Il n’y a pas de doute que vous fassiez un superbe voyage. L’Iran est un pays fabuleux, il suffit juste de connaître quelques règles, us et coutumes. C’est le seul but de ce petit vadémécum volontairement exagéré et légèrement taquin…

 

QUELQUES GENERALITES

D’abord l’Iran est une théocratie démocratique. Cela implique un certain nombre de règles, pas forcément si contraignantes pour le voyageur qu’on le colporte. Par exemple les couples non mariés hétérosexuels n’auront pas de problèmes dans les hôtels. Personne ne vous demandera si vous êtes mariés ou non. En revanche, tablez sur deux lits individuels, monnaie courante dans le pays.

Les femmes se doivent de porter un foulard. Vous verrez que les Iraniennes, souvent élégantes dans les grandes villes, ont une technique parfaite pour découvrir le maximum de leur chevelure tout en portant le sempiternel foulard. Faites de même, la police religieuse est laxiste envers les étrangères. Des épingles à cheveux aident à fixer le dit foulard en position optimale, c’est-à-dire minimale... L’abaya n’est pas obligatoire. Un imper, un long tee-shirt peuvent suffire à couvrir ce qu’il faut. Dans certains lieux sacrés on vous remettra au besoin un grand châle. Le pantalon est de rigueur pour les deux sexes. Evitez les chaussettes trouées : on se déchausse partout y compris au restaurant.

Avantage considérable pour les femmes : aucune insécurité. Personne ne vous importunera. On évitera les baisers et autres gestes tendres en public.

 

MONNAIE

L’Iran est encore sous le régime de sanctions. Il n’a donc pas d’accès au système bancaire mondial. Il faut se munir d’euros avant le voyage. Le rial a fortement dévalué, du coup les Iraniens se sont mis à compter en dizaines de rials (toman) puis en milliers de tomans. Important dans vos négociations avec les chauffeurs de taxi ou les commerçants. Quand on vous dit 500 il s’agit de 500 tomans, donc un billet de 5000 rials. A contrario quand on vous dit « 5 » il s’agit alors de 5000 tomans soit un billet de 50.000 rials.  D’accord l’Orient est compliqué…

Ne comptez pas sur les distributeurs  et pensez à emmener des euros en cash.

 

On line

Internet est libre en Iran sauf… Youtube, Facebook et Twitter qui sont bloqués. Alors on se contente de WhatsApp, Gmail et Instagram en libres d’accès.

 

HOTELS

Le parc hôtelier est vieillissant. Pas ou peu d’investissements pendant des dizaines d’années. Les rénovations récentes sont souvent hâtivement menées, sans grande connaissance des standards internationaux. Il faudra attendre encore quelques années avant que les actuels chantiers n’amènent des établissements de qualité. De même le service est moyen, souvent lent mais toujours gentil. Amateurs de palaces ou d’hôtels design, passez votre chemin, la Perse n’y est pas encore.

 

Bon a savoir

Les toilettes iraniennes sont…à la turque, y compris dans des restaurants plutôt huppés. Pensez à avoir des Kleenex sur vous. A noter qu’on ne se mouche pas en public, c’est grossier. On va aux toilettes pour ce faire.

 

Les Iraniens sont adorables, le mot n’est pas fort. Et surtout curieux de l’étranger. Ils veulent vous parler, pas pour vous vendre quelque chose (enfin quelques fois quand même) mais pour connaître votre opinion sur leur pays, apprendre de vous ce qu’ils imaginent via internet. L’Iran est le royaume du selfie, vous y aurez sans doute droit avec vos nouveaux « amis » persans, une vie de vedette. En revanche, on ne photographie ni militaires ni religieux, surtout ceux à turban noir. Il reste cependant encore pas mois de 15 sites classés au patrimoine mondial à photographier. Le vendredi tout est fermé, pas mal de lieux aussi le samedi. En revanche, le lundi, les musées sont ouverts, et c’est le jour du pique-nique, sport national qu’on pratique en tous lieux y compris sur la bande d’arrêt d’urgence des autoroutes !

 

Vous apprendrez l’art du « taroof » (ou tarof) sorte de code de galanterie et de comportement consistant à refuser systématiquement tout ce que l’on vous propose et que l’on finira par accepter finalement au bout de 3 ou 4 aller-retours verbaux.

 

PIETONS ATTENTIFS

En fait, le plus difficile  en Iran c’est… de traverser la rue. La conduite est tout sauf paisible. Les conducteurs semblent enragés. Le piéton est peu respecté. Observez bien les flux de circulation et traversez seulement quand le pack de voitures déchaînées est loin, chaque feu rouge étant un démarrage de Grand Prix.

 

 

POUR FINIR

Enfin n’oubliez pas qu’on ne trouve pas tout en Iran, ce n’est pas l’Occident. Mais de merveilleux tapis, ça oui.

Vous nous êtes précieux, votre voyage est inestimable, nous faisons tout pour que vous bénéficiiez des meilleures prestations. Muni de ce vadémécum vous devriez faire un magnifique et mémorable voyage. 

Vous l’avez compris, certains aspects locaux échappent à notre contrôle. N’était-ce pas mieux de les évoquer maintenant ? Entre nous soit dit.