années 70, ce royaume atypique croulant sous l’or noir n’a jamais aimé ce qui brille et toujours préféré l’or vert de sa mère nature. Cette débordante nature norvégienne offre mille occasions de fabriquer des souvenirs. Un safari au Crabe royal en mer de Barents est inoubliable ! (Ne pas oublier de compter toutes les pattes avant de les déguster) ; la randonnée à marée haute près de Bodø, à proximité des îles Lofoten procure le grand frisson en observant le maelström le plus puissant du monde : 400 millions de mètres cube d’eau dans un bras de mer large de 150 mètres ; et pourquoi pas une croisière dans l’archipel du Svalbard, au Spitzberg, pour raser des falaises peuplées d’oiseaux et tutoyer les lions de mer ?
5

Partir a la chasse aux aurores boreales

Kirkenes, dans la municipalité de Sør-Varanger, est situé entre deux fuseaux horaires, Helsinki et Moscou. Dans cette petite ville minière qui compte environ 3.300 habitants, les gens parlent norvégien, Sami, finnois et russe… Ils vous racontent leurs histoires de chasse aux rennes et vous font goûter sa viande avant de vous entraîner à une autre chasse, celle des aurores boréales. Bien emmitouflé, Sous la voûte étoilée si pure du Nord, vous voyez se déployer sans le ciel ces écharpes vertes et violettes, comme agitées par des dieux facétieux. Un ballet fou de lumières dansantes. Comment mettre des mots sur cette expérience ?
Contactez un spécialiste de la Norvège