1

Tomber en amour pour un peuple resilient

Les Arméniens sont les champions de la résilience et de l’intégration. Rarement un pays n’aura été autant éprouvé par les guerres, les invasions et les massacres. Si le génocide perpétré par la Turquie en 1915 demeure toujours aussi vivace dans l’esprit de ceux qui se sont éparpillés autour de la planète, ces exilés ont construit sans faire de vague des vies nouvelles, n’oubliant jamais leur culture, leur langue et leur foi. L’indépendance revenue, beaucoup viennent retrouver leurs racines et certains restent… Tous ont gardé le sens de la famille et du partage qui ont fait la richesse de la diaspora. Vous serez surpris et séduit par leur chaleur ! Engager la conversation dans les cafés est chose aisée. Il ne faut pas non plus hésiter à explorer les villages les plus reculés où le contact est simple et spontané. Souvent autour d’un petit verre de vodka !
2

Jouer l’air des bijoux a erevan

7% des bijoux dans le monde sont fabriqués en Arménie. La preuve par quatre au marché de l’or d’Erevan, foisonnante concentration de petits ateliers. On y trouve toujours un bijou émouvant ou amusant à glisser dans ses bagages. Fondée en 782 avant J.-C., Erevan a été conquise par ses voisins perses, arabes et ottomans avant de passer dans le giron de l’URSS. Ces influences successives invitent à la parcourir comme un voyage dans le temps. Ne pas se priver d’arpenter le marché de Gumi Shuka pour goûter les fruits, acheter du safran et de sublimes abricots secs. S’offrir une séance de chine au Vernissaj, populaire marché aux puces où les habitants viennent proposer pour quelques drams leurs menus trésors d’avant l’indépendance. Samovars, couverts en argent et kilims. Sommet de la visite : l’Institut des manuscrits anciens, reconnu comme l’un des plus riches musées au monde et réunissant 17 000 ouvrages réchappés de la destruction : traités de philosophie, de médecine, de musique sacrée, juste pour le plaisir des yeux.
3

Se gaver de paysages

On dit que l’Arche de Noé échoua sur le mont Ararat… Avec ses petits airs enneigés de Mont Fuji, le plus haut sommet du pays annonce la couleur. L’Arménie est terre de montagnes - 90 % du territoire se trouve à plus de 1 000 m d’altitude - mais aussi de hauts plateaux, de longues plaines, de paysages colorés, émaillés de monastères perchés, de mystérieux sanctuaires mégalithiques. Pas plus vaste que la Belgique , le pays fut sillonné par ces itinéraires transcaucasiens qui ont façonné l’histoire du commerce, des religions et des arts. Il reste un catalogue de paysages et d’impressions. Pressé entre l’Orient et l’Occident, entre l’Iran et la Turquie, il est terre de tuf, cette déjection volcanique qui revêt une illimitée palette de nuances et éclabousse de couleurs ce musée à ciel ouvert. Parcourir ces paysages en voiture et en toute liberté est une source d’émerveillement permanent.
4

remonter a l’origine du vin

On sait depuis longtemps que la viticulture en Arménie est l’une des plus anciennes du monde. Les archéologues ont retrouvé dans la grotte d’Areni des vases contenant des pépins de raisins ainsi, que des pressoirs qui montrent que l’on y fabriquait déjà du vin il y a 6000 ans ! L’un des premiers chais de l’humanité. On vendange aujourd’hui encore et l’on sert aux tables des auberges et des restaurants des breuvages tout à fait sympathiques. Depuis le rachat de nombreux domaines viticoles par des investisseurs étrangers d’origine arménienne, les vins locaux ont retrouvé la cote. Vous testerez par exemple près de 200 crus locaux chez In Vino à Erevan, le dernier rendez-vous des bobos branchés.
5

se regaler de nourritures simples

Dès que l’on parle de la cuisine d’Orient, on pense à des mets délicats, dignes de figurer dans les contes des Mille et une nuits. Dans ce pays de cocagne, le légume est roi. On le cuisine de mille manières et on le sert généreusement, accompagné de viandes, de poissons, d’herbes et de safran. Et puis il y a l’abricot, surnommé la pomme d’Arménie, avec son goût d’enfance. Frais ou sec, il se faufile partout dans la cuisine et dans la pâtisserie. Avec leur sens de l’hospitalité ancestral, les Arméniens sauront vous mettre à l’aise pour déguster toutes ces merveilles et partager des recettes simples et conviviales Prendre un repas et un cours de cuisine en famille fait partie des surprises qui vous attendent.