Vous aimerez
    • En un grand voyage, sauter de Luang Prabang à Angkor et Phnom Penh, des îles du Mékong au golfe de Siam, du bateau au vélo
    • Entrer en contact avec l’esprit et les pratiques du bouddhisme ; plonger au cœur d'une civilisation au bord de l’eau
    • Angkor en tuk-tuk, le Vat Phou et Khône à vélo, Phnom Penh dans les pas d'un local : vos temps forts déjà prévus
    • Absorption carbone, appli mobile avec GPS, bonnes adresses personnalisées, conciergerie francophone : les plus Voyageurs

Contactez un spécialiste Laos 01 86 95 65 99

Les temples, les rizières, la mer

Votre voyage s’articule en quatre sections. Deux laotiennes, puis deux cambodgiennes. Porte d'entrée à Luang Prabang, ancienne capitale politique et centre spirituel. On découvre le Mékong. Et le bouddhisme theravada (du petit véhicule), les façons de vivre, l’architecture, l’art, qui lui sont liés. On va même repiquer dans les rizières ! Ce qui est le lot quotidien de bien des Laotiens. La deuxième section se place encore plus sous le signe de l’eau. À Champassak – qui fut Bassac, au temps des Français – le bord du fleuve se voile d’une légère mélancolie ; les pèlerins bouddhistes affluent au Vat Phou.
Les 4000 îles sont un archipel du Mènam Khong. C’est ce dernier qui commande sur l’île Khône. L’eau fournit du poisson aux tables et des sujets de méditation aux temples. Cette fluidité générale a quelque chose d’hypnotique. La sensibilité en est rapidement captive. Troisième section au nord du lac Tonlé Sap, important régulateur du Mékong : voilà Siem Reap et le mythe d'Angkor. Les temples-montagnes y exhaussent symboliquement leur sanctuaire au sommet du mont Meru. Chaque heure leur donne un aspect nouveau. Moines et fidèles longent les réservoirs de pierre et se glissent sous les portiques sculptés, entre les bras des figuiers étrangleurs. La dévotion, qui est plus têtue que l’Histoire n’est massacrante, réaffirme son droit de cité. Tout ceci, qui pourrait sembler passablement vertueux et compassé, se pare de sourires éclatants, de couleurs vives, de fleurs, de parfums, d’un glamour naturel enfin dont les peuples d’Asie du Sud-Est ont le secret. Les vieilles pierres ont l’air gai. Et s’offrent volontiers à la numérisation. Pour décanter ses émotions, parenthèse balnéaire sur l'île de Koh Rong, une petite cambodgienne qui vaut largement les grandes thaïlandaises, par exemple. Puis, sortie par Phnom Penh. En grand style.

Votre voyage

Nous avons veillé à ce qu’il n’y ait pas, entre vos jours et vos nuits, un décalage d’atmosphère trop important. Aussi vos hôtels ont-ils été choisis avec soin. Il a parfois fallu faire avec une offre restreinte, mais c’est la loi du voyage. En tout cas, à chaque étape, vous bénéficiez d’excellentes conditions de confort et d’un service attentif. Et à Luang Prabang, Champassak, Siem Reap et Koh Rong, un petit quelque chose en plus s’ajoute à cette bonne base. Les moyens de transport sont adaptés avec précision aux circonstances. Entre Luang Prabang et Paksé, puis entre Siem Reap et Sihanoukville, les liaisons se font en avion. Autrement, voiture climatisée avec chauffeur, bateau, tuk-tuk, vélo. Partout, au jour le jour, le mieux adapté. Le programme que nous avons concocté vous met en contact étroit avec de grands sites historiques (Vat Phou, Angkor Vat, Angkor Thom), un contexte naturel remarquable (4000 îles), un art de vivre (Phnom Penh like a friend) et des personnes d’une étonnante disponibilité. Chemin faisant, on s’étonne, on s’ébaubit, on s’émerveille, on s’amuse, on communique. Et même, on joue. Du rythme, mais pas de stress et du temps disponible pour aller plus loin, ou ne rien faire. Les guides francophones qui vous accompagnent sont des intermédiaires efficaces et engagés. Et si un désir imprévu ou un léger contretemps survenait, vous disposez pour y répondre de nos concierges francophones sur place.

Itinéraire

Suggestion 100% personnalisable selon vos envies
JOUR 1

Vol pour Luang Prabang

Nuit à bord, arrivée le lendemain.

JOUR 2

Luang Prabang

Transfert et installation pour trois nuits sur la rive gauche de la Nam Khan River. Les bâtiments historiques de l’hôtel ont été restaurés et aménagés dans le plus pur style lao colonial. Dans les chambres, le bois ciré et les voilages conjuguent joliment leurs pouvoirs de séduction. Le jardin produit tous les effets de couleur et de texture que l’on attend de la nature tropicale. La piscine ne détonne par là-dedans avec un bleu insensé, mais présente un discret et très agréable rectangle vert. Au restaurant, ingrédients frais et savoir-faire : délicieuse prise de contact avec la table laotienne. Café de la province.
Au programme - La cérémonie du baci. C’est un rituel de rappel des âmes protectrices. La religion traditionnelle postule l’existence de trente-deux âmes personnelles, lesquelles ont tendance à la dispersion. Il est donc expédient, en certaines occasions, de les rameuter afin de favoriser l’accomplissement des vœux formulés. Ces bonnes intentions sont matérialisées par des cordons de coton que l’on noue au poignet des bénéficiaires. En fin d’après-midi, avec un guide francophone privé, vous assistez au baci dans une famille laotienne.

JOUR 3

Luang Prabang

Au programme - Riz bio et chutes de Kuang Sy. Une pleine journée, on part aux champs. Dans une ferme bio plus précisément, qui cultive l’indispensable Oryza sativa. Pour commencer, d’ailleurs, tournée des rizières puis, les pieds dans la gadoue, labourage derrière un buffle. C’est l’un des grands gestes civilisateurs que l’on se trouve accomplir là. Repiquage des plants. Toutes les étapes qui mènent au panier tressé dans lequel le riz est cuit viennent ensuite. Et la dégustation. Sur le chemin du retour, halte aux célèbres chutes de Kuang Sy, au sud de Luang Prabang : dans un écrin de verdure où jouent l’ombre et la lumière, des cascades multiples dégringolent ; en bas, l’eau est collectée dans une série de bassins naturels où l’on peut se baigner toute l’année. La sortie est accompagnée par un guide francophone privé.

JOUR 4

Luang Prabang

Aujourd’hui, on mène ses propres explorations. L’ancienne ville royale, la rivale de Vientiane, renoue calmement avec les fastes de son passé. La réouverture du pays à la curiosité des voyageurs, l’attention de grandes institutions comme l’Unesco ont fourni des moyens. Il a cependant fallu trouver un équilibre entre sollicitations extérieures et exigences domestiques. Ce qui est en passe de réussir. Édifices et monuments sont restaurés. Période du protectorat français comprise : les Laotiens ont inclus au patrimoine national cet épisode de leur histoire. Le résultat d’ensemble est très séduisant. Ponctuellement, l’atmosphère varie, mais quelque chose de plaisant demeure partout. Rien de bien haut qui vienne amoindrir le contraste avec les entours de montagne. Une ville à taille humaine, que la nature pénètre encore de multiples façons. Et une cité religieuse, où le bouddhisme et ses temples donnent le ton. Aux aurores, les cloches de bronze réveillent les moines, qui partent bientôt pour le tak bat, la quête. Une journée commence.

JOUR 5

Luang Prabang - Champassak

Transfert à l’aéroport et vol pour Paksé. Nouveau transfert à Champassak. Installation pour deux nuits juste au nord de la ville, sur le Mékong. Dans ses trois hectares de parc, l’hôtel cultive une sensibilité et des pratiques vertes. Les cuisines utilisent le riz de la plantation maison et les herbes et légumes du jardin. Le reste des ingrédients s’achète sur les marchés locaux. Le résultat est superbe. Les bâtiments sont conçus pour réduire au minimum leur impact de fonctionnement sans que l’agrément d’y séjourner en soit réduit. C’est réussi. Les chambres, que prolonge une terrasse sur l’eau, sont de véritables observatoires de la vie du fleuve. La douche intérieure/extérieure est de rigueur. La piscine à débordement, dans son cadre végétal, est un petit bonheur. Comme le spa.

JOUR 6

Champassak

Au programme - De Champassak au Vat Phou à vélo. Champassak est un petit bourg tranquille, qui est un peu désormais le dortoir du Vat Phou. Alors, avec un guide francophone privé, on pédale à travers la campagne en direction de cet important ensemble archéologique khmer. Palais, temple shivaïte – l’un des sommets des environs serait un svayambhu-linga, symbole naturel de Shiva – et aménagements hydrauliques datent des XIe et XIIe siècles ; ils témoignent d’une dynamique politique et religieuse qui a trouvé à Angkor son plein épanouissement. Un musée présente les objets exhumés lors des campagnes de fouille menées sur le site. Vat Phou est aussi un lieu de pèlerinage bouddhique. Au temple, on embarque dans un véhicule électrique pour gagner la montagne proche et se donner un point de vue élevé sur le secteur. De retour à l’hôtel, vous aurez parcouru une quinzaine de kilomètres à vélo.

JOUR 7

Champassak - Khône

Transfert à Khône, dans l’archipel fluvial Si Phan Don, les 4000 îles. En route, bateau et voiture, on admire l’eau et la terre entrelacer leurs verts, leurs bleus, leurs ocres. Les palmiers balaient le ciel, des temples s’élèvent çà et là. Dans les chutes de Khône vit le légendaire poisson-chat géant du Mékong (Pangasianodon gigas), un peu l’équivalent sud-est asiatique et végétarien du silure glane (Silurus glanis) du Danube. Les habitants des îles mènent leur vie de pêcheur et d’agriculteur au rythme du grand fleuve et des ciels changeants. Une fois sur Khône, on se rend aux spectaculaires cascades Li Phi, où l’eau écume bleu-vert entre les rochers bronze. L’un des plus beaux chaos hydrauliques du Laos.
Installation pour deux nuits au bord de l’un des nombreux chenaux du Mékong, en vue du pont de l’ancienne voie ferrée française. L’hôtel est tout à fait convenable ; il procure des conditions de bon niveau dans une atmosphère aimablement laotienne. La salle du restaurant donne sur le fleuve. On y sert plats régionaux et thaïs. Et une jolie piscine est à la disposition des voyageurs.

JOUR 8

Khône

Au programme - Un vélo pour la journée. Avec l’indispensable casque, la machine est mise à disposition à l’hôtel. Vous l’utilisez à votre guise (et à votre rythme). La vie est douce sur Khône ; on circule sans entraves. La végétation est prodigue de ses formes et de ses couleurs. Les Laotiens sont bienveillants. Le dépaysement est paisible. Avec les rails, il y avait une gare, une locomotive, que l’on peut encore voir. Cet équipement, avec pour objectif de permettre à des bateaux de passer le barrage des chutes et de naviguer sur le Haut Mékong, fut une vraie aventure. Autre legs du Protectorat, la pétanque. Aujourd’hui encore, les Laotiens s’y entendent pour titiller le cochonnet. Et lors de la rencontre organisée avec des joueurs locaux, il faudra se montrer adroit pour défendre l’honneur des boules hexagonales. L’opération a lieu à l’heure de l’apéritif, bien entendu. Alors, tu tires ou tu pointes ?

JOUR 9

Khône - Preah Vihear

Passage de la frontière. Prise de contact avec le guide anglophone qui vous accompagne jusqu’à Siem Reap. Route pour Preah Vihear. Nuit à Sra Aem, dans un hôtel néo-khmer sans chichi, situé dans un environnement paisible, à quarante minutes de route du fameux temple. L’établissement est doté d’une piscine extérieure bordée de palmiers et d’un jardin, ainsi que d’un restaurant qui sert cuisine cambodgienne et classiques internationaux. Les chambres sont confortables et sobrement décorées.
Le temple de Preah Vihear est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco pour la pureté de son architecture et de son ornementation : Empire khmer, XIe siècle. La valeur patrimoniale, artistique et religieuse de cet ensemble est considérable. Établi sur un axe nord-sud, ponctué de quatre gorupa, portails monumentaux, il s’allonge sur près de huit cents mètres. D’abord hindouiste, il passe par la suite au bouddhisme. Au fronton sud du deuxième gorupa, l’un des chefs-d’œuvre du site : le haut-relief représentant un mythe cosmologique hindou, le barattage de la mer de lait (ou comment les dieux devinrent immortels et se débarrassèrent des démons).

JOUR 10

Preah Vihear - Siem Reap

Transfert à Siem Reap. Installation pour trois nuits dans un quartier tranquille. Le bâtiment est de style international contemporain et très végétalisé. Les baies vitrées et les ouvertures donnent l’impression de vivre dans le jardin même, un bain de chlorophylle. Les chambres répondent aux meilleurs standards. Dans les parties communes, la green attitude de la maison se déploie dans toutes ses conséquences holistiques. Au profit des hôtes. Le chef en charge du restaurant sait l’héritage cambodgien, mais il possède aussi une technique dernier cri. En mettant celle-ci au service de celui-là, il obtient des résultats épatants. On pourrait en dire autant du spa. Quant à la terrasse sur le toit, on y épelle cocktail avec délectation.
Déjà prévu - L’Angkor Pass donnant accès aux monuments du site mais aussi aux Banteay Srei et Beng Mealea, au nord-est ; au Banteay Samré, à l’est ; au complexe de Roluos, au sud-est.

JOUR 11

Siem Reap

Au programme - Angkor Vat et Angkor Thom. C’est en tuk-tuk (tricycle motorisé) et avec un guide francophone privé que l’on visite ces deux grands monuments de l’ancienne capitale de l’empire khmer. Construit au XIIe siècle, Angkor Vat, temple-capitale de Suryavarman II, est le plus vaste édifice du site et le mieux conservé. Les archéologues de l’École française d’Extrême-Orient, notamment, ont fait un travail remarquable. La statuaire est admirable. Le culte bouddhique se poursuit dans le sanctuaire (qui fut d’abord dédié à Vishnu). Jayavarman VII a fondé la ville royale d’Angkor Thom au début du XIIIe siècle. Les immenses visages sculptés de la porte sud sont inoubliables ; le naturel des bas-reliefs du Bayon, le temple central, enchante ; sur la terrasse du Roi lépreux avait sans doute lieu la crémation des souverains.

JOUR 12

Siem Reap

Après les ensembles majeurs que l’on a visités la veille, on n’en a pas fini avec Angkor. Le site et ses abords regorgent encore de richesses (ce caractère inépuisable contribue puissamment à la fascination éprouvée). Mettons Beng Mealea, qui a servi de patron à Angkor Vat ; ou le Preah Kô, l’un des premiers temples édifiés dans le secteur. Le Bakong ayant quant à lui joué le rôle de prototype des temples-montagnes. Dans le lit de la rivière Kbal Spean, on assiste aux amours symboliques de Shiva et Shakti. Pour avoir le privilège de cette indiscrétion mythologique, il faut marcher trois quarts d’heure dans la forêt. Ou bien, on s’en va explorer le monde aquatique du Tonlé Sap, le grand lac à géométrie variable que l’Unesco a classé réserve de biosphère. Et dont tout le pays dépend, d’une façon ou d’une autre. Et puis, il y a aussi les plaisirs de la cuisine des rues de Siem Reap. Avec quelques boutiques de charme et de valeur.
En option - Le village de pêcheurs de Kompong Kleang en privé ; nouilles et méditation à Preah Dak.

JOUR 13

Siem Reap - Koh Rong

Transfert à l’aéroport et vol pour Sihanoukville. Transfert au port. Traversée pour Koh Rong. Installation pour trois nuits sur une plage de sable blanc, mais blanc ! Le ciel et la mer en ont l’air plus bleus, les palmiers plus verts. Quelques palapas font des cloches d’ombre. La piscine à débordement donne l’horizon aux baigneurs. Lesquels peuvent tout aussi bien s’en aller plonger dans la mer. Bungalows modernes, discrets sous leur toit de palmes. Les chambres immaculées pourraient être sévères, elles sont simples et ouvertes. À la décoration, il suffit d’une touche naturelle. Les salles d’eau, avec douche extérieure, contribuent au confort. Le restaurant beach front ne galvaude pas l’esprit fusion. Il en donne une interprétation savoureuse, parfaitement adaptée aux circonstances. Que faudrait-il encore à ce contexte paradisiaque ?

JOURS 14 & 15

Koh Rong

L’idée n’est sûrement pas de se donner un train d’enfer. L’agrément de votre hôtel, la plage qui s’étend devant invitent à la vie lente sous le patronage de la déesse Farniente. Les quatre villages de Koh Rong se consacrent principalement à la pêche et à l’exploitation forestière. Le centre de l’île est couvert d’une jungle qui a encore belle allure. Les reliefs fournissant l’occasion de quelques chutes d’eau vive. L’accrobranche se pratique. On peut aussi louer des scooters pour faire la tournée des plages ; lesquelles, une bonne vingtaine, ont chacune sa particularité. Ce qui permet de varier les plaisirs aquatiques et nautiques : paddle board, kayak de mer, planche à voile, etc. Du fait de la pâleur du sable (qui varie de blanc à beige, voire rosé), l’eau est très claire. La plongée et le snorkeling ont pour eux des arguments d’évidence. Quant au plancton bioluminescent, il peut s’observer la nuit dans les secteurs exempts de pollution lumineuse.

JOUR 16

Koh Rong - Phnom Penh

Traversée pour Sihanoukville. Transfert à Phnom Penh. Installation pour deux nuits au sud du musée national. Un hôtel de style international discrètement mis au vert khmer. Les chambres sont simples, bien équipées, confortables. Les sols, carrelés. C’est frais et parfaitement adapté aux circonstances. Prime bien-être, on a le toit, sur lequel se trouvent une jolie piscine à débordement et un lounge. De quoi profiter de la brise urbaine et du panorama de la capitale. Au restaurant, cuisine internationale où se signalent les circonscriptions cambodgienne et chinoise. Au spa, les hôtes de la maison bénéficient d’une mise à jour efficace des pratiques wellness que les Cambodgiens ont mises au point depuis bien des lustres. De quoi rentrer chez soi remis à neuf.

JOUR 17

Phnom Penh

Au programme - Phnom Penh like a friend. On n’apprend pas Phnom Penh à notre expatrié francophone : il y vit depuis des années. Il en sait parfaitement les trottoirs, le palais, les bars à la mode, les galeries d’art, les marchés, les salles de sport, les restaurants, les pagodes, les églises, etc. Et les Cambodgiens ! Du coup, pas besoin d’établir un programme à l’avance. On prend contact, on échange quelques idées, désirs, intérêts et on le suit. Il vous conduit à ce que vous cherchez, et au-delà. En chemin, il vous découvre ce que le voyageur ordinaire ne peut pas voir, et qu’un guide cambodgien omettra peut-être de vous montrer. 
En option - Le musée du génocide Tuol Sleng en privé.

JOURS 18 & 19

Phnom Penh - Vol retour

Transfert à l’aéroport et vol retour. Nuit à bord, arrivée le lendemain. 

A la carte

Siem Reap - Le village de pêcheurs de Kompong Kleang en privé

Premier lac d’eau douce d’Asie du Sud-Est, le Tonlé Sap contribue à la régulation naturelle du cours du Mékong. On va jusqu’au village amphibie de Kompong Kleang. Les maisons sont bâties sur de hauts pilotis, l’amplitude des variations du niveau de l’eau étant de plusieurs mètres. Cette vie sur échasses, où tout dépend du fleuve, semble à la fois d’un autre temps et d’un autre monde. Le lac fournit aux pêcheurs des prises en abondance. Près de cent cinquante espèces de poissons ont été recensées dans ces eaux, dont le fantôme du Mékong, la carpe géante du Siam. Elles nourrissent aussi une riche avifaune que distinguent le pélican à bec tacheté, l’anhinga roux ou l’outarde du Bengale. Visite du village et sortie sur le lac avec un guide francophone.
En option 

Siem Reap - Nouilles et méditation à Preah Dak

Levé à l’aube, on se rend – avec un guide francophone privé – dans une pagode du village de Preah Dak pour une séance de méditation. Vous êtes guidés sur le chemin de l’éveil par un spécialiste des voies intérieures. Ensuite, il faut donner au corps ce qui lui revient : des nouilles. On assiste à leur fabrication et on s’en fait un bon petit déjeuner. Avant de regagner le temple pour donner un coup de main à la préparation du repas des moines. Leçon de cuisine végétarienne à la clé. Pour terminer, nouvelle méditation. On regagne ainsi l’hôtel esprit et corps à l’équilibre.
En option 

Phnom Penh - La musée du génocide Tuol Sleng en privé

En 1975, les Khmers rouges transforment un lycée de Phnom Penh en prison, dite prison de sécurité 21. Ce sera le principal centre de détention et de torture du Kampuchéa démocratique : plus de 17 000 personnes y sont retenues et maltraitées, avant d’être acheminées vers les zones d’exécution de Choeung Ek. En 1979, les Vietnamiens ont transformé la prison et les Killing Fields en musée. C’est, depuis, le lieu central de la mémoire du génocide. Une visite impressionnante, avec un guide francophone, qui commande un grand respect pour la voie de réconciliation nationale sur laquelle se sont engagés les Cambodgiens.

Budget estimé

Selon saison, types d'hébergements et activités
Le budget estimé pour ce voyage est de 5 200 € à 6 900 €/personne.

Parler de prix fixe lorsque l'on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestations, période, délai de réservation et bien d'autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé.

Le prix moyen constaté pour ce voyage est de 6 100 €/personne.

  • Le vol international sur compagnie régulière
  • Les vols domestiques
  • Les taxes aériennes et surcharge carburant
  • La neutralité carbone intégrale par absorption des émissions de co2 de votre voyage (par le biais de notre Fondation Insolite Bâtisseur Philippe Romero)
  • Tous les transferts et traversées mentionnés au programme
  • Les 3 nuits à Luang Prabang, en chambre double (disponible à l’arrivée) avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Champassak, en chambre double avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Khône, en chambre double avec petits déjeuners
  • La nuit à Preah Vihear, en chambre double avec petit déjeuner
  • Les 3 nuits à Siem Reap, en chambre double avec petits déjeuners
  • Les 3 nuits à Koh Rong, en chambre double avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Phnom Penh, en chambre double avec petits déjeuners
  • La cérémonie du baci à Luang Prabang, avec un guide francophone privé
  • La journée de visite autour du riz bio et des chutes de Kuang Sy, avec un guide francophone privé
  • De Champassak au Vat Phou à vélo, avec un guide francophone privé
  • La découverte des 4000 îles, avec un accompagnateur francophone privé
  • Un vélo pour la journée à Khône, suivi d'une partie de pétanque avec des joueurs laotiens
  • Un guide anglophone privé entre Preah Vihear et Siem Reap
  • Siem Reap : l’Angkor Pass ; Angkor Vat et Angkor Thom en tuk-tuk, avec un guide francophone privé
  • La visite de Phnom Penh dans les pas d'un local, avec un guide francophone privé
  • Notre service conciergerie sur place
  • L’accès au wifi pendant votre voyage : un mini routeur international ou une eSIM vous permettant de vous connecter en wifi sur vos divers terminaux (mobiles, tablettes, ordinateurs)
  • Un carnet de voyage rassemblant de nombreuses informations utiles (votre programme jour par jour, les coordonnées de vos hôtels, une sélection de bonnes adresses personnalisées et géolocalisées, etc.), disponible également sous forme d’application mobile
  • Nos recommandations et la réservation de certains restaurants
Réf : 1617957
Découvrez tous les services qui vous accompagnent pendant votre voyage au Laos
Nos experts à votre écoute
Contactez nos conseillers specialistes pour créer votre voyage sur mesure