Population

905 949 habitants avec une densité de 43,7 hab.km². La surface totale des terres fidjiennes représentent 50%, l’île de Vitu Levu abrite à elle seule 75% de la population. Vanua Levu qui représente 30% de la surface de totale, ne compte que 18% de la population. Le reste des Fidjiens vivent sur les autres îles au milieu du Pacifique.

Langue officielle

L'anglais reste la langue officielle.

Langue parlée

Les autres langues sont le Fidjien, le Hindi et le Rotuman.

Peuple

Les Fidjiens de souche représentent 50,8% et les Indo fidjiens 43,7%.

Réligion

La religion chrétienne est la plus importante avec 52,9% de chrétiens ; 38,1% d’hindous ; 7,8% de musulmans ; 0,7% de sikhs ; et les autres 0,5%. Les Fidjiens de souche sont à 80% des méthodistes, une tradition héritée du colonialisme.

Fête Nationale

Le 10 Octobre.

Calendrier des Fêtes

1er janvier : Nouvel An- Fév/mars : Hindu Holi - Festival des Couleurs - Avril : Fêtes de Pâques - 31 mai : Ratu Skuna Day - 14 juin : Anniversaire de la reine d'Angleterre - Juillet : Anniversaire de Mahomet - 26 juillet : Constitution Day - Août : Festival de l'Hibiscus à Suva, marches sur le feu des hindous – Août/septembre : Anniversaire de Krishna - Septembre : Festival du Sucre à Lautoka - 8 octobre : Fête de Fidji - 9 novembre : Diwali (hindous) - 15 novembre : Anniversaire du Prince Charles – 25/27 décembre : Noël.

Histoire

Faute de traces écrites et de recherches avancées, l’histoire des origines des Fidji commence à peine à s’écrire. Les archéologues et les paléontologues continuent de fouiller des sites encore vierges. Il est avéré aujourd’hui que le premier peuplement des Fidji eut lieu vers 1500 avant Jésus Christ, toute fois, la période « Lapita » du nom des poteries en sont les témoignages. Malgré le doute persistant quant à l’ordre chronologique du peuplement des Fidji, ce dont on est certain c’est que les Mélanésiens y ont joué un rôle important à un moment donné. De la même façon qu’ils ont envahi le Vanuatu, la Nouvelle-Calédonie et les îles Salomon, les Mélanésiens auraient été parmi les premiers à avoir peuplé les îles Fidji. De par son étendue et par l’abondance des ses microparticules de terres, le territoire des Fidji est le résultat d’une succession de découvertes. Ainsi, le premier à découvrir une partie des Fidji fut le navigateur hollandais Abel Jansen Tasman en 1643 et donna aux îles le nom de « Prince William’s Islands ». En 1789, le capitaine Bligh à bord du Bounty découvrit d’autres îles fidjiennes, puis d’autre encore en 1792. C’est en 1796 que l’équipage du capitaine Wilson en pleine déroute à bord du Duff, se vit aborder les récifs de l’île de Taveuni. L’année 1835, marque un réel tournant dans l’histoire des Fidji. C’est à cette date que les missionnaires David Cargill et William Cross entreprennent de mener à bien leur mission évangélique et s’installent à Labeka. Pendant les années qui suivirent l’arrivée des missionnaires, les fidjiens furent tiraillés entre la volonté d’accession au pouvoir par tous les moyens avec pour conséquence des guerres tribales et de l’autre la prise de conscience d’un nouveau style de vie plus pacifiste qui passait par le christianisme et instaurait un nouvel ordre de valeurs. Le 30 avril 1854, Ratu Cakobau devint le premier chef fidjien à se convertir officiellement au christianisme. Cela marqua le premier signe démocratique concret du début, d’une nouvelle conception de la société apparut en 1865, date à laquelle la première mouture d’une constitution fidjienne fut élaborée et signée par sept chefs indépendants des îles Fidji. Suite à de nombreux conflits aux Fidji, le conseil des chefs fidjiens s’accorda à concéder le territoire à la reine d’Angleterre et celui-ci était officiellement cédé à la couronne britannique. Sir Arthur Gordon devint en 1875 le premier gouverneur des Fidji. Pour maintenir le mode vie communautaire des fidjiens, le nouveau gouverneur fit appel à la main-d’œuvre extérieure pour assurer la culture des champs de canne à sucre. Le 14 mai 1879, plus de 500 indiens venus de Calcutta à bord du Léonidas foulèrent le sol des fidjiens pour la première fois. En accueillant cette nouvelle main-d’œuvre, Fidji se dota d’une double culture, celle de ses terres et celle de leurs cultivateurs (les indiens). Malgré l’abolition officielle en 1916 du système « Indenture », la plupart des indiens choisirent de rester aux Fidji et de louer des baux aux propriétaires des terres pour continuer à cultiver les champs de canne à sucre. En 1921, la population des Fidji regroupait environ 85 500 fidjiens, plus de 60 500 indiens et 12 100 européens. C’est à cette période que les indiens forts de leur implication dans le système économique et de leur importante population, ont souhaité acquérir une vraie place dans la vie sociale et politique du pays. Jusqu’en 1960, les trois grands groupes de population des Fidji se côtoyèrent sans jamais se mélanger. Le 14 décembre 1960, l’assemblée des Nations Unies estimait comme contraire aux droits de l’homme toute domination coloniale. En 1963, eurent lieux les premières élections générales donnant ainsi les pleins pouvoirs aux fidjiens et auxquelles participa pour la première fois le parti politique Indo Fidjien. Le 10 octobre 1970, Fidji retrouvait officiellement son indépendance lors d’une cérémonie présidée par le prince de galles. Ratu Kamisese Mara, président du parti de l’alliance fut proclamé premier gouverneur des Fidji indépendantes.

Politique

Les îles Fidji sont une démocratie parlementaire régie par la constitution de 1997. Celle-ci a permis de mettre en place un système plutôt complexe dont la vocation est d’assurer la représentativité de l’ensemble des ethnies du pays. Le parlement fidjien est composé de deux Chambres : le Sénat dont les membres sont nommés et la Chambre des représentants avec des membres en partie nommés et en partie élus au suffrage universel. Au niveau de la Chambre des représentants, un certain nombre de sièges est « réservé » à chaque ethnie. Sur les 71 sièges du parlement, seuls 25 sont éligibles au suffrage universel, alors que les autres sont d’office attribués aux représentants de chaque ethnie nommés par un conseil communautaire. De plus, la formation du gouvernement est tenue par une règle de pluralité. Ainsi, tout parti récoltant plus de 10% des votes aux élections générales obtient un nombre proportionnel de nomination au gouvernement. Bien que, la gouvernance du pays soit ouverte à tous, il n’en demeure pas moins que la présidence, n’est accessible qu’aux chefs de tribus issus du Grand Conseil des Chefs. Cette instance représente la plus haute assemblée des Fidji et la plus ancienne. Formé par les chefs de tribus, Le Grand Conseil des Chefs compte 55 membres issus trois par trois de 14 provinces du pays. Il faut ajouter à cela, 6 chefs nommés par le ministre des affaires fidjiennes en accord avec le président de la république. D’autre part, le président (Josefa Iloilo), le vice-président (Ratu Joni Madraiwiwi) et le premier ministre (Laisenia Qarase) sont aussi membres à vie de ce conseil. Le Grand Conseil des Chefs se réunit régulièrement et a la charge d’élire le président de la république. A noter, également que le vote est obligatoire aux Fidji, ce qui explique un taux d’abstention quasi nul.

Savoir-vivre

Le pourboire est laissé à votre appréciation. Pour toutes les personnes intervenant dans le cadre des prestations achetées par notre intermédiaire, vous avez l’assurance qu’il ne se substituera jamais au salaire. Néanmoins, il est d’usage dans la quasi-totalité des pays au monde de donner un pourboire lorsque l’on a été satisfait du service. En règle générale, le mieux est d'aligner votre pourboire sur l'économie locale : les prix d’une bière ou d’un thé, d’un paquet de cigarettes, vous donneront un aperçu du niveau de vie et vous permettront, comme vous le faites naturellement chez vous, d'estimer son montant. La vie des fidjiens évolue encore et toujours au sein des villages, en tribu et dans un quotidien empreint de traditions. Les fidjiens se marient entre villages et dans la mesure où se sont les hommes qui sont propriétaires des terres, ce sont les femmes qui abandonnent leur village d’origine pour s’installer avec leur mari. Impossible de faire l’impasse sur le « meke », danse traditionnelle, très complète ou la musique et le chant sont tout aussi importants que les mouvements. Le chant raconte généralement une histoire liée très souvent aux différentes guerres qu’a connu le pays. La pratique du « topless » sur les plages ainsi que le port du short dans les villages sont formellement déconseillés. La notion d’heure est chose abstraite voire fantaisiste aux Fidji. On ne trouve de pendule nulle part, pas même dans les aéroports et jamais vous ne verrez un fidjien porter une montre.

Achat

L'artisanat local est riche et très varié, on y trouve des paréos, broderies, vanneries, poteries, objets en bois sculpté, bijoux en nacre, perles, coquillages, et cassettes de musique folklorique. Le marchandage est très peu pratiqué, sauf chez les commerçants indiens.

Cuisine

La cuisine locale comprend des plats fidjiens et indiens. Parmi les principaux plats fidjiens on trouve : le Kakoda (le walu) fait à base de poisson qui a été nettoyé avec du jus de citron et trempé dans du lait de coco ; le Lovo, plat traditionnel fait de légumes, racine, plante alimentaire, fécule et diverses viandes, le tout enfui dans la terre formant un brasier et recouvert de feuilles de bananier qu’on laisse cuire pendant de longues heures. Les plats indiens sont familièrement appelés curry car ils sont faits de sauce, accompagnés d’épices. Il y a aussi des plats préparés façon garam masal, un mélange de poivre, de clous de girofle, de cannelle et de cumin. Les fruits tropicaux sont excellents pris comme dessert. C’est le moment de faire le plein de vitamines et d’exotisme au regard de la grande variété de fruits exotiques que compte le pays.

Boisson

L’eau aux Fidji est potable dans quasiment tous les hôtels clubs car souvent dotés de leur propre système de traitement de l’eau. Ailleurs, elle n’est pas potable et il est donc recommandé d’acheter de l’eau embouteille ou faire bouillir l’eau avant de la consommer. Les problèmes de diarrhées sont assez fréquents, aussi convient-il de se munir d'une trousse à pharmacie.

Utile

Contactez un spécialiste des Iles Fidji