Vous aimerez
  • Circuler librement à travers des contrées légendaires, à la découverte d'une Roumanie culturelle et spirituelle
  • L'équilibre entre la nature et l’activité des hommes, malgré les remous de l’Histoire
  • Eglises orthodoxes en bois de Maramures, églises peintes de Bucovine : c’est déjà prévu !
  • Appli smartphone avec GPS, bonnes adresses, conciergerie, absorption carbone : les + Voyageurs

Contactez un spécialiste Roumanie 01 42 86 17 60

Le Nord romantique

La Roumanie septentrionale - aux confins de l’Ukraine et de la Moldavie - est une terre isolée pleine de mystères et de légendes, où le temps s'est arrêté. Votre itinéraire pourrait d’ailleurs évoquer un roman fantastique. Il commence à Cluj-Napoca, en Transylvanie, au pied des Carpathes. Une belle région agreste dont l’image terrifiante ne rend toutefois pas un juste compte. Ensuite, la densité naturelle (champs, forêts, vergers, prairies) et le balancement géologique du Maramures semble une verte évidence. A Sighetul Marmatiei, contact est pris avec les plus touchantes expressions d’une culture orthodoxe qui a ses particularités locales. Comme l’architecture de bois, la peinture ou encore une spiritualité toujours frémissante et têtue.
L’Unesco a inscrit ces églises au Patrimoine mondial de l’humanité, ainsi que celles de la Bucovine voisine. Avec raison. Gura Humorului et sa verdoyante vallée servent d’écrin aux splendides monastères peints de Bucovina. Dans ces parages, le dépaysement est certain. Et avec lui, un penchant à se laisser ensorceler. Par la beauté des paysages, la simplicité généreuse des habitants, les trésors de l’art et de l'artisanat traditionnel. Le chemin du retour passe par Gheorgheni et le pays sicule, longtemps grenier à sel transylvain. Le pays fait alors une ultime tentative pour vous retenir.

Votre voyage

En dehors des grands axes, la circulation sur les routes roumaines n’est pas dense. On y circule donc agréablement dans une atmosphère campagne. Les voitures à cheval sont devenues rares et de nombreuses chaussées ont été remises à niveau. Au fin fond du pays, on peut bien sûr rencontrer un troupeau ou un nid de poule. Il faut alors rouler au pas. Rien de préoccupant donc à prendre le volant de la voiture de location. Vos hôtels sont à l’image du pays : soucieux d’authenticité et épris de modernité. L’équilibre n’est pas toujours facile à trouver, mais le confort et la bonne volonté sont là. Les visites que nous avons inscrites à votre carnet de route, accompagnées par des guides francophones privés, vous conduisent directement à des merveilles : églises de bois ou de pierre décorées de fresques étourdissantes. Et si, chemin faisant, vous désirez apporter quelques modifications à ce voyage, vous pouvez compter sur la promptitude de notre concierge sur place.

Itinéraire

Suggestion 100% personnalisable selon vos envies
JOUR 1

Vol pour Cluj-Napoca

Prise en main de la voiture de location et route pour Cluj. Nuit non loin du jardin botanique. L’hôtel est installé dans un bâtiment de l’entre-deux-guerres et offre une décoration qui frôle parfois un kitsch léger. Tons olive, pétrole, anis, gris perle. Les chambres, très convenablement équipées, permettent aux voyageurs de récupérer dans de bonnes conditions de confort. Le petit déjeuner est servi sur place. Restaurants à portée de promenade.
Pôle économique important, Cluj fait aussi office de chef-lieu pour les Hongrois de Roumanie, qui constituent le quart de la population de la ville. La maison natale de Matthias Corvin (1443-1490), grand monarque hongrois, a une valeur emblématique.
En option - Cluj-Napoca, ville roumaine aux influences hongroises.

JOUR 2

Cluj-Napoca - Sighetul Marmatiei

Route pour Sighetul Marmatiei. Installation pour deux nuits au sud-ouest de la ville, sur la rive nord de la rivière Iza. L’hôtel, ample, bien découplé, fleure bon la respectabilité et un mode de vie confortable. D’ailleurs, il y a des géraniums aux fenêtres. Chambres et parties communes sont équipées avec soin, sobres et fonctionnelles. Au bourdonnement positif de l’auberge maison, on comprend vite que le chef envoie ce qu’il faut sur les tables : une cuisine roumaine qui réjouit l’âme. Les vins du pays contribuant aussi à la belle humeur des convives. Dehors, l’indispensable barbecue pour les beaux jours.
Les avanies de l’Histoire n’ont pas épargné Sighetul Marmatiei, capitale historique de la Marmatie / Maramures. L’importante communauté juive hassidique qui l’habitait a disparu pendant la Shoa. Le musée installé dans la maison natale d’Elie Wiesel (1928-2016), Strada Dragos Voda, en rend compte. L’ancienne prison du bourg rendant elle hommage aux victimes du communisme.

JOUR 3

Sighetul Marmatiei

Déjà prévu au programme - Les églises en bois de Maramures. L’Unesco a classé huit de ces églises orthodoxes traditionnelles ; on en visite trois avec un guide francophone privé. L’église de la Pieuse-Parascève (sainte ascète du XIe siècle), à Desesti, date de 1770 ; son harmonieuse verticalité résulte d’un travail de charpente hors pair. A l’intérieur, vigoureux ensemble de peintures murales. Les toits de bardeaux de l’église Saint-Nicolas de Budesti (1643) lui font comme une carapace, ou un manteau, gris clair. Avec ça, une grande pureté de ligne. Quant à l’église de la Présentation-de-la-Vierge-au-Temple, à Bârsana, bâtie en 1720, elle vaut autant pour ses peintures que pour son architecture. Ces édifices expriment solidairement l’excellence du métier - celui des artisans qui les ont réalisés - et la foi qui animait les communautés, leur sens esthétique aussi. Ces chalets du bon dieu témoignent de relations étonnamment équilibrées entre les contraintes de la terre et les vertiges du ciel.

JOUR 4

Sighetul Marmatiei - Gura Humorului

Route pour Gura Humorului. Installation pour deux nuits à Voronet, dans un hôtel moderne qui respecte les règles de l’architecture traditionnelle de Bucovine. On a donc à la fois le style de toujours et le confort d’aujourd’hui. L’intérieur est très sympa, avec la pierre, le bois, le blanc des murs et des couleurs qui claquent franchement. Les chambres, classiques, bien équipées et confortables, ne laissent manquer de rien. Au restaurant, cuisine régionale, faite main au rythme des saisons. Piscine, sauna, hammam, salle de soin : le spa maison constitue un espace bien-être très abouti. Un grand jardin fait le lien avec la forêt.
De 1774 à 1918, Gura Humorului appartenait à l’Empire austro-hongrois. Ce qui se lit encore aujourd’hui dans l’architecture du centre. Ici aussi, une communauté juive qui représentait le tiers des habitants a été dévastée pendant la Seconde Guerre mondiale.

JOUR 5

Gura Humorului

Déjà prévu au programme - Les églises peintes de Bucovine. Eglises monastiques orthodoxes édifiées aux XVe-XVIe siècles, elles ont fait l’objet d’une inscription au patrimoine mondial de l’Unesco. Pour leur intérêt historique et architectural, mais surtout pour les fantastiques programmes peints qui en couvrent les murs intérieurs et extérieurs. La plus ancienne de la visite, celle du monastère de Voronet, date de 1487. Les motifs juxtaposent sur fond bleu scènes bibliques et traditionnelles - un Jugement dernier monumental notamment. Foudroyant. A Moldovita - 1532 - on admire un bel arbre de Jessé (généalogie du Christ) et une représentation de la prise de Constantinople par les Turcs, en 1453. Enfin, à Sucevita - 1583 - l’échelle du Paradis montre les fidèles progressant sur le fil entre un bel ordre angélique et le chaos infernal. La prière de tous saints, sur les murs de l’abside, est un motif rare, marquant l’heureux terme du funambulisme spirituel de l’échelle. Journée en compagnie d’un guide francophone privé.

JOUR 6

Gura Humorului - Gheorgheni

Route pour Gheorgheni. Nuit sur la grand place, dans un hôtel dont l’architecture sent bon la Mitteleuropa. La décoration a quelque chose d’un peu démodé. Ce qui n’est pas désagréable en soi. D’autant que les chambres sont convenablement équipées et confortables, que le restaurant sert une cuisine roumaine de bon aloi et que la maison est dotée d’un sauna, d’une salle de gym, d’un lit de bronzage.
Gheorgheni, ou plutôt Gyergyoszentmiklos (car les Sicules, très majoritaires, parlent hongrois), est une petite ville provinciale à laquelle ses entours de nature donnent beaucoup de charme. La campagne transylvaine, à la fois douce et solidement charpentée, réserve plein de jolies surprises.

JOUR 7

Gheorgheni - Cluj-Napoca

Déjà prévu au programme - La mine de sel de Turda. A Turda, l’exploitation du gisement de sel gemme a commencé dès avant la conquête romaine et cessé en 1932. Du moins l’exploitation du sel-même, car le tourisme historique et technique a pris le relais. Les noms des mines et galeries sont hérités de la période austro-hongroise. Ainsi a-t-on la Galeria Franz Josef ou la Mina Maria Tereza. Le contrôle d’une source aussi importante de chlorure de sodium - l’épaisseur de la couche à Turda pouvant atteindre 1200 mètres - n’a laissé indifférent aucun des pouvoirs qui se sont exercés sur la région. Aujourd’hui, la scénographie met en valeur l’ampleur des opérations par celle des cavités. Et des cures d’halothérapie promeuvent le sel bien-être. Visite avec un guide francophone privé.
Route pour Cluj-Napoca, où l’on retrouve l'hôtel du début de voyage.

JOUR 8

Cluj-Napoca - Vol retour

Rendu de la voiture à l’aéroport et vol retour.

A la carte

Cluj-Napoca, ville roumaine aux influences hongroises

Le quart des habitants de Cluj a des origines hongroises. Aussi la ville vit-elle une certaine mixité culturelle. En compagnie d’un guide francophone privé, on la découvre en essayant de faire la part des choses. Sur la place de l’Union, Piata Unirii (roumain), Fö tér (hongrois), se dresse l’un des plus beaux édifices gothique de Roumanie : l’église Saint Michel, Sfântul Mihail (roumain), Szent Mihaly (hongrois). La place Avram Iancu, Piata Avram Iancu (roumain), Bocskai tér (hongrois) est représentative des aménagements XIXe. Le palais des Téléphones, bel édifice brutaliste de Vasile Mitrea (1968) a reçu les sobriquets de mormanul de cartoane (roumain) et halom doboz (hongrois). Etc.
En option - Demi-journée

Budget estimé

Selon saison, types d'hébergements et activités
Le budget estimé pour ce voyage est de 1500€ à 1800€/personne.

Parler de prix fixe lorsque l'on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestations, période, délai de réservation et bien d'autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé.

Le prix moyen constaté pour ce voyage est de 1600€/personne.
  • Le vol aller et retour pour Cluj-Napoca sur compagnie régulière
  • Les taxes aériennes et surcharge carburant
  • L'absorption des émissions de CO2 de votre voyage, par le biais de notre fondation Insolite Bâtisseur Philippe Romero
  • L’accès au salon Air France à Roissy, pour les départs de Paris
  • La location de voiture pour 7 jours
  • Les 2 nuits à Cluj-Napoca, en chambre double avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Sighetul Marmatiei, en chambre double avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Gura Humorului, en chambre double avec petits déjeuners
  • La nuit à Gheorgheni, en chambre double avec petit déjeuner
  • La visite des églises en bois de Maramures, avec un guide francophone privé
  • La visite des églises peintes de Bucovine, avec un guide francophone privé
  • La visite de la mine de sel de Turda, avec un guide francophone privé
  • Notre service conciergerie sur place
  • Un service de navigation GPS accessible depuis l’application Voyageurs du Monde, chargé avec votre parcours, les coordonnées de vos hôtels et bonnes adresses
  • Nos recommandations et la réservation de certains restaurants

  • Réf: 1630142
    Découvrez tous les services qui vous accompagnent pendant votre voyage en Roumanie
    Nos experts à votre écoute
    Contactez nos conseillers specialistes pour créer votre voyage sur mesure
    Contactez un spécialiste de la Roumanie