Population

385 925 habitants (2008).

Langue officielle

Le maldivien (ou divéhi), une langue indo-iranienne apparentée au cinghalais.

Langue parlée

98,6% des Maldiviens ont une variété de maldivien pour langue maternelle. Les minorités linguistiques sont de faible importance numérique : cinghalais (0,6%), gujarati (0,1%), malayalam (0,1%)… L’anglais est communément parlé sur les sites touristiques.

Peuple

Les Maldiviens actuels sont issus de populations indo-aryennes venues de l’ouest et du nord-ouest de l’Inde à partir du milieu du 3e millénaire avant JC. Ils ont de nombreuses affinités avec les Cinghalais.

Réligion

L’islam sunnite est religion d’Etat : 100% des Maldiviens sont donc musulmans. Les étrangers sont autorisés à pratiquer un culte strictement privé.

Fête Nationale

26 juillet : anniversaire de l’indépendance de 1965.

Calendrier des Fêtes

Les dates des fêtes religieuses musulmanes (fin du ramadan, Aïd el-Kebir, naissance du Prophète…) changent d’une année à l’autre.

Histoire

Les îles ont un passé bouddhiste et hindou, mal documenté aujourd’hui. Leur situation en fait très tôt des escales commodes pour les marins et commerçants arabes, qui y implantent l’islam. En 1153, les Maldives deviennent un sultanat et on s’attaque à l’éradication des anciens cultes. En 1558, voilà les Portugais ! Ils établissent un comptoir à Malé, mais doivent se retirer une quinzaine d’année plus tard. Le sultanat commerce bientôt activement avec les Hollandais, qui ont supplanté les Portugais à Ceylan. Le business roule au gré des vents et la mondialisation rejoint les Maldives. Les Britanniques, qui ont supplanté les Hollandais à Ceylan en 1796 et se montrent soucieux d’éviter toute concurrence européenne dans la région, imposent leur protectorat (1887). Rule, Britannia ! Pendant ce temps-là, le sultanat se délite (une éphémère république voit le jour en 1953). Le pays accède à l’indépendance en 1965, il devient alors un royaume, puis une république (1968). Ça tangue un peu, mais ça tient. En 1988, une dernière tentative de coup d’Etat, menée par les indépendantistes tamouls du Sri Lanka, échoue devant la détermination indienne à soutenir le régime de Malé. Depuis, les impératifs économiques (i.e. du tourisme) ont mis une sourdine aux querelles politiques.

Politique

La République des Maldives est régie par la Constitution de 2008. La structure administrative est à deux niveaux : 7 provinces et 20 « atolls » (divisions administratives couvrant un ou plusieurs atolls physiques) + Malé, qui n’est ni province, ni atoll. Le président de la République est élu pour 5 ans au suffrage universel direct. Il est chef de l’Etat et chef du gouvernement. L’assemblée législative, le Majlis des Maldives, est monocamérale, à 50 membres (42 élus pour 5 ans par les atolls et 8 nommés par le président). Le multipartisme est respecté. Le système judiciaire est fondé sur la charia, la loi islamique.

Célébrité

Maumoon Abdul Gayoom (né en 1937) fut le cador de la politique des Maldives : président de 1978 à 2008. Une jeunesse nassérienne, une vieillesse… gayoomienne et, entre les deux, la stabilisation autoritaire du pays. Au terme de son 6e mandat, il est battu à la régulière par Mohamed Nasheed (né en 1967). Ibn Battûta (1304-1369). C’est le naufrage d’une ambassade envoyée par le sultan de Delhi à l’empereur Shundi des Yuan, à laquelle il s’était joint, qui contraignit le grand voyageur arabe à se réfugier aux Maldives, où il devint cadi (juge) et père de famille, avant de devoir fuir encore, vers Ceylan cette fois. Serenity Dies (créé en 2005) est un groupe de thrash metal sous influence Megadeth. Bref, le genre de chose qu’on s’attend peu à trouver dans un paradis tropical, musulman de surcroit. Eh bien, on a tort. Ces jeunes gens brutalisent leurs amplis à Malé avec une conviction digne d’éloges. Al Ameer Mohamed Amin Dhoshimeynaa Kilegefaanu (1910-1954), dit Mohamed Amin Didi, fut en 1953 le premier président d’une république des Maldives. Ses compatriotes retiennent de lui l’action qu’il a menée pour la promotion des femmes et la modernisation du pays.

Savoir-vivre

Le pourboire est laissé à votre appréciation. Pour toutes les personnes intervenant dans le cadre des prestations achetées par notre intermédiaire, vous avez l’assurance qu’il ne se substituera jamais au salaire. Néanmoins, il est d’usage dans la quasi-totalité des pays du monde de donner un pourboire lorsque l’on a été satisfait du service. En ce qui concerne le personnel local (porteurs, serveurs, etc.), nous vous conseillons de caler votre pourboire sur l´économie du lieu : le prix d´un thé ou d´un paquet de cigarettes vous donneront un aperçu du niveau de vie et vous permettront, comme vous le faites naturellement chez vous, d’en estimer le montant. A l'hôtel, vous pouvez, par exemple, donner 1 ou 2 dollars au bagagiste et de 5 à 10 dollars par semaine à votre garçon de chambre ou à votre serveur au restaurant. N’oubliez pas que les Maldives sont un pays dont l'islam est religion d'Etat. La consommation d'alcool y est rigoureusement interdite à l'extérieur des « resorts » touristiques. Attention ! à l’aéroport de Malé, les douanes saisissent toutes les boissons alcoolisées apportées par les voyageurs. Une tenue décente est recommandée à Malé, dans les hôtels et même sur les plages.

Achat

Si vous désirez acheter des productions locales, fiez vous au label « Made in the Maldives ». Vous trouverez des laques, des bijoux (d’argent, d’or…), des tissus, des nattes… Les vêtements (teeshirts, chemises, paréos…) sont, en général, fabriqué au Sri Lanka. La vente des carapaces et des écailles de tortue, des mâchoires ou des dents de requin, des coquillages, du corail est strictement interdite. On s’en tiendra donc aux objets mentionnés au paragraphe précédent.

Cuisine

Le fonds maldivien de la cuisine des Maldives se compose de poisson, de noix de coco, de tubercules (taro, patates…) et de fruits à pain. Le thon a depuis longtemps une grande place dans l’alimentation. Puis sont venues les influences indienne, sri-lankaise, arabe et, avec elles, le blé, les épices, le riz… Si bien qu’aujourd’hui le curry de poisson séché avec du riz peut être tenu pour le plat national. La mer fournit abondamment aux buffets que l’on trouve sur les îles-hôtels.

Boisson

Par prudence, on boira de l’eau minérale en bouteille (capsulée) et on évitera les glaçons. Autrement, sodas, thé, café… Les îles-hôtels et les bateaux de croisière sont autorisés à vendre des boissons alcoolisées (ce n’est pas le cas des hôtels ou des restaurants de Malé).

A découvrir

Contactez un spécialiste des Maldives