Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Novembre

Décembre


Le Népal peut globalement se visiter toute l’année. Le pays connaît une mousson d’été entre mi-juin et mi-septembre, assez humide, tout particulièrement à l’est en juillet. Plusieurs régions sont alors recouvertes d’un épais brouillard et la saison ne se prête pas vraiment à la contemplation des sommets. La haute saison touristique se situe entre les mois d’octobre et d’avril car le climat est alors sec et ensoleillé, en octobre, mars et avril particulièrement.

Principales zones évaluées : Katmandou et sa région, les hautes-montagnes népalaises (ex : Lukla), la plaine du Teraï (ex : Nepalganj), vallée de Katmandou (ex : Patan).

Janvier : fraîcheur dans les hauteurs


Si Katmandou et sa vallée présentent des températures douces (16°C en moyenne) et un ciel azur au mois de janvier, il en est différemment pour les zones des hautes montagnes népalaises, très fraîches de par leur situation en altitude (comptez -3°C environ dans la zone de Lukla et -12 en grimpant dans les hauteurs !). En revanche, la plaine du Teraï est bien plus réchauffée que ses voisins au vu de sa situation géographique et affiche des températures estivales, avec 25°C aux heures les plus chaudes. Moralité : si vous souhaitez partir en trek, préparez des vêtements chauds obligatoirement ! Et si vous passez par la vallée de Katmandou, ne manquez pas la ville de Patan, aux influences tibéto-mongoles. Cette cité ancienne a gardé quelques vestiges de son époque impériale et abrite les richesse culturelles de la communauté newar, notamment à travers ses cours intérieures recelant de temples bouddhistes.

Février : le mercure grimpe doucement


On gagne quelques degrés dans la capitale et sa vallée ainsi que dans la plaine du Teraï. Mais pour ce qui est des hauteurs, la fraîcheur est toujours de rigueur. Pour vous imprégner véritablement de la culture népalaise à Katmandou, dirigez-vous plutôt vers sa vieille ville. Ses ruelles dotées de maisons basses aux fenêtres en bois ouvragé dressent un portrait très intéressant et non sans charme. De manière générale, le climat est très sec et ensoleillé, un phénomène typique de cette saison.

Mars : un ressenti estival en basse altitude


Katmandou et sa vallée s’enveloppent d’une douceur agréable avec 23°C au compteur et un grand soleil toujours persistant. La plaine du Teraï commence, elle, à devenir brûlante avec 35°C aux heures les plus chaudes. Quant aux localités d’altitude, elles sont toujours caractérisées par le froid mais un peu mois glacial que sur les mois précédents : comptez -1°C à Lukla et -9°C autour de de l’Everest. A noter que les pluies commencent à se manifester dans les hauteurs, et donc potentiellement quelques brumes. Dans la région du Teraï, prenez le temps de découvrir les terres de cette zone encore assez inexplorée et rendez-vous au Parc National de Chitwan, abritant plus de 500 espèces d’oiseaux et une quarantaine d’animaux sauvages dont des tigres, singes, macaques, ours…

Avril : les pluies s’intensifient


Même si la mousson d’été n’a pas encore commencé, avril entame déjà un chapitre pluvieux dans certaines localités. Hormis la plaine du Teraï quasi totalement abritée des pluies (mais aussi très chaude avec 41°C lors des pics de chaleur !), le reste des régions alterne entre précipitations et éclaircies, bien que le soleil prédomine. On gagne encore en chaleur à Katmandou et sa vallée avec 24°C en moyenne et également dans les hauteurs (-7°C aux environs de l’Everest et 0 à Lukla). Parmi les joyaux de la vallée de Katmandou, Pashupatinath mérite que l’on s’y attarde : il s’agit là de l’un des plus hauts lieux de culte hindouiste. Et même si l’on ne peut pénétrer dans son temple (fermé aux non-hindous), on peut en admirer la façade depuis la rive opposée.

Mai : un pays arrosé


A l’approche de la mousson d’été, le Népal est d’ores et déjà sous les eaux dans l’ensemble des régions mis à part la plaine du Teraï, toujours aussi torride. Il ne s’agit donc pas de la période idéale pour effectuer vos ascensions, d’autant plus que la brume risque de recouvrir les sommets. Seule consolation : cela se réchauffe toujours un peu plus en altitude, avec 3°C en moyenne à Lukla et -4°C autour de l’Everest.

Juin : voici venue la mousson d’été


La mousson d’été offre un visage peu attrayant au Népal. Dans les hauteurs, il pleut intensément tous les jours et l’humidité atteint un pic de 91% aux alentours de l’Everest ! Peu de chances d’admirer les panoramas… La plaine du Teraï est une fois de plus bien mieux préservée avec environ 11 jours de pluies dans le mois et une faible couverture nuageuse. Rendez-vous à Tansen pour admirer les temples et pagodes datant du XIXe siècle, mais aussi pour y faire le plein d’emplettes car la ville recèle de produits artisanaux.

Juillet : les pluies s’intensifient


Avec une moyenne d’humidité allant de 91 à 95% dans la majorité des régions et des pluies très intenses, visiter le Népal en juillet présente peu d’intérêt car même la plaine du Teraï est sous les eaux. Mieux vaut attendre la fin de la mousson pour profiter de vos visites.

Août : même constat


A l’image du mois précédent, août est extrêmement pluvieux et humide et l’on ne peut visiter le territoire sans se faire arroser. Les népalais attendent la fin de la saison avec impatience…

Septembre : dernier mois de la mousson


Les pluies sont fidèles à elles-mêmes et n’en démordent pas. Attendez plutôt la fin du mois pour vous rendre sur le territoire, car la météo commence alors à se radoucir.

Octobre : retour partiel des beaux jours


Le Népal connaît une accalmie en octobre : les pluies ne se manifestent plus que la moitié du mois dans la vallée de Katmandou et deviennent presque un lointain souvenir dans la plaine du Teraï. Dans les hauteurs, on privilégiera la zone de Lukla, oscillant entre soleil et pluies contrairement aux environs de l’Everest encore assez sujet aux précipitations. Bon à savoir : en octobre, le pays célèbre le festival de Dashain, la plus grande fête du Népal. Des cerfs-volants recouvrent alors le ciel et l’on assiste à des combats rituels entre petits et grands.

Novembre : reprise de la saison touristique


La météo met un terme à ses caprices et l’on retrouve le grand ciel bleu népalais du début d’année. Les températures sont encore assez douces avec 21°C en moyenne dans la vallée de Katmandou et 28°C dans la plaine du Teraï. Les villes en haute altitude se rafraîchissent avec seulement 1°C à Lukla et -6°C dans la zone de l’Everest. Si vous vous rendez au Népal à cette période, ne manquez la fête de Thiar ou fête des lumières ! La communauté Newar célèbre la nouvelle année en décorant toutes sortes d’animaux de colliers de fleurs. A Bhaktapur, dans la vallée de Katmandou, les enfants effectuent des procession en tenant dans leurs mains des lampes à huiles, également posées sur les épaules et la tête, accompagné d’un fond sonore. Un spectacle saisissant…

Décembre : le temps se radoucit


La vallée de Katmandou affiche 18°C, soit un temps tout à fait acceptable pour réaliser vos visites, d’autant plus que le soleil est au rendez-vous. En revanche, les zones d’altitude commencent à sombrer dans un froid glacial, avec -8°C dans la zone de l’Everest. La vallée du Teraï, comme à son habitude, présente quelques degrés de plus que la vallée, avec 23°C à son compteur. L’occasion de vous rendre au parc national de Sukla Phanta, probablement l’un des plus sauvages du pays. Recouvert de forêts et de savane, il abrite également un observatoire pour les oiseaux près du lac Rani Tal qui ravira les ornithologues.