Vaccins obligatoires

Il n’y en a pas, sauf contre la fièvre jaune pour les voyageurs en provenance de pays où elle sévit.

Vaccins conseillés

Comme toujours et partout, il est important d’être protégé contre diphtérie, tétanos, poliomyélite, hépatites A et B, coqueluche (dont la réapparition chez les adultes, même en France, justifie la vaccination pour tout voyage), rougeole pour les enfants, et, éventuellement, rage et typhoïde, contre les méningites, en période épidémique, vaccin tétravalent A/C/Y/W (Menveo ou Nimenrix).

Paludisme

Il est présent sur la presque totalité du pays (au dessous de 1 800 mètres) mais surtout dans les vallées le long des côtes de la mer Rouge. La prévention sera assurée, d’une part par une protection individuelle contre les piqûres de moustique (répulsifs, vêtements couvrants, moustiquaires imprégnées) et d’autre part par la prise de chloroquine-proguanil (Savarine) ou d'Atovaquone-Proguanil (Malarone ou un de ses génériques).

Autres risques

Les recommandations suivantes ne seront utiles que quand le pays aura retrouvé une stabilité politico-religieuse, le risque d'enlèvement s'ajoutant à l'insécurité globale.Vous aurez la plus grande probabilité d’y échapper en respectant les conseils que nous vous avons donnés : lavage fréquent des mains, aliments cuits et chauds, boissons capsulées ou traitées, pas de bains en eau douce, prudence en mer, respecter une nature parfois difficile et connaître ses propres limites. On ne peut parler du Yémen sans évoquer cette toxicomanie régionale qu’est le qât dont la culture occupe la quasi-totalité des collines du pays et dont la recherche quotidienne règle le rythme de vie de la société yéménite, toutes classes confondues. Les voyageurs que l’expérience tente, en tirent rarement l’effet stimulant ni le plaisir souhaités, n’ayant ni la patience ni le goût de mastiquer leur boule de qât pendant des heures. Il faut savoir que si cette drogue est légale, les autres toxicomanies ne le sont pas et la répression est sévère.

Infos pratiques

Au Yémen, les infrastructures sanitaires sont très précaires et les risques accrus à cause de conditions d’hygiène souvent déplorables. En cas de maladie ou d’accident, il est impératif de prendre contact avec la compagnie d’assistance et avec l’ambassade de France, afin d’envisager une évacuation sur Djibouti ou vers la France.

Idées voyages au Yemen

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble
Contactez directement un conseiller spécialiste au 01 42 86 16 00
Contactez un spécialiste du Yemen