Bienvenue en Germanie comme aurait dit Sardou. L’Allemagne est un beau pays et il est bien dommage que nous autres Français la connaissions si peu. A contrario les Allemands sont incollables sur la France. Quelques tuyaux faciles pour un voyage paisible, voici le but de cette chronique.

 

D’abord, vous le savez, en Allemagne on respecte les règles. Par exemple on ne traverse pas tant que le petit bonhomme est rouge. À noter d’ailleurs qu’à Berlin c’est à la silhouette du bonhomme (Ampelmann) qu’on reconnait si l’on est à l’ex Est. Rouler sur les Autobahn n’est pas aussi libre qu’on le dit. La plupart du temps, et bien plus souvent qu’en France, les vitesses sont limitées. Le conducteur germanique applique la vitesse limite. Ce sera 100, pas 99 ou 101 ! Sur les portions libres pour peu que vous vous lâchiez un peu (il faut bien vivre) ne vous étonnez pas si à 200km/ heure sur la voie de gauche vous formez un bouchon. Les autres derrière ont l’intention de rouler à 250km/h ! Il y a pléthore de radars et la police est efficace (tout est efficace en Allemagne !) suivez donc les règles.

Berlin, qui reçoit tant de voyageurs étrangers, est une ville pour le vélo. D’abord c’est plat. Ensuite c’est facile de les louer. Puis on peut les mettre dans les trams si la distance est trop importante (Berlin c’est 8 fois Paris en superficie). Le cycliste étant un vrai danger pour les piétons non habitué; malheureux bipède ne vous aventurez pas sur une piste cyclable, vous serez immanquablement apostrophé rudement par le premier cycliste de passage. Automobiliste en Allemagne méfiez-vous en bifurquant, il y a toujours une piste cyclable et un coureur façon Tour de France pour se faire percuter. Piéton ou motorisé vous n’aurez aucune chance : le vélo est prioritaire.

Ceci dit l’Allemagne n’est pas dangereuse, la sécurité est bonne, spécialement à Berlin même si on déplore quelques pickpockets dans les zones les plus touristiques. L’Allemagne est plutôt conformiste. On le voit dans les vêtements. Partout sauf à Berlin. Dans la capitale il faut au contraire montrer une décontraction évidente. Un look décalé est le minimum. Berlin, et aussi Leipzig, sont différentes, la preuve par le look. Ailleurs, Munich est plus traditionnelle (on n’est pas obligé de mettre une culotte de cuir néanmoins) et Düsseldorf est la capitale de l’élégance de bon ton. À Berlin trop bien habillé vous pourriez ne pas rentrer dans un des clubs branchés qui pullulent en ville.

Si vous imaginez les Allemands rigoristes, un peu froids voire distants ce n’est qu’apparence. Ils sont plutôt sympa, prêts à aider, conseiller, échanger. Briser la glace n’est pas si difficile. Par exemple dans un restaurant, une brasserie ou un café vous pouvez vous asseoir à une table déjà occupée pour peu qu’il y reste des places. Pas besoin d’attendre un hypothétique placement. C’est ainsi, pourquoi perdre du temps à attendre et laisser libres des places ? Ce sera l’occasion immédiate d’échanger avec l’autochtone germanique. Évidemment ceci n’est pas valable pour les restaurants hauts de gamme où l’on vous désignera votre table.

Pensez à prendre du cash, vous n’imaginez pas combien d’établissements ne connaissent pas encore l’usage de votre carte de crédit. Ceci acté la vie y est moins chère qu’en France. Tant qu’on est au café vous pourrez être surpris d’une habitude très germanique: mettre de l’eau gazeuse dans toutes les boissons. Par exemple les jus de fruits. Cela s’appelle “Schorle”, ça marche avec la pomme notamment : “Apfelschorle”. Sacrilège pour des Français ils en mettent aussi dans le vin, surtout le blanc : Weinschorle. Essayez c’est désaltérant finalement. Le pourboire est attendu, ne le laissez pas sur la table. En payant dites au garçon ou à la serveuse le montant total incluant le pourboire et il (elle) vous rendra la monnaie conséquemment. Un bon tuyau: beaucoup de pâtisseries vendent les gâteaux à moitié prix à partir de 17h. Une autre info intéressante : il existe des Kindercafé. Les parents boivent, les enfants ne trinquent pas, ils jouent dans un espace réservé. Idéal pour les familles un jour de pluie. (Oui il peut pleuvoir en Allemagne…).

L’Allemand parle…allemand. Vous ne trouverez pas systématiquement des employés de magasins, serveurs parlant l’anglais, encore moins le français. Par contre dans les quartiers touristiques des grandes villes cosmopolites on pourra vous parler directement en anglais.

Vous allez être étonné par le nombre de fumeurs. La plupart des cafés sont fumeurs ou offrent une zone fumeurs. Nombre d’hôtels ont des chambres fumeurs. D’ailleurs bien préciser si vous souhaitez une chambre non-fumeurs.

À Berlin, comme à peu près partout en Allemagne, le système de transport en commun est remarquable. Il consiste en: U Bahn, le métro (9 lignes), le S-Bahn équivalent RER (15 lignes). Ajoutez une multitude de lignes de bus parfois difficiles à décoder et le tramway (Metrotram) dans l’ancienne Est. Les week-ends le U-Bahn fonctionne toute la nuit. En semaine les bus noctiliens remplacent le métro de 00h30 à 4h30. Faciles à trouver, ils portent le numéro de la ligne : la U Bahn 1 devient N1 etc… Dans toutes les villes il existe un forfait jour et une welcome card pour 3 ou 5 jours. On achète ces billets à une caisse automatique à côté de l’arrêt. Prévoir du cash, Visa n’a pas encore vraiment passé le Rhin. Composter son billet. Vous pourriez prendre les transports sans billet, pas de porte ni de barrière mais attention aux contrôles et aux amendes qui vous suivront jusqu’en France. Inutile de leur faire le coup du touriste perdu : ils y ont déjà eu droit…

Vous souvenez-vous de la devise de Berlin lancée par l’ancien maire ? : “Une ville pauvre mais sexy”. Elle est moins pauvre mais toujours aussi sexy. Très beau voyage !

Idées voyages en Allemagne

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble
Contactez un spécialiste de l'Allemagne