Vous aimerez
  • Le tour du Nouveau-Brunswick en voiture, en auberges champêtres et en gourmet bien traité
  • Le parc du Pic en privé, les Hopewell Rocks en kayak, les baleines en zodiac : au programme
  • Les entrées au musée de la civilisation, au village acadien, au pays de la Sagouine : prévues également
  • Appli smartphone, routeur Wifi, voiture, GPS, concierge francophone, le service Voyageurs

Contactez un spécialiste Canada 01 84 17 57 98

De Québec au Nouveau-Brunswick

Un collier de sites du Nouveau-Brunswick, dont deux nuits à Québec seraient le fermoir. Voilà peu ou prou la forme du voyage. Les perles étant le parc national du Bic, où l’on prend contact avec la nature intacte de l’est canadien ; Caraquet, haut lieu acadien ; Miramichi, où l’on fabrique du fromage indien, le panir ; Saint-Louis, à l’orée du parc de Kouchibouguac ; Shediac, capitale mondiale du homard ; le parc national de Fundy, classé par l’Unesco réserve de biosphère ; Saint Andrews, que fréquentent aussi les baleines ; Fredericton et Kamouraska, qui sont mieux que des relais sur la route.
Ce sont aussi des érables à sucre, des bouleaux jaunes, des sapins baumiers, des orignaux, des phoques, des castors, des grands pics, des pygargues à tête blanche, des engoulevents bois-pourri, parmi tant d’autres. Et de splendides paysages de forêts, des côtes tourmentées, des prairies sereines. L’histoire de l’Acadie, par ici, n’a pas ménagé les sensibilités, mais elle a forgé les caractères. A tel point que ceux-ci sont devenu magnanimes et mettent un point d’honneur dans une vertu que prisent tous les Canadiens, la sincérité. Pour tout cela, la nature, l’art de vivre, les gens, ce voyage mérite d’être entrepris. Et il restera gravé profondément dans la mémoire voyageuse de ceux qui l’auront fait.

Votre voyage

Deux hôtels urbains smart à Québec et, dans la boucle, des auberges et des maisons d’hôte qui, pour être provinciales n’en sont pas moins pleinement de leur temps. Elles en partagent les valeurs de naturel et d’authenticité avec beaucoup d’engagement. On y est reçu avec une attention gracieuse ou bourrue, mais toujours gentille. Le confort est partout au rendez-vous. Et on découvre, d’une table à l’autre, que les cuisiniers canadiens font des merveilles avec ce que leur procure un terroir qui est une corne d’abondance. C’est dire qu’on dort bien, après avoir bien mangé. Ville, bourg, village, parc naturel, l’étape a toujours un esprit, une pertinence. On ne s’arrête pas au petit bonheur la chance. A quelques particularités près, que l’on assimile vite, la conduite ne surprend pas un conducteur européen. On ne roule pas très vite. Il faut, de toute façon, être un peu prudent hors du réseau autoroutier : le climat n’est pas tendre avec les chaussées. Quoi qu’il en soit, sur les distances raisonnables prévues ici, la voiture est le moyen de locomotion et d’autonomie ad hoc. Nous en avons donc réservé une pour vous. Nous prévoyons un certain nombre de billets : musée de la Civilisation (Québec), village historique acadien (Caraquet), pays de la Sagouine (Shediac). Et quelques sorties accompagnées : parc du Bic, Hopewell Rocks (Fundy), baleines (Saint Andrews). Ça vous évite de chercher et vous gagnez ainsi du temps pour vos explorations personnelles. L’option ours noir est bonne à prendre. Si, en cours de route, un désir imprévu, ou un contretemps, survenait, vous disposez pour y répondre des coordonnées de notre concierge sur place : francophone, parfaitement au fait du terrain, informé de tout, il est à votre bon ange.

Itinéraire

Suggestion 100% personnalisable selon vos envies
JOUR 1

Vol pour Québec (via Montréal)

Prise en compte de la voiture de location. Nuit sur le Vieux-Port dans un hôtel bien senti. La façade XIXe affiche de la respectabilité. L’intérieur, avec ses lambris, les clubs de la bibliothèque, les nappes bien tendues de la salle à manger, confirme. Les chambres sont au diapason. Des pans apparents de brique ou de pierre leur donnent le cachet urbain industriel de rigueur désormais. Le petit déjeuner est servi à l’hôtel. Les autres repas se prennent dans le quartier, où les restaurants font preuve d’émulation créative.
Déjà prévu au programme - Entrée au musée de la Civilisation. Cette institution accueille de nombreuses expositions temporaires, autour des deux piliers que sont C’est notre histoire et Le temps des Québécois. Dans les deux cas, le passé est invoqué pour interroger l’avenir. Du point de vue des nations premières, de celui des descendants de colons et des immigrants récents. Il s’agit de mettre en valeur le potentiel que représente la synthèse québécoise, sans faire l’impasse sur les difficultés. Le propos s’appuie sur un ensemble considérable d’objets et de documents, des colliers wampum au juke-box.

JOUR 2

Québec - parc national du Bic

Route pour le parc du Bic, sur l’estuaire du Saint-Laurent. Installation pour deux nuits à Rimouski, dans une auberge rouge, sans équivalent pour la théâtralité de sa décoration. Bien souvent au bord de l’excès, celle-ci, qui ne se refuse rien, et est un petit miracle d’équilibre car, au fond, ça se tient. Les mélanges de couleurs sont osés, les contrastes de matières aussi, on se dit qu’ils ont du consulter Tim Burton pour inventer ça. Jusqu’au jardin qui, à la saison propice, foisonne et verdoie sans retenue. En fait, c’est un nid plutôt qu’un hôtel. Douillet comme tout. A table, on retrouve un peu cet esprit baroque. Toutefois, la grande qualité des ingrédients et le respect que leur voue le chef font des assiettes spectaculaires, mais succulentes.

JOUR 3

Le Bic

Déjà prévu au programme - Promenade naturaliste privée dans le parc du Bic. En compagnie d’un guide francophone, on s’en va à la poursuite de quelques résidents notables. Parmi les oiseaux, l’eider à duvet est très régulier ; les limicoles, les canards, les oies font bombance par ici. A la falaise des Murailles, on observe le pygargue à tête blanche ; au belvédère Raoul-Roy, l’aigle royal. Ce serait une chance d’apercevoir le hibou des marais : il en reste peu. L’orignal et le cerf de Virginie représentent les ongulés. Le fauve, c’est le lynx, mais il est rare qu’on le voie. Le raton laveur est extrêmement sympa ; le porc-épic d’Amérique, pléthorique ; le castor, industrieux. Les phoques communs et gris fréquentent le coin. Ils prennent le soleil sur les rochers. On espère qu’ils vont bouger ; quand ils se grattent le ventre d’une nageoire dolente, on est content. Avec érablière, chênaie, sapinière, pessière, pinède, le couvert forestier du parc est riche et diversifié.

JOUR 4

Le Bic - Caraquet

Route pour Caraquet. Installation pour deux nuits en vue de la baie des Chaleurs. L’hôtel date de 1891 et il n’a rien perdu de son pimpant victorien : murs saumon, toit vert, huisseries et galeries blanches, ça claque. La maison est dans la famille Paulin depuis le commencement. La décoration est coquette et un peu conservatrice, mais s’ajuste si bien à son cadre qu’on ne s’en formalise pas du tout. La renommée de la table n’est plus à faire. Les ingrédients du terroir sont la matière d’une cuisine inventive et brillante, qui jamais ne perd de vue le plaisir du mangeur. On termine son repas avec un sentiment justifié de gratitude pour le chef - et pour le sommelier, la cave étant à la hauteur.

JOUR 5

Caraquet

Déjà prévu au programme - Entrée au village historique acadien. Il se trouve à Bertrand, qui jouxte Caraquet à l’ouest, et regroupe une soixantaine d’édifices anciens : fermes, bâtiments administratifs et commerciaux, ateliers, gare du Canadien National. La vie traditionnelle de la campagne acadienne y est ressuscitée, du XVIIIe siècle au milieu du XXe. Des figurants en costumes d’époque font fonctionner les machines, s’adonnent aux divers travaux d’artisanat, assurent des animations. A la maison Dugas, on peut manger de la soupe aux pois, des fayots au lard, de la poutine au pain, de la morue salée à la crème, du gâteau aux bleuets, etc. L’atmosphère est enjouée, détendue, ce qui n’empêche pas la poursuite d’un travail patrimonial rigoureux.

JOUR 6

Caraquet - Miramichi

Route pour Miramichi. Nuit au bord de la Miramichi River, dans un établissement moderne. La décoration est hôtelière standard. Les chambres sont fonctionnelles, confortables, très convenablement équipées. Le restaurant ouvre sur l’eau. La carte est de type brasserie ; les cuisiniers font leur travail avec un professionnalisme appliqué. Tout ça n’a pas une personnalité folle mais, à ce stade, une piscine intérieure et une salle de gym sérieusement appareillée peuvent tomber à pic. Ce serait une simple étape technique, n’était ce qu’a d’agréable la proximité du fleuve.
En option - Approche de l’ours noir.

JOUR 7

Miramichi - Saint-Louis

Route pour Saint-Louis. Nuit sur la rive d’en face. L’hôtel est simple et rustique, on s’y sent bienvenu. Un pré descend vers la rivière Kouchibouguac. La fenêtre de la chambre regarde de ce côté. Le bois des murs crée une atmosphère douillette. Les courtepointes sont rayée, écossaise, fleurie ; elles mettent une note de gaité dans la pièce. Les salles d’eau sont très convenables. Le petit déjeuner offre de l’énergie en veux-tu, en voilà. C’est plein d’allant qu’on part ensuite faire un petit tour dans le parc national de Kouchibouguac, qui ne se trouve qu’à quatre kilomètres. On peut y voir chasser le balbuzard pêcheur, y entendre glapir le coyote, y sentir la mouffette rayée.

JOUR 8

Saint-Louis - Shediac

Route pour Shediac. Nuit dans le centre de la petite ville. Une maison bâtie en 1911 accueille les voyageurs. De l’extérieur, la géométrie est un peu compliquée, comme souvent dans les constructions de cette époque ; mais les volumes intérieurs sont très agréables à vivre, avec de belles ouvertures qui laissent entrer la lumière. Les chambres sont aménagées et décorées avec discernement. Le rendu est harmonieux, les détails soignés. Aux fourneaux, le chef mitonne une cuisine terre / mer d’une robustesse assez sophistiquée, ce qui n’est pas banal. La chaudrée de fruits de mer crémeuse et le poulet en fonte illustrent bien cette façon de faire.
Déjà prévu au programme - Entrée au pays de la Sagouine. Ce pays, inspiré du roman éponyme d’Antonine Maillet, est la reconstitution idéale d’un village de pêcheurs à l’époque de la prohibition. Et l’occasion d’évoquer, lors de nombreux spectacles et saynètes, l’esprit du petit peuple acadien. On se laisse porter par la bonne humeur contagieuse et l’engagement des acteurs.

JOUR 9

Shediac - parc national de Fundy

Route pour Fundy National Park. Installation pour deux nuits à l’entrée du parc. Le chalet est doté d’une terrasse particulière. L’intérieur est en épinette rouge. Avec une chambre au confort nominal mais réel, on dispose d’une salle d’eau, d’un coin séjour et d’une cuisinette équipée. Un chez soi sweet home très convenable. La baie de Fundy est fameuse pour l’ampleur de ses marées, plus de quinze mètres ! Pour apprécier le phénomène, le quai du village de pêcheurs d’Alma est idéal : les bateaux font des montées et des descentes de grande amplitude.

JOUR 10

Parc national de Fundy

On rencontre à Fundy la même faune que dans les autres parcs. Si on a jusqu’ici manqué le quiscale rouilleux ou le lièvre d’Amérique, on peut rattraper le coup. Pour l’essentiel, la forêt est composée d’érables (Acer saccharum et Acer rubrum), de bouleaux (Betula papyrifera et Betula alleghaniensis), de sapins baumiers (Abies balsamea) et d’épinettes rouges (Picea rubens).
Déjà prévu au programme - Hopewell Rocks en kayak de mer. Avec un guide anglophone, on pagaie jusqu’aux pierres d’Hopewell Cape, qui sont des staks pots de fleurs, pinacles de roche dont le sommet est envahi de végétation. A cet endroit, les marées sont d’une dizaine de mètres. On débarque et on se promène sur un site dont l’érosion fait cadeau à l’admiration des visiteurs. Puis on rembarque. Techniquement, la sortie ne présente pas de difficulté.

JOUR 11

Parc national de Fundy - Saint Andrews

Route pour Saint Andrews. Nuit entre Chamcook Moutain et Passamaquoddy Bay, dans une belle demeure à deux étages datant du début du XXe siècle. Une sobre élégance champêtre règne de la cave au grenier. Et un hédonisme bien élevé semble présider à la gestion quotidienne. Dans le grand jardin, des herbes folles, des massifs de fleurs, une piscine. Le restaurant, ici encore, s’est signalé à l’attention des gourmets. Le chef Chris Aerni est un as. Il cultive organic ses légumes, visite les fermiers des environs et attend les pêcheurs sur le quai. Ensuite, il fait avec ce qu’il rapporte une cuisine impressionniste et subtile, qui en appelle à tous les sens.
Déjà prévu au programme - Observation des baleines. C’est toujours une émotion spéciale d’approcher une baleine en mer. La taille bien sûr, le volume, mais aussi un je-ne-sais-quoi qui rend ce Léviathan favorable : il a quelque chose de royal. Alors, baleine à bosse, baleine franche, baleine de Minke, rorqual commun, on retient son souffle lorsque le zodiac met ses passagers en présence du cétacé. Un guide anglophone accompagne la sortie (de mai à septembre).

JOUR 12

Saint Andrews - Fredericton

Route pour Fredericton, capitale provinciale. Nuit à Waterloo Row, downtown étant à portée de promenade. Quartier paisible et maison historique. Construite en 1840, elle a été méticuleusement restaurée et les adaptations au monde moderne réalisées avec tact. Résultat, on bénéficie, dans une atmosphère old time, des services d’aujourd’hui. Les trois chambres sont décorées et meublées avec une visée super cosy. On n’en sortirait pas. Sinon, peut-être, pour aller à la bibliothèque, dont les fauteuils en cuir et la cheminée sont une tentation à part entière. Pour le petit déjeuner (café, thé, fruits, muffins, gâteau au café, pains variés et plat chaud du jour), la table dans le bow-window de la salle à manger est épatante. Bref, on a le sentiment d’être tout à fait privilégié.

JOUR 13

Fredericton - Kamouraska

Route pour Kamouraska, à mi-chemin entre l’Isle-aux-Coudres et l’embouchure de la rivière Saguenay, face à la Réserve Nationale de faune des îles de l’estuaire. Une situation géographique flatteuse qui annonce la beauté naturelle de cette région du Bas Saint-Laurent. On vient là profiter des bienfaits des eaux salées de l’estuaire et des villages alentours aux façades chamarrées, qui, à l’instar de Kamouraska, sont membres de l’Association des plus beaux villages du Québec.
Nuit dans une petite maison de charme située non loin du Saint-Laurent, que l’on aperçoit depuis certaines chambres. Les autres sont tournées vers le jardin, qui renferme une agréable piscine extérieure ainsi qu'une une terrasse bien exposée.

JOUR 14

Kamouraska - Québec

Route pour Québec. Nuit dans la vieille ville. L’hôtel occupe, rue Saint-Pierre, le premier gratte-ciel de Québec. Neuf étages construits dans les années 1910 par la société Dominion Fish and Fruit. Aujourd’hui, on a affaire à un établissement de standing, qui a su avec adresse combiner murs historiques et design contemporain. Blanc, noir, gris, grège, les teintes s’accordent bien avec une architecture rigoureuse. Les chambres font converger confort et minimalisme. Après des chalets en ribambelle, retour aux conceptions urbaines. La salle de gym est équipée dernier cri. Et la terrasse est l’un de ces endroits agréables où s’échangent au calme les derniers potins et les dernières adresses. Ce sera parfait pour écrire en catastrophe les cartes postales que l’on allait oublier.

JOUR 15

Québec - vol de retour (via Montréal)

Rendu de la voiture à l’aéroport et vol de retour.

A la carte

Miramichi - Approche de l’ours noir

C’est dans le secteur d’Acadieville que des tours permettent d’observer l’ours noir (Ursus americanus). Ce plantigrade est répandu, mais sa taille, son poids et son humeur grognon font qu’on craint un peu de le rencontrer au coin d’un bois. Aussi le mirador est-il une bonne solution. Chacun dans son plan, l’homme et l’ours sont tranquilles. Le second vaque à ses affaires, tandis que le premier l’immortalise en numérique. Tout le monde est content. Car ce n’est tout de même pas rien, un ours, ça en impose vraiment. Pendant qu’on regarde, un accompagnateur francophone fournit les informations zoologiques de base.
En option - Demi-journée

Budget estimé

Selon saison, types d'hébergements et activités
Le budget estimé pour ce voyage est de 3500€ à 4200€/personne.

Parler de prix fixe lorsque l'on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestations, période, délai de réservation et bien d'autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé.

Le prix moyen constaté pour ce voyage est de 3800€/personne.
  • Le vol international pour Québec sur compagnie régulière
  • Les taxes aériennes et surcharge carburant
  • La location pour 14 jours, d’un véhicule de catégorie E
  • Un service de navigation GPS accessible depuis l'application Voyageurs du Monde, chargé avec votre parcours, les coordonnées de vos hôtels et bonnes adresses
  • La nuit à Québec, en chambre double et petits-déjeuners inclus
  • Les 2 nuits au Bic, en chambre double et demi-pension incluse
  • Les 2 nuits à Caraquet, en suite double et petits-déjeuners inclus
  • La nuit à Miramichi, en chambre double (logement seul)
  • La nuit à Saint-Louis, en chambre double et petits-déjeuners inclus
  • La nuit à Shediac, en chambre double et petits-déjeuners inclus
  • Les 2 nuits dans le parc national de Fundy, en chalet double (logement seul)
  • La nuit à Saint-Andrews, en chambre double et petits-déjeuners inclus
  • La nuit à Fredericton, en chambre double et petits-déjeuners inclus
  • La nuit à Kamouraska, en chambre double et petits-déjeuners inclus
  • La dernière nuit à Québec, en chambre double et petits-déjeuners inclus
  • L’entrée au musée de la Civilisation à Québec
  • Une promenade privée dans le parc du Bic, avec un guide naturaliste francophone
  • L’entrée au Village Historique Acadien
  • L’entrée au pays de la Sagouine, avec déjeuner sur place
  • La sortie en kayak de mer Hopewell Rocks, avec un guide anglophone
  • La sortie d’observation des baleines en zodiac au large de Saint-Andrews, avec un guide anglophone
  • Le wifi gratuit pendant votre voyage : un mini routeur international remis avant le départ, permettant de connecter jusqu'à 5 terminaux simultanément
  • Notre service conciergerie sur place
  • Réf: 1416768
    Nos experts à votre écoute
    Contactez nos conseillers specialistes pour créer votre voyage sur mesure
    Contactez un spécialiste du Canada