Vous aimerez
  • Parcourir en liberté l’une des plus envoûtantes régions de Roumanie, à votre rythme
  • Des hôtels agréables à vivre et bien situés, des tables savoureuses, des paysages à grand spectacle
  • La visite privée de Bucarest déjà prévue ; celle du phénoménal palais du Parlement, à prévoir
  • Appli smartphone, GPS, bonnes adresses, concierge sur place, les services Voyageurs

Contactez un spécialiste Roumanie 01 42 86 17 60

La Roumanie par-delà les forêts

En Transylvanie, villes et villages ont généralement un nom roumain, un nom allemand, un nom hongrois, souvent un nom yiddish, parfois un nom turc ou latin. Les Roms ayant aussi une toponymie. Vous entrez dans un pays divers, qui a vu - et voit encore - se croiser, se heurter et cohabiter des populations à l’identité forte. C’est inscrit partout dans l’architecture civile et religieuse. Après deux jours consacrés à Bucarest en Valachie, on passe en Transylvanie. En commençant par Sibiu. Un certain enchantement, qui ne lâchera plus les voyageurs, se fait jour sur la Grande Place de la ville haute. La vieille Europe parade ici comme une évidence vivante et belle. L’itinéraire mène ensuite à Cluj-Napoca, à
laquelle les Hongrois de Roumanie donnent une tonalité particulière. Puis vient Sighisoara, dont l’Unesco a inscrit l’ensemble médiéval au patrimoine mondial. L’organe culturel des Nations unies, d’ailleurs, a également classé les églises fortifiées de Biertan et Viscri, que l’on peut visiter avant et après Sighisoara. Dernière étape transylvaine, Brasov fait néanmoins office de première étape Dracula. Le château de Bran logeant le mythe sinon le vampire. Retour en Valachie, à Snagov, au bord d’un grand lac dont une île aurait reçu le corps de Vlad III Tepes, qui a inspiré à Bram Stoker son comte à dents de sabre. Le périple s’effectue dans les paysages variés, splendides, étonnamment préservés. Et il manquerait quelque chose aux monuments et à la nature si ne s’y mêlait le sens de l’accueil dont les Roumains font preuve en toutes circonstances.

Votre voyage

Le réseau routier se bonifie, le pays dispose de chaussées récentes et fiables. Bien entendu, certains secteurs laissent encore à désirer, mais ce voyage les concerne peu. On peut donc prendre le volant en Roumanie. On y gagne la liberté, et l’indiscipline des conducteurs roumains n’est pas pire qu’en bien des ailleurs. A l’étape, un hôtel de bonne qualité, accueillant, bien situé. Entre l’esprit urbain up to date de celui de Bucarest et l’option campagne intemporelle de l’établissement de Snagov, un nuancier intéressant, dépendant des conditions locales. En cours de route, on découvre la roborative cuisine roumaine, à laquelle de jeunes chefs s’emploient à donner un accent contemporain. A votre agenda, un rendez-vous : la visite privée, en français, de Bucarest. Pour le reste, les choses sont suffisamment claires pour que vous les abordiez seuls, à votre rythme. Les distances journalières se parcourent dans des temps qui permettent et la visite de la ville de destination et des visites intermédiaires. Sans épuiser personne. Des moments farniente palinka étant non seulement possibles, mais conseillés. Un désir non prévu, ou un léger contretemps, peut survenir ; pour vous aider à y répondre, vous disposez des coordonnées de notre service de conciergerie sur place : il a la vocation des impondérables.

Itinéraire

Suggestion 100% personnalisable selon vos envies
JOUR 1

Vol pour Bucarest

Transfert et installation pour deux nuits dans le centre de Bucarest. L’hôtel a deux ailes, une contemporaine, une éclectique. Entre elles, un joli jardin-terrasse. A l’intérieur, le design net et moderne met à l’aise les voyageurs. Les chambres sont claires, bien équipées, dotées d’une literie coton soie très agréable ; les salles de bain ne déparent pas. Canapés et fauteuils de cuir donnent de la tenue et du craquant aux parties communes. En cuisine, le chef passe avec aisance du répertoire roumain aux classiques internationaux. Petit déjeuner à l’américaine : pancakes, céréales, fruits, etc. Pour se délasser et entretenir son tonus, on a accès à un sauna, à un spa et à une salle de gym.

JOUR 2

Bucarest

Déjà prévu au programme - Visite privée de Bucarest. En compagnie d’un guide francophone, on part à pied à la découverte des principaux monuments d’une ville bien plus attrayante que certains se l'imaginent a priori. Elle ne se réduit nullement aux édifices spartiates de la période socialiste, ni même au bodybuildé Parliament Building. On trouve des coins charmants dans le quartier Lipscani. Calea Victoriei, à l’angle sud-ouest de la place de la Révolution, se dresse l’église Cretulescu, qui date du XVIIIe siècle - comme aussi l’église du monastère Stavropoleos, chatoyant exemple de style Renaissance valaque. La cathédrale gréco-catholique Saint-Basile-le-Grand, construite en 1909, doit son existence à des Bucarestois d’origine transylvaine. Les collections du musée national d’art illustrent brillamment l’ancrage européen de la culture roumaine. Ce que confirme de passionnante façon le musée d’histoire. Chemin faisant, on croque un bretzel ou un beignet, comme le font les habitants de la capitale lorsqu’ils ont un petit creux.
En option - Le palais du Parlement.

JOUR 3

Bucarest - Sibiu

Prise en compte de la voiture de location et route pour Sibiu. En chemin, on ne manque pas de visiter la cathédrale orthodoxe de Curtea de Arges, dédiée à la Dormition de la Vierge. Fondée au XVIe siècle, restaurée au XIXe sous la direction du Français André Lecomte du Nouÿ, nécropole royale, c’est l’une des plus célèbres églises de Roumanie. Nuit dans le joli centre historique de Sibiu. Le home occupe une maison ancienne, aménagée dans le style hôtelier classique. Les chambres, nettes et agréables, on un petit air coquet. La salle de gym gagne à son installation dans des caves de brique voûtées une atmosphère. On trouve sans difficulté un restaurant ou une auberge aux abords de l’hôtel. La ville, ancienne Hermannstadt, fondée par des Allemands au XIIe siècle, a traversé l’histoire sans dommage majeur. Elle présente un miraculeux mélange d’architecture gothique, Renaissance et baroque. L’équilibre harmonieux qui s’en dégage en fait l’une des plus séduisantes cités d’Europe, qui postule à l’inscription au patrimoine mondial.

JOUR 4

Sibiu - Cluj-Napoca

Route pour Cluj-Napoca. En passant par Alba Iulia, vieux centre administratif et religieux de Transylvanie, que distingue une forteresse baroque répondant aux principes édictés par Menno van Coehoorn dans Nieuwe Vestingbouw (1685). Cet ingénieur néerlandais ayant proposé une géométrie défensive plus accommodante au terrain que celle de Vauban. Nuit juste au nord du jardin botanique de Cluj-Napoca. L’hôtel est installé dans un bâtiment XIXe et offre une décoration qui frôle parfois un kitsch léger. Couleurs parme, pétrole, anis. Des chambres et des salles d’eau convenablement équipées permettent aux voyageurs de récupérer dans des conditions nominales. Petit déjeuner sur place ; restaurant à portée de promenade. Pôle économique important, Cluj fait aussi office de chef-lieu pour les Hongrois de Roumanie, qui constituent la moitié de la population de la ville. La maison natale de Matthias Corvin (1443-1490), grand monarque hongrois, a valeur emblématique.

JOUR 5

Cluj-Napoca - Sighisoara

Route pour Sighisoara. Arrêt à Biertan, pour l’église fortifiée (1490-1520). Le site impressionne et l’autel, les stalles, l’ambon témoignent de l’art accompli des peintres et des sculpteurs qui ont orné le chœur. Nuit sur la grand-place de Sighisoara. Une maison traditionnelle, restaurée et adaptée dans le respect de ses fondamentaux. Les chambres bénéficient grandement de la structure du bâti et d’éléments de décoration virtuoses : moulures et plafonds peints donnent le ton. La cour à galeries se pare en été du rouge vif des géraniums. On passe là des moments de pause très agréables. La salle à manger et la cave font l’orgueil des propriétaires. Il faut dire que la cuisine et les vins que l’on y sert sont à l’honneur de la Transylvanie. Ses églises, ses tours, ses maisons d’artisan et de marchand, ses remparts classent Sighisoara parmi les hauts lieux médiévaux du pays. Il faut découvrir cela à pied, en se laissant surprendre par des points de vue toujours renouvelés.

JOUR 6

Sighisoara - Brasov

Route pour Brasov. On passe par Viscri, dont l’église, construite du XIIIe siècle au XVIe, s’entoure de tours et d’ouvrages de défense. Certaines de ses parties présentent un style roman rare dans la région. Nuit dans une maison néoclassique de la vieille ville de Brasov. La décoration s'inspire de l'esprit du XIXe siècle finissant : bois sombre, cuir capitonné, velours. Les chambres sont bien équipées, confortables, dotées d'une salle de bain fonctionnelle. Poutres au plafond et autres éléments de charpente leur donnent un cachet old time bien sympathique. Le bar et le restaurant tiennent les caves ; murs de brique, voûtes, quelque chose d'à la fois brut et convivial, à quoi la cuisine roumaine et hongroise du chef va très bien. L’église noire de Brasov (XIVe-XVe siècles) réunit encore une solide communauté luthérienne. Quant au château de Bran, il a une histoire intéressante, mais le mythe de Dracula qui s’y attache fait passer celle-ci au second plan. Il faut dire qu’on verrait volontiers le fameux vampire s’en échapper la nuit !

JOUR 7

Brasov - Snagov

Route pour Snagov. Via Sinaïa. Parce qu’il y a là le château de Peles, une folie néo-Renaissance allemande construite entre 1873 et 1883. Ce style plein de tourelles et d’enthousiasme ne manque pas de séduire encore. L’édifice bénéficiait, à l’époque de sa construction, d’innovations techniques notables : centrale électrique, chauffage. Nuit dans un village traditionnel valaque plus vrai que nature. Les maisons sont en bois, les pièces meublées et décorées comme dans les contes. Tapis à motifs floraux, couvertures de laine, poteries peintes, broderies, outils d’autrefois et photographies sépia, on se trouve comme dans un musée ethnographique qu’on a le droit d’habiter. Dépaysant. Au restaurant, cuisine roumaine nouvelle et esprit d’Italie. Sur une petite île du lac de Snagov, se trouve le monastère de Snagov, fondé au début du XVe siècle. Vlad l’Empaleur (1431-1476), prince de Valachie, prototype historique de Dracula, y reposerait.

JOUR 8

Snagov - Bucarest - vol de retour

Route pour l’aéroport de Bucarest et rendu de la voiture. Vol de retour.

A la carte

Le palais du Parlement - Bucarest

Il est peut-être l’emblème européen de la démesure politico-architecturale. Faute de pouvoir s’en débarrasser, les Bucarestois en font une espèce de référence ironique. Le palais bâti par Anca Petrescu à partir de 1984 a battu des records absurdes en termes de surface, de volumes, de matériaux. Au final, il pique la curiosité et passe pour l’édifice le plus visité du pays. Il abrite le parlement, mais aussi un musée d’art contemporain. On vient là parce que, qu’on le veuille ou non, Bucarest ne se conçoit plus sans lui.
En option - Deux heures, avec un guide privé francophone

Budget estimé

Selon saison, types d'hébergements et activités
Le budget estimé pour ce voyage est de 1100€ à 1400€/personne.

Parler de prix fixe lorsque l'on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestations, période, délai de réservation et bien d'autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé.

Le prix moyen constaté pour ce voyage est de 1200€/personne.
  • Le vol aller et retour pour Bucarest, sur compagnie régulière
  • Les taxes aériennes et surcharge carburant
  • La neutralité carbone intégrale par absorption des émissions de co2 de votre voyage (par le biais de notre Fondation Insolite Bâtisseur Philippe Romero)
  • L’accès au salon Air France à Roissy
  • A l’arrivée, le transfert privé à l’hôtel
  • La location pour 6 jours d’un véhicule de catégorie B
  • Les 2 nuits à Bucarest, en chambre double luxe, avec petits déjeuners
  • La visite privée de Bucarest, avec un guide francophone
  • La nuit à Sibiu, en chambre double, avec petit déjeuner
  • La nuit à Cluj-Napoca, en chambre double, avec petit déjeuner
  • La nuit à Sighisoara, en chambre double, avec petit déjeuner
  • La nuit à Brasov, en chambre double, avec petit déjeuner
  • La nuit à Snagov, en chambre double, avec petit déjeuner
  • Notre service de conciergerie sur place
  • Réf: 1457737
    Découvrez tous les services qui vous accompagnent pendant votre voyage.
    Nos experts à votre écoute
    Contactez nos conseillers specialistes pour créer votre voyage sur mesure
    Contactez un spécialiste de la Roumanie