Vous aimerez
  • Loin des foules, vous laisser conduire à travers un Sud marocain encore plus authentique et plus beau
  • Toute une série d’hôtels et de chambres d’hôtes où s’exprime la meilleure hospitalité berbère
  • Civilisation des oasis, méharée, pique-nique dans le désert, ksars et kasbahs : c’est déjà prévu !
  • Appli smartphone avec GPS, absorption carbone, conciergerie : les plus Voyageurs

Contactez un spécialiste Maroc 01 84 17 21 68

Un autre Sud

Renouer avec la vraie piste, voilà qui, aux approches du Sahara, a une certaine allure. D'autant que, lorsqu’il faut quitter le bitume, votre chauffeur sait rouler avec discernement, sans dégrader le terrain. Alors, une fois passées les murailles altières de Taroudant, plein sud pour Tafraout et les paysages somptueux des gorges d’Aït Mansour. Ensuite, on va vers l’est, jusqu’à la grande oasis de Tata, au nord de la vallée du Drâa. Ça sent le désert. Et, de fait, après le lac protégé d’Iriqui, un peu plus à l’est encore, s’étend l’erg de Chegaga avec ses champs de hautes dunes de sable doré. Là, vous touchez à ce que l’imaginaire saharien a produit de plus sensible. Il faut cependant s’arracher à l’enchantement et remonter vers Zagora, la belle palmeraie.
Pays de potiers, mystiques et agriculteurs. Les terres du Sud, pour rudes qu’elles soient, ont produit une civilisation subtile, informée du dehors par le va-et-vient d’un commerce au long cours. Le temps de passer par N’Kob aux quarante-cinq kasbahs, vous voilà à Tinejdad. Vous en partez pour rejoindre Skoura, non pas d’un trait, mais via les belles vallées du Todgha et du Dadès. Dans ces secteurs montagneux, la virtuosité de votre chauffeur vous offre des points de vue privilégiés. Grands moments d’un voyage qui en comporte beaucoup.

Votre voyage

Tout d’abord, votre cheval de bataille : un 4x4, avec un chauffeur francophone. Pas un simple conducteur, mais un partenaire. Quelqu’un qui sait le pays comme sa poche et peut apporter au voyage un je-ne-sais-quoi, un supplément d’âme, quelque chose en plus. Et qui passe partout où c’est possible. Bref, on va vraiment où on veut. A chaque étape, une adresse qui respecte l’atmosphère des lieux et l’esprit des palmeraies. L’architecture du Sud n’est pas ce qu’elle est sans raisons ; ses formes sont éprouvées, judicieuses. Alors, ancien ou moderne, on en respecte la leçon et l’esthétique. Le voyageur s’en trouve au mieux. Dans le désert, la tente s’impose. Sinon à Taroudant, demi-pension partout. C’est plus commode et vous êtes traités comme des hôtes qu’il faut recevoir bien. La cuisine marocaine n’est plus à vanter, mais la découverte de sa version méridionale est une excellente surprise. Les visites que nous avons inscrites à votre feuille de route, accompagnées par des guides francophones privés, vous invitent à entrer dans le monde si particulier des palmeraies, des ksour, des kasbahs. Elles vous mènent aussi à des sites naturels exceptionnels, et vous mettent de plain-pied avec une région spectaculaire et attachante. Et si, chemin faisant, un désir non prévu ou un léger contretemps survenait, vous disposez pour y répondre des coordonnées de notre concierge sur place.

Itinéraire

Suggestion 100% personnalisable selon vos envies
JOUR 1

Vol pour Agadir - Taroudant

Prise de contact avec votre chauffeur privé. Route pour Taroudant. L’imposant mur d’enceinte rythmé de tours parle de l’histoire mouvementée de la ville. Foyer de résistance à l’envahisseur ou centre prospère du grand commerce caravanier, elle a toujours été partie prenante dans les évènements. De nos jours, l’agriculture locale se fonde sur les vergers d’agrumes, les oliveraies et les plantations d’arganiers. Les souks ont toujours une activité soutenue ; on y trouve tout ce que fabriquent les artisans du pays, et aussi un peu de ce qu’usinent les ouvriers de l’Empire du milieu.
Déjà prévu au programme - 35 km au sud-est de Taroudant, la belle palmeraie de Tioute mérite une visite, d’autant que la route est bonne et plaisante. Kasbah, système d’irrigation, champs de céréales et palmiers : une oasis, comment ça marche ? Avec un guide francophone privé.
Nuit dans une élégante maison de style berbère. Les plantes vertes à foison donnent au jardin ombre et douceur. Deux cours, des bâtiments de pisé, des tons ocre clair, une discrétion pleine d’harmonie. Votre chambre est confortable ; elle est aussi jolie, avec ses tapis et ses coussins colorés, son plafond de bois et fibres végétales. Le petit déjeuner est servi au patio, ou sur le toit-terrasse. A quelques minutes de vélo se trouve un beau jardin d’agrément. Un long bassin de nage y a été aménagé.
En option - Le palais musée de Claudio Bravo.

JOUR 2

Taroudant - Tafraout

Route pour Tafraout. Au sud de la ville, les gorges d’Aït Mansour surprennent par leur ampleur onduleuse, les tons roses de la pierre et la profusion de palmiers que l’on trouve au fond du canyon. Un pique-nique dans les gorges est à envisager, selon l’état du ciel. Parmi les villages du secteur, le douar Gdourt, perché entre palmeraie et crète lunaire, est sans doute le plus étonnant. A noter également : le marché aux babouches de Tafraout se tient le mercredi.
Nuit dans une maison d’hôtes offrant une version stylisée de l’habitat traditionnel. Autour d’un puits de jour - sur deux niveaux - les chambres, la salle à manger, le bar, le salon marocain, un salon d’hiver. Les pièces sont faciles à vivre. Les sols, couverts de carrelages variés. Et la décoration échappe à la tentation du folklore facile, grâce au recours à l’artisanat régional. Le confort est assuré partout : simple et soigné. Le cuisinier opère selon un esprit très similaire, sans chichi mais avec justesse. Dans le jardin, un petit bassin pour se délasser après sa journée de visite.

JOUR 3

Tafraout - Tata

Route pour Tata. Au sud-est se trouve le mellah de Tazart. Les mellahs étaient autrefois des bourgades ou les quartiers juifs des villes marocaines. Celui-ci, bien qu’abandonné (à cause de l’épuisement de ses ressources hydriques), a gardé un puissant pouvoir d’évocation. On grimpe sur l’escarpement et on se glisse dans les ruelles, on imagine la vie d’échanges qui en animait l’étroitesse. De là, on a par ailleurs une belle vue sur le village en contrebas. Charles de Foucauld et le rabbin Mardochée Aby Serour ont séjourné dans ce mellah lors d’un voyage d’exploration en 1883.
Nuit à Tata-même, dans une vieille maison marocaine. Des murs en pierre lui donnent énormément d’allure. La restauration a été réalisée dans les règles de l’art. Les chambres, murs blancs et plafond sur poutres, ont un vrai caractère. Le mobilier peint et les étoffes pop leur ajoutant des notes de couleur acidulées. Au salon restaurant, on se régale d’une cuisine du Sud préparée avec le respect du cookbook. Du toit-terrasse, vue panoramique sur la palmeraie.

JOUR 4

Tata - Lac d'Iriqui - Dunes de Chegaga

En route pour l’erg de Chegaga, on s’arrête à Tissint, l’un des plus beaux villages palmeraies du Sud. On profite de leur proximité pour piquer une tête dans les bassins naturels des cascades d’Attiq : coin de désert où jaillit d’étonnante façon une eau salée. Ensuite, dans le parc naturel du même nom, traversée du lac d’Iriqui, généralement sec. La restauration de cette importante zone humide est la raison d’être du parc. On peut rencontrer une gazelle dorcas ou une outarde houbara.
Poursuite pour Chegaga. Installation pour deux nuits dans un campement du désert. Une élégance autre. Faite de simplicité adaptée aux circonstances et au souci de bien recevoir. Des tentes, avec leurs nattes, leurs lainages, leur mobilier vintage, leur salle d’eau, les tons naturels de tout cela, leurs lanternes, se dégage un puissant romantisme. Le repas est d’une étonnante qualité. Et puis, ce sont les feux et, après les feux, les étoiles, le grand ciel nocturne du désert.

JOUR 5

Dunes de Chegaga

L’erg est vaste et isolé, sauvage, ses dunes atteignent 300 mètres de haut. C’est impressionnant. C’est le désert tel qu’on l’imagine, à la fois fascinant et inquiétant. Minéral et mordoré, changeant, désorientant. Une formation qui en impose.
Déjà prévu au programme - Une méharée. Et voilà pourtant que pendant une heure, avec un chamelier, juché sur un dromadaire, on s’enfonce dans ce désert. Très vieille histoire, la collaboration de l’homme et du dromadaire pour affronter les sables et acheminer les marchandises. Et il est touchant de la frôler, même une heure en passant. Car le pas de l’animal et la radicalité du milieu s’imposent d’emblée, laissant des souvenirs ineffaçables. En plein désert, sur l’ancienne route de Tombouctou, l’oasis Oum Lâalag est l’effet du miracle de l’eau. Ses acacias peuvent sembler manquer d’opulence, ils n’en sont pas moins signe de vie pour tous les nomades. Vous partagez un pique-nique à l’ombre des arbres avec quelques-uns d’entre eux. Une rencontre au bord de l’immense vide minéral.

JOUR 6

Dunes de Chegaga - Tamegroute - Zagora

A une vingtaine de kilomètres au sud-est de Zagora, Tamegroute est célèbre à plusieurs titres. Pour les poteries à glaçage vert, qui étaient d’abord de la vaisselle, mais gagnent peu à peu en dignité artistique. Pour la confrérie - zaouïa - soufie Naciria aussi, fondée au XVIe siècle, et qui a été dotée au XVIIe par l’un de ses membres éminents d’une bibliothèque de plusieurs milliers de volumes. Rassemblé lors de voyages aux longs cours, ce fonds restitue un large pan de pensée musulmane, couvrant des domaines divers, religieux, scientifiques, médicaux. On peut visiter cet avant-poste de l’esprit aux portes du désert.
Route pour Zagora et nuit dans la palmeraie. La maison est entourée d’un beau jardin, où l’on est content de trouver une piscine. Ou un lit de repos extérieur. Un esprit cottage règne au salon. D’une chambre à l’autre, la décoration change, évoquant tel ou tel voyageur impénitent, d’Henri Matisse à Théodore Monod ou Odette du Puigaudeau. La terrasse est délicieuse pour un jus d’orange ou un thé. Visiblement, il s’est agi d’offrir partout le confort du corps et de l’esprit. La chère est succulente. Et, si l’on veut s’échapper dans la palmeraie, c’est la porte au fond du jardin.
Déjà prévu au programme - Zagora et le ksar Amezrou. Avec un guide francophone privé, visite de la palmeraie et des anciennes kasbahs. Au pied du djebel Zagora, le ksar Amezrou vaut le détour. Il date du XVIIIe siècle et marque par sa densité d’architecture son rang dans les relais commerciaux du Grand Sud. La communauté juive qui y a longtemps pratiqué l’orfèvrerie a laissé sa synagogue de pisé en témoignage, que l’on peut visiter.

JOUR 7

Zagora - N’Kob - Tinejdad

Après une visite à la kasbah Oulad Othmane, route pour N’Kob, au sud-ouest du djebel Saghro. Le ksar ne possède pas moins de quarante-cinq kasbahs, qu’entourent deux palmeraies. La familiarité qui est désormais la vôtre avec cet environnement vous permet d’en apprécier les différents aspects. Et de vous orienter dans les ruelles. Les amateurs d’art rupestre peuvent admirer aux environs du village des géométries néolithiques.
Déjà prévu au programme - Déjeuner à la kasbah Imdoukal. Dans un beau cadre traditionnel, une cuisine qui fait honneur à la gastronomie marocaine.
Route pour Tinejdad. Nuit dans un ksar. Votre chambre d’hôtes est le creuset de la rénovation du village, qui a été engagée et se poursuit avec l’argent gagné à recevoir les voyageurs. Lesquels sont donc directement contributeurs à la préservation du site. Un cercle vertueux et une atmosphère authentique comme tout !
Egalement prévu - Le musée des Oasis. Trois maisons du ksar sont consacrées à documenter la vie traditionnelle berbère et la civilisation des oasis. Les bâtiments eux-mêmes, mais aussi des plans, des objets, des photos, des maquettes contribuent à éclairer les visiteurs. Un guide francophone privé vous accompagne, qui ajoute une note vivante à l’information.

JOUR 8

Tinejdad - Tineghir - Skoura

Route pour Tineghir. Non loin de là, les gorges du Todgha. L’oued coule au fond d’un encaissement vertical vertigineux. Le calcaire roux a été érodé de façon très nette. Et l’eau a permis le développement d’une belle palmeraie. L’irrigation, encore une fois. Ensuite, sans repasser par l’asphalte, vous ralliez les gorges du Dadès et leur chapelet d’oasis. Le paysage est un show géologique d’ampleur. Piste pour Kelâat M’Gouna et route pour Skoura.
Installation pour deux nuits dans un grand jardin en pleine palmeraie. Palmiers-dattiers, oliviers, amandiers, grenadiers font une ombre odorante, propice au repos. Et à la discrétion : la piscine est ainsi un peu isolée, ne dérangent pas ceux qui cherchent la quiétude sur les coussins et les tapis, dans les hamacs. L’intérieur est meublé et décoré par les voyages des propriétaires, aux quatre coins du Maroc et autour du monde. Un mot d’ordre : authenticité. Tout cela forme une étonnante et confortable unité. Les chambres ont une simplicité qui invite à s’y sentir dans un home marocain. Impression de chez soi renforcée par les confitures maison du petit déjeuner. Les autres repas sont concoctés à partir d’ingrédients bio du marché ; les herbes aromatiques provenant du jardin-même de l’hôtel. Le résultat convainc, s’il était encore besoin, du caractère sophistiqué de la cuisine marocaine.

JOUR 9

Skoura

Déjà prévu au programme - Architecture et agriculture des oasis. Nul doute que la promenade dans la palmeraie n’éveille la curiosité et l’intérêt, à la fois pour son architecture traditionnelle et pour les méthodes subtiles de son agriculture. En compagnie d’un guide francophone privé, vous allez un peu plus loin dans de détail des choses, leur pourquoi et leur comment. Selon quel schéma les kasbahs sont-elles conçues, quels matériaux s’y sont imposés, comment y vivait-on ou la fraîcheur s’y conservait-elle ? A toutes ces questions, des réponses. Idem pour l’agriculture d’irrigation qui fait de Skoura un jardin où se produit une étonnante variété de plantes comestibles et ornementales. En apprendre un peu plus fait apprécier beaucoup plus.

JOUR 10

Skoura - Volretour.

Route pour l’aéroport de Ouarzazate. Vol de retour.

A la carte

Taroudant - Le palais musée de Claudio Bravo

Au nord de Taroudant, la résidence du peintre chilien Claudio Bravo - 1936-2011 - invite à entrer dans l’intimité de cet hyperréaliste de la Renaissance, au moyen des tableaux qu’il peignit jusqu’à sa mort, et des très nombreux objets d’art réunis au cours de sa vie. Ce coloriste avait trouvé au Maroc un environnement idéal.
En option

Budget estimé

Selon saison, types d'hébergements et activités
Le budget estimé pour ce voyage est de 3200€ à 3700€/personne.

Parler de prix fixe lorsque l'on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestations, période, délai de réservation et bien d'autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé.

Le prix moyen constaté pour ce voyage est de 3400€/personne.
  • Le vol pour Agadir et retour de Ouarzazate sur compagnie régulière
  • Les taxes aériennes et surcharge carburant
  • L'absorption des émissions de CO2 de votre voyage, par le biais de notre fondation Insolite Bâtisseur Philippe Romero
  • L’accès au salon Air France à Roissy, pour les départs de Paris
  • La disposition pour 9 jours d’un véhicule 4x4 avec un chauffeur francophone privé
  • La nuit à Taroudant, en chambre double, avec le petit déjeuner
  • La nuit à Tafraout, en chambre double, demi-pension
  • La nuit à Tata, en chambre double, demi-pension
  • Les 2 nuits aux dunes de Chegaga, en tente double, demi-pension
  • La nuit à Zagora, en chambre double, demi-pension
  • La nuit à Tinejdad, en chambre double, demi-pension
  • Les 2 nuits à Skoura, en chambre double, demi-pension
  • Taroudant : la palmeraie de Tioute, avec un guide francophone privé
  • Dunes de Chegaga : une méharée, avec un chamelier arabe ; pique-nique dans l’oasis d’Oum Lâag, avec un chauffeur francophone privé
  • Zagora et le ksar Amezrou, avec un guide francophone privé
  • N’Kob : déjeuner à la kasbah Imdoukal
  • Tinejdad : le musée des Oasis, avec un guide francophone privé
  • Skoura : architecture et agriculture des oasis, avec un guide francophone privé
  • Notre service conciergerie sur place
  • Le wifi gratuit pendant votre voyage : un mini-routeur international remis à l’arrivée, permettant de connecter plusieurs terminaux simultanément
  • Un service de navigation GPS accessible depuis l’application Voyageurs du Monde, chargé avec votre parcours, les coordonnées de vos hôtels et bonnes adresses
  • Réf: 1623782
    Nos experts à votre écoute
    Contactez nos conseillers specialistes pour créer votre voyage sur mesure