1

Louer une villa privée entre amis

Louer une villa privée entre amis. Se laisser cocooner par un personnel aux petits soins, bercer par la gentillesse légendaire et sans artifice des Mauriciens. Être réveillé par le chant de quelque oiseau exotique et fouler le sable pour se laisser couler dans une eau aigue-marine. Tandis que le chef prépare ses chouchous christophines, ouvrir à l’ombre des filaos un livre dont on ne dépassera pas les premières pages. Se retrouver à la nuit tombée sur la varangue pour un verre et un dernier bain dans la piscine avant de regarder, muets, le soleil tomber d’un coup sur la barrière de corail. Dans ce « campement » comme on dit ici, savourer le délice de ne rien faire, le vrai luxe. Ringardisée la zen attitude : comprendre enfin ce que l’expression « se la couler douce » veut dire.
2

Mettre les enfants dans la valise

Mettre les enfants dans la valise. Maurice est une île faite pour eux. Il n’y a pas plus gentil que les Mauriciens avec les petits. Et la quasi-absence de décalage horaire permet d’emmener la marmaille sans avoir dans les pattes une équipe de grognons à l’horloge biologique chamboulée. Observer les poissons, organiser une virée en pirogue, visiter une plantation d’ylang-ylang, photographier les nénuphars géants du jardin de Pamplemousses, s’amuser des « pailles-en-queue » qui viennent chaparder les miettes du petit-déjeuner : il y a tant de souvenirs à fabriquer ensemble.
3

Prendre une voiture et partir à l’aventure

Prendre une voiture et partir à l’aventure. L’ancienne Isle de France n’est pas si grande que l’on ne puisse la traverser en une journée. Elle est assez vaste en revanche pour se laisser surprendre et changer de paysage sur un claquement de doigts. Maurice se butine d’un slalom entre cratères de volcans éteints et paysages luxuriants, entre balade dans la forêt du parc naturel des Gorges-Noires et visite prolongée à une rhumerie. Se perdre dans les collines de Bois Chéri parsemées de plantations de thé, traîner sur un marché puis déjeuner sur le pouce dans un « Bouiboui » ou auprès de l’une de ces « chariotes » qui mitonnent pour quelques euros des boulettes ou des « dholl puri » à grignoter assis sous un arbre... Déjà l’heure de rentrer…
4

Opter pour le sucré-salé.

Opter pour le sucré-salé. En glissant entre deux champs de canne, suivre un camion pétaradant jusqu’à une usine fumante digne des « temps moderne » où des rouages géants broient la canne en mélasse tiède… Si l’on connaît la production sucrière de l’île et si l’on parcourt avec bonheur le musée de « l’aventure du sucre », on connaît moins les salines. Sur la route du sud, on aperçoit souvent les paludiers accomplir leur tâche au milieu de ces grands carrés scintillants qui changent de couleur avec la lumière du jour. A Tamarin, les échoppes vendent ces précieux cristaux qui parfumeront au retour les plats d’un goût de souvenir.
5

Se laisser aller au bien-être des spas

Se laisser aller au bien-être des spas, parmi les plus raffinés du monde. Evacuer son stress en beauté au bord des piscines à débordement, se faire masser sous des paillottes avec vue, sous des cases aux toits de chaume cernées de bassins chantants, aller au bout de son rêve indolent. Huiles essentielles, traitements holistiques, soins ayurvédiques, colorithérapie : chaque enclave a ses secrets, ses rituels pour régénérer le corps et apaiser l’esprit. Douces médecines…

A découvrir

Contactez un spécialiste de l'Ile Maurice