Vaccins obligatoires

La vaccination contre la fièvre jaune n'est plus obligatoire, même si elle reste recommandée, pour les voyageurs en provenance directe d'Europe (en particulier de France ou du Portugal), mais elle est impérative pour ceux qui auront fait un stop dans un pays où la maladie est présente (Cameroun, Gabon, République Centrafricaine, les deux Congo ou la Guinée Equatoriale). Elle doit être faite dans un centre agréé de vaccinations internationales, au moins 10 jours avant le départ. Pour des raisons de réponse immunitaire et donc d'efficacité, mais sans obligation, une revaccination pourra être proposée si une vaccination initiale a été faite à un enfant de moins de 2 ans, ou pendant une grossesse, ou au cours d'un épisode d'immunodéficience.

Vaccins conseillés

Comme toujours et partout, il est important d'être vacciné contre diphtérie,tétanos, coqueluche et poliomyélite, hépatites A et B (en l'absence d'immunité reconnue), rougeole pour les enfants et moins systématiquement, typhoïde, rage surtout pour les enfants.

Paludisme

Le paludisme sévit en toutes saisons. La protection contre les moustiques par répulsifs, moustiquaires imprégnées et vêtements couvrants protégera aussi contre d’autres insectes vecteurs d’autres maladies parasitaires ou virales. La prévention médicamenteuse devra être assurée par la prise d'Atovaquone-Proguanil (Malarone ou un de ses génériques) ou de Doxycycline. Compte tenu du risque d'effets indésirables, la prescription de méfloquine (Lariam) ne sera proposée aux voyageurs qu'en cas de bonne tolérance lors de voyages antérieurs ou de contre-indication aux autres médicaments actifs.

Autres risques

PENDANT LA PERIODE DE CIRCULATION DU COVID19, NOUS INVITONS LES VOYAGEURS A CONSULTER NOS « NEWS » SANTE, OU NOUS ACTUALISONS LES RECOMMANDATIONS SANITAIRES.

Elle passe par l'observance des conseils prodigués dans nos recommandations générales contre les risques alimentaires, environnementaux et comportementaux.

Infos pratiques

Les infrastructures médicales sont insuffisantes. En cas de problèmes graves, les personnes devront être évacuées sur la France (plus facilement que sur Douala ou Libreville), après avoir contacté la compagnie d’assistance.

Utile

Mieux comprendre Sao Tomé et Principe

Contactez un spécialiste de Sao Tomé et Principe