Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Novembre

Décembre

La Colombie (ou « locombia » pour les intimes) se divise en deux saisons : la période sèche, de décembre à février, et de juillet à août, et la saison des pluies, d’ avril à mai et d’octobre à novembre. Le reste correspond à ce que l’on nomme la saison intermédiaire. De manière générale, le climat est réparti selon les régions et l’altitude. L’Amazonie et la zone caraïbe sont en proie à un climat tropical, la zone pacifique est assez pluvieuse et la région andine parfois hivernale à ses heures les plus froides. Vous l’aurez compris, diversité sera le maître-mot lors de votre voyage en Colombie.

Janvier : favorable sur la quasi-totalité du territoire

Janvier est en plein cœur de la saison sèche et correspond donc à une période attractive pour les voyageurs venus profiter du littoral colombien et de sa nature. Mais attention à bien choisir votre bord de mer ! Alors que les côtes caribéennes se dotent d’une météo très agréable, le versant pacifique est touché par des pluies abondantes. On se console avec quelques éclaircies permettant tout de même de s’adonner aux activités de plein-air. Dans la région caribéenne, ne manquez sous aucun prétexte Carthagène des Indes, fleuron de l’architecture hispanique et classé par l’UNESCO.

Pour les randonneurs se rendant dans les vallées de la Cordillère Occidentale, sachez que la plupart du territoire est favorisé par un grand soleil et des températures suffisamment agréable pour profiter de vos visites. Il faudra faire preuve d’une plus grande vigilance à Bogota et vers l’Altiplano de la Cordillère Orientale car malgré un fort ensoleillement, il n’est pas rare que les pluies fassent leur entrée. Prévoyez également de quoi vous couvrir.

Février : un premier pas vers la saison humide

Les pluies commencent à gagner du terrain dans le pays en février. Même si Bogota et ses environs bénéficient encore de plusieurs journées ensoleillées, elles alternent avec des précipitations. Par ailleurs, les températures continuent de se rafraîchir.

Sur le flanc occidental de la Cordillère, les arrosées se font nombreuses, notamment sur la partie ouest, à Medellin ou d’autres villes situées dans le Triangle de Café (centre-ouest des Andes). Lorsque le soleil refait surface, ne manquez pas de visiter les sites emblématiques de cette région cafetière, à savoir Manizales, Pereira et Armenia.

Un conseil : pour profiter d’un temps radieux, mettez les voiles vers la côte caribéenne ! A vous les plages de sable blanc aux eaux cristallines… En revanche, la côte pacifique s’assombrit d’autant plus avec de fortes pluies et une grande chaleur envahissant les lieux. A éviter si possible.

Mars : l’humidité gagne du terrain

Même si la saison pluvieuse ne commence qu’en avril, bon nombre de localités sont déjà bien affectées par les inondées en mars. A commencer par Bogota et l’Altiplano de la Cordillère des Andes. On compte tout de même une dizaine de journées ensoleillées dans le mois, soit le temps de visiter Boyacá et ses environs, au nord de la capitale. Paradis des randonneurs, la région dessine un panorama exceptionnel où se côtoient vallées verdoyantes, lagunes, cascades, déserts et glaciers !

En vous dirigeant vers la Cordillère Occidentale, vous remarquerez que les localités gagnent également en humidité avec de nombreuses averses et pluies torrentielles. Même châtiment pour la côte pacifique qui n’affiche gère meilleure mine. Seule la côte caribéenne se démarque avec, encore et toujours, une météo idyllique.

Avril : pic de chaleur sur le territoire

Mis à part les zones d’altitude qui gardent une douceur ambiante, le pays se revêt d’un manteau chaud et humide assez inconfortable. Les pluies ne ménagent pas les terres colombiennes, notamment dans la zone de l’Altiplano de la Cordillère Orientale. Et n’oubliez pas les vêtements chauds dans la région qui se veut assez fraîche en avril ! Cette baisse de température s’applique également dans la partie occidentale de la Cordillère, au même rythme que la hausse des précipitations.

Fin des beaux jours pour les Caraïbes, qui troquent leur beau soleil contre une pluie tropicale, au même titre que leur homologue amazonien. Il reste toutefois Santa Marta, encore assez épargnée des eaux. Il s’agit là de la plus haute région montagneuse de Colombie abritant des pics de plus de 5000 m où gisent des neiges éternelles. Mais attention à toujours prendre un guide de montagne pour vous y rendre, et nous insistons sur ce fait.

La côte pacifique n’est pas plus avantagée que ses voisines car elle-même baigne dans les pluies et la chaleur tropicale.

Mai : une légère amélioration

Les villes côtières continuent à être sévèrement arrosées, en particulier vers la zone caribéenne où la chaleur bat son plein, se traduisant parfois par des formations orageuses. Préférez plutôt la côte pacifique où les pluies semblent commencer à battre en retraite, au même titre que la chaleur. On peut donc explorer les environs sans prendre trop de risque. Dans cette optique, rendez-vous sur l’ile Gorgona, spot idéal de plongée sous-marine et de randonnées.

A l’inverse des côtes, le froid caractérise encore les zones de l’Altiplano et de Bogota, tandis que les vallées de la Cordillère se réchauffent un peu. Cela n’empêche en rien l’arrivée des pluies dans ces régions.

Juin : de meilleurs jours s’annoncent

Une partie du pays se réjouit de voir un significatif retour du soleil et des températures plus abordables.

La région de Bogota et celle de l’Altiplano continuent de se réchauffer agréablement et il est désormais vivement recommandé d’effectuer vos visites touristiques. Dans ce cadre, filez à Guatavita située à 72 km de la capitale. Vous croiserez sur votre chemin de magnifiques fincas (fermes locales) et la superbe lagune au même nom.

La région du Triangle de café (Cordillère Occidentale) reprend également des couleurs avec l’arrivée plus fréquente du soleil. Même constat pour le littoral pacifique où les averses stoppent petit à petit leurs activités pour laisser place à un beau soleil, à l’exception de Santiago de Cali encore sujet aux orages. Seule la côte caribéenne demeure le mouton noir de la saison avec une chaleur humide qui ne s’amenuise pas.

Juillet : reprise de la saison sèche

Les mauvais jours semblent assez loin en Colombie, sauf pour la côte caribéenne qui garde son rôle de cancre.

Dans la région de Bogota et de l’Altiplano, les températures et les ensoleillements sont largement propices à votre séjour dans la localité. La Cordillère Occidentale est aussi sujette aux améliorations malgré quelques pluies persistantes, tout comme la côte pacifique. D’ailleurs c’est à partir du mois de juillet que l’on peut y observer les baleines ! Pour une vue imprenable, direction Bahia Malaga : quelques 800 spécimens viennent chaque année dans la baie…

Août : une météo assez défavorable

Bien que nous soyons encore officiellement en saison sèche au mois d’août, les pluies commencent à reprendre leurs marques un peu partout dans le pays. Cela vaut pour les environs de Bogota (qui présentent toutefois des températures printanières assez agréable), la côte pacifique, fortement touchée par les pluies torrentielles, et les zones de la Cordillère. Le littoral caribéen continue dans sa chaleur suffocante et ses pluies interminables. En somme, août ne présente pas un grand intérêt en Colombie.

Septembre : des inégalités géographiques

Selon les lieux, la météo ne se manifeste pas de la même façon au mois de septembre. Les villes d’altitude de l’Altiplano gagnent quelques degrés et permettent de nombreuses escapades en pleine nature, même si les pluies sont parfois au poste. Au niveau de la Cordillère Occidentale, tout dépend où vous vous dirigerez. Certaines villes telles que Manizales ou Pereira sont loin d’être épargnées par les averses, tandis qu’ Armenia ou Medellin jouissent d’un meilleur sort.

Vous pouvez également vous rendre sans crainte sur la côte pacifique car les journées ensoleillées sont encore dominantes. Nous vous recommandons vivement l’île de Malpelo temple de la plongée sous-marine où vivent de nombreuses espèces menacées. Fort heureusement, la pêche y est interdite…

Sans surprise la côte caribéenne laisse à désirer, toujours piégée par les affres du climat tropical.

Octobre : les pluies ne font plus de doute

La saison pluvieuse reprend de plus belle sur tout le pays, avec toutefois une intensité des pluies variables selon les localités.  Ainsi, l’heure n’est pas aux activités de plein air dans l’Altiplano, tout comme dans la Cordillère Occidentale. D’ailleurs, les crues inondent souvent la région.

Quelques orages sont à prévoir lors de vos visites et des pluies diluviennes à forte fréquence sur la côte pacifique. Mais sachez qu’octobre est aussi le dernier mois pour observer les baleines du Pacifique ! Quant à la côte caribéenne, elle est encore et toujours caractérisée par une chaleur humide.

Seul rescapé de la saison : la région amazonienne où l’on peut randonner et profiter de ses plages paradisiaques. A découvrir absolument : le site naturel de Caño Cristales, sans doute l’un des plus beaux du monde se traduisant par une succession de cascades et formations rocheuses vieilles de plus de mille ans.

Novembre : cap sur les côtes caribéennes

Les vêtements de pluie seront un indispensable dans votre valise en novembre. Bogota et l’Altiplano sont très fréquemment inondés, à l’instar du versant occidental de la Cordillère.

A contrario, la donne s’inverse sur la côte des Caraïbes ! Les journées ensoleillées et pluvieuses sont désormais à peu près égales, ce qui signifie que vous pourrez profiter de la dolce vita de ses plages, en prenant garde aux fortes chaleurs qui persistent. Quant à la côte pacifique, elle est encore assez piégée par les eaux au mois de novembre.

Décembre : retour de la haute-saison

La saison sèche reprend ses quartiers au mois de décembre en Colombie. On privilégiera les Caraïbes pour profiter de vacances ensoleillées, les pieds en éventail, et les Andes pour s’adonner à toutes sortes de randonnées sous un ciel totalement découvert. En globalité, les pluies diminuent assez drastiquement sur l’ensemble du territoire mis à part l’Amazonie qui est assez humide tout au long de l’année. Autrement dit, vous pouvez aller quasiment où bon vous semble à cette période !

 

 

Utile

Contactez un spécialiste de la Colombie