Capitale

Katmandou.

PIB

En 2007, 383 dollars US par habitant (France, 36 614 dollars US par habitant).

Point culminant

Mont Everest (Sagarmatha, en népali), 8 850 mètres. C’est le plus haut sommet du monde.

Superficie

147 181 km², soit environ 0,27 fois la France.

Climat

Automne : durant les mois d’octobre et novembre, le ciel est normalement d’un bleu profond, le soleil souvent radieux et la vue sur les montagnes la plupart du temps cristalline, la température pendant la journée est plutôt agréable. C’est une excellente période pour le tourisme et le trekking, même si les températures peuvent être froides, spécialement la nuit dans la région de l’Everest. Hiver : les chutes de neige abondantes rendent parfois impraticables plusieurs cols de haute altitude. Le trekking est toujours possible, mais à des altitudes inférieures à 4 000 m à cause du froid. Le temps est très clair et la visibilité sur les montagnes excellente. Printemps : de mars à mai, les journées sont ensoleillées et les températures de plus en plus clémentes. La vue sur les montagnes est de moins en moins bonne au fur et à mesure que la mousson approche, mais c’est aussi la période de floraison des rhododendrons, absolument magnifique, spécialement dans la région des Annapurna. Eté : en juin et juillet, les masses d’air humide du golfe du Bengale se heurtent à la chaîne himalayenne. En s’élevant, elles se refroidissent et se condensent pour retomber sous forme de pluie : c’est la mousson. Ses effets sont très inégaux à travers le pays. Elle perd graduellement de son intensité en se déplaçant du sud-est vers le nord-ouest. Certaines régions sont donc moins touchées par la mousson : le nord de la zone de l’Annapurna (Manang, Naar, Phu), le Haut-Dolpo et le Mustang. Ailleurs, les chemins sont parfois glissants et souvent infestés de sangsues…

Géographie

Coincé entre l’Inde et la Chine, sur le versant sud de l’Himalaya, à la latitude de la Floride, le Népal présente un vertigineux étagement, de 60 m à 8 850 m. De bas en haut, on distingue le Teraï (entre 60 m et 300 m), puis le Siwalik (altitude moyenne 1 500 m), le Mahabharata Lekh (une chaîne montagneuse, dont les sommets atteignent 3 000 m), le plateau népalais (ou région des collines centrales, entre 600 m et 3 000 m), la chaîne de l’Himalaya enfin. Cette dernière compte plus de 100 sommets au-dessus de 7 000 m et 8 au-dessus de 8 000 m : Everest, Kangchenjunga, Lhotse, Makalu, Cho Oyu, Dhaulagiri, Manaslu, Annapurna. D’ouest en est, les principales rivières népalaises sont la Mahakali, la Karnali, la Kali Gandaki, la Buri Gandaki et la Trisuli, qui forme, avec la Kali Gandaki, la Narayani (Teraï).

Economie

La guerre civile a énormément coûté à une économie déjà fragile ; le délabrement touche tous les secteurs d’activité et le gouvernement ne dispose, de ce fait, que d’une marge de manœuvre étroite. Le soutien international est essentiel au redémarrage du pays. Toutefois, le retour à la stabilité politique devrait bénéficier aux deux secteurs clés : l’hydroélectricité (et la gestion de l’eau) et le tourisme. L’agriculture, qui emploie 80% des Népalais, archaïque et disséminée, est une base économique friable. Les principales productions sont l’orge, le millet, la pomme de terre, les pois, le riz, le maïs… Les infrastructures sont à rétablir. L’économie népalaise est presque entièrement dépendante de cette de l’Inde. Structure du PIB : agriculture, 36% ; industrie, 23% ; services, 41%.

Faune & Flore

On a défini 6 zones de végétation, qui correspondent grosso modo à l’étagement du pays : tropicale jusqu’à 300 m (savane, forêts pluviales, acacias, sals, ficus, kapokiers…) ; subtropicale, jusqu’à 2 000 m (châtaigniers, magnolias, pins…) ; tempérée basse, entre 1 700 m et 2 700 m (chênes, noyers, bouleaux, érables, pins…) ; tempérée haute, entre 2 400 et 4 000 m (chênes, rhododendrons arborescents, sapins, cèdres, pins bleus…) ; subalpine, jusqu’à 5 500 m (prairies d’altitude, primevères, anémones, aubépines, genêts, angeri, gentianes, edelweiss…) ; arctique. Les basses terres hébergent l’Eléphant d’Asie, le Macaque d’Assam, le Tigre du Bengale, la Panthère nébuleuse, le Rhinocéros indien, le Gaur, le Cerf des marais, le Gavial… Plus haut, on trouve le Cerf axis, le Cerf aboyeur, le Sanglier, l’Ours brun, l’Ours à collier, le Petit Panda… Plus haut encore, le Tahr de l’Himalaya, l’Once, le Yak… L’animal « le plus haut du monde » est sans doute une petite araignée sauteuse, qui vit sur l’Everest, jusqu’à 6 700 m : Euophrys omnisuperstes. Parmi les oiseaux, citons la Turdinule immaculée, le Colombar commandeur, la Grande Aigrette, le Faisan de Wallich, le Héron strié, l’Aigle criard, le Tétraogalle de l’Himalaya, le Rhynchée peinte, le Bec-d’ibis tibétain, la Chevêchette cuculoïde, le Martin-pêcheur tacheté… Sans omettre, bien sûr, le symbole national : Lophophorus impejanus, le Lophophore resplendissant.